Entretiens


À l’occasion du onzième anniversaire de la constitution formelle du SEAE, nous avons rencontré David O’Sullivan, un architecte clé de la diplomatie européenne. Directeur de cabinet de Romano Prodi, directeur général de la DG Trade puis secrétaire général de la Commission européenne, chef des opérations du Service européen pour l’action extérieure, Ambassadeur de l’Union aux États-Unis, David O’Sullivan revient sur son riche parcours institutionnel et l’immense défi de la mise sur pied du service diplomatique européen.

À quelques jours de la Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques (COP 26), nous avons rencontré Pascal Canfin, Président de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen, pour un entretien dans lequel il réagit à la proposition de Laurence Tubiana d’un pacte vert comme «  contrat social  », présente sa vision de la transition écologique et souligne l’urgence de sa mise en œuvre concrète.

Entre l’Amérique de Biden et la Chine de Xi, comment se penser parmi les autres lorsque l’idée que l’on se fait de soi-même tire sa légitimité de l’universalisme des valeurs  ? Dans cette conversation à deux voix, les philosophes Luuk van Middelaar et Pierre Manent tentent d’affronter cette question urgente pour l’Europe.

Depuis janvier 2020, les Verts autrichiens font, pour la première fois, partie du gouvernement national en tant que partenaires d’une coalition construite avec les conservateurs. Bien que ce partenariat et l’héritage des scandales de corruption du gouvernement précédent aient soulevé des questions difficiles, les Verts ont continué à poursuivre leur engagement pour un environnement et une politique propres. Nous avons demandé à Sigrid Maurer, députée verte au Parlement, ce que signifie sa coalition avec les conservateurs, comment le parti a réussi à rester dans la compétition électorale et ce qui l’attend.

Selon Natalie Bennett, qui a dirigé le parti en Angleterre et au Pays de Galles, le statut des Verts au Royaume-Uni en tant que force politique importante dans le paysage politique ne fait plus débat. Mais dans une période où les lignes de division politique sont en train d’être redessinées, et où les anciennes loyautés envers les partis semblent en suspens, comment les Verts peuvent-ils s’aménager un espace politique propre et continuer à gagner du terrain  ?

Depuis leur arrivée au pouvoir dans le cadre d’un gouvernement minoritaire en 2019, les sociaux-démocrates danois ont gouverné avec le soutien extérieur des Verts, des libéraux et de la gauche, avec un programme centré sur l’action climatique et les inégalités économiques. Dans le même temps, le gouvernement danois a été largement critiqué pour avoir adopté une position dure à l’égard des demandeurs d’asile et des migrants. Pour le Parti populaire socialiste (Socialistisk Folkeparti), l’approche a été constructive mais critique. Dans le cadre de notre série sur les partis verts en Europe, nous avons rencontré cet été la dirigeante Pia Olsen pour discuter du soutien croissant du parti, de la politique climatique et de la relation du Danemark à l’Europe.

Après une ascension impressionnante ces dernières années, le Parti Pirate tchèque est l’un des principaux prétendants aux prochaines élections nationales du pays qui se tiennent à partir d’aujourd’hui. Dans un contexte politique encore marqué par les divisions du siècle dernier, les Pirates tentent de mettre en avant un discours différent, pro-européen. Mikuláš Peksa, député européen du Parti Pirate, explique pourquoi il est convaincu que le niveau européen est l’endroit idéal pour résoudre des problèmes tels que la corruption et les menaces sur les droits numériques.

Dans un paysage politique concurrentiel où la droite domine et où les alliés potentiels se font rares, les Verts tchèques ont décidé de suivre leur propre voie. À l’approche des élections, Michal Berg, co-président du parti, explique comment les Verts espèrent façonner le débat et faire évoluer l’opinion publique à long terme en défendant l’Europe, les droits des femmes et la lutte contre le changement climatique.

Si nous vivons dans un monde «  plus dangereux pour les citoyens  » et «  plus excitant pour les diplomates  », ces derniers doivent permettre aux gouvernements d’abandonner une posture d’arrogance, en espérant amener plus de prévisibilité dans le désordre. L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis revient dans cet entretien sur sa vision des relations internationales et du rôle du diplomate aujourd’hui.

Le premier tour de la primaire de l’écologie aura lieu du 16 au 19 septembre prochain. Nous avons demandé à trois candidats écologistes de prendre position sur le volet politique étrangère et européenne de leur programme. Sandrine Rousseau répond ici à nos questions sur l’Union européenne, la politique étrangère de la France et la diplomatie de l’Anthropocène.