La Vénétie est ma patrie. Bien qu’il existe une République italienne, cette expression abstraite n’est pas ma patrie. Nous, les Vénètes, avons parcouru le monde, mais notre patrie, celle pour laquelle, s’il y avait quelque chose à combattre, nous nous battrions, n’est que la Vénétie. Quand je vois écrit à l’embouchure des ponts sur le Piave « fleuve sacré pour la patrie », je suis ému, non pas parce que je pense à l’Italie, mais parce que je pense à la Vénétie.1

Les paroles de l’écrivain de Vicence, Goffredo Parise, en 1982 illustrent assez bien un facteur souvent sous-estimé : la Vénétie ne se sent pas italienne. C’est un fait qui émerge régulièrement sous des formes plus ou moins inquiétantes dans des événements souvent sous-estimés comme des manifestations folkloriques de révolte envers l’État central. De la mythologie du tanko – un tracteur transformé en char – porté par un commando de « Sérénissimes » à la conquête de la place Saint-Marc dans la parodie d’un coup d’État militaire2, en passant par un référendum farcesque sur Internet pour l’indépendance en 20143 et, enfin, le référendum de 2017, plus institutionnalisé et soutenu par la région, mais pas moins perturbateur, où le Oui à l’autonomie l’a emporté avec 98,1 % des voix4, ces faits divers témoignent de l’émergence à intervalles réguliers du subconscient du Nord-Est de l’Italie.

Un sentiment d’altérité qui est aussi évident pour quiconque a vécu ou passé de longues périodes en Vénétie qu’il est substantiellement incompris au niveau national. En la réduisant à une simple protestation fiscale ou à une manifestation d’ignorance, comme le font souvent de nombreux observateurs extérieurs, on risque de perdre de vue le contenu profond de la question de la Vénétie. Finissant par ne pas comprendre les phénomènes évidents et logiques, si l’on regarde l’échelle pertinente, comme la victoire plébiscitaire de Luca Zaia, le « doge« , aux dernières élections régionales5

En la réduisant à une simple protestation fiscale ou à une manifestation d’ignorance, comme le font souvent de nombreux observateurs extérieurs, on risque de perdre de vue le contenu profond de la question de la Vénétie.

GIOVANNI COLLOT

Un malentendu qui est favorisé par une erreur fondamentale, alimentée par tant de propagande, même locale : les racines de l’autonomisme ne doivent pas être recherchées à Venise. Pour bien comprendre les fantômes qui s’agitent dans le Nord-Est, il faut faire comme Parise : tourner le dos à la Sérénissime et à son ensemble de mythes, et remonter sur le continent. C’est dans ce paysage sans centre et sans banlieue, traversé par les fleuves, où les hangars des usines, les petites villas, la campagne, les centres commerciaux et les ronds-points se succèdent sans interruption ; dans cette terre enclavée entre Padoue, Vicence, Mestre, Bassano et Trévise, où triomphe la trinité « schei6, territoire et famille », qu’il faut chercher le véritable cœur de la Vénétie. C’est à partir de là qu’il faut commencer à comprendre le phénomène Luca Zaia et à réfléchir à son impact au niveau national.

Le débat à l’intérieur et à l’extérieur du Palazzo Ferro Fini sur le Grand Canal à Venise, siège du Conseil régional de Vénétie, autour du référendum pour demander l’autonomie de la Région, est représentatif de la dystonie entre la Vénétie et le reste de l’Italie. D’une part, l’enthousiasme palpable du côté de la Vénétie, comme en témoignent les paroles du gouverneur de la Lega Luca Zaia : « aux Vénètes, je dis que la maison de l’autonomie est construite à partir des fondations ». Ou encore du représentant du Mouvement 5 Étoiles qui, dans une alliance encore inédite à l’époque au niveau national, a jugé que le référendum était « un moment fort de la démocratie, marquant un jalon dans l’histoire de la démocratie »7. La Vénétie, laboratoire politique du pays, anticipe la future alliance jaune et verte, au nom de l’autonomie8. Tout cela, en passant outre le ton bureaucratique de la question « Voulez-vous que la région de Vénétie reçoive d’autres formes et conditions spéciales d’autonomie », conformément au texte de l’article 117 de la Constitution italienne9. D’autre part, le silence substantiel sur le sujet de la part du reste du pays, habitué aux déclarations vitrioliques qui viennent régulièrement du nord-est profond.

En fait, le référendum de 2017 n’était qu’une étape dans la résurgence des demandes d’autonomie ces dernières années, qui ont vu les instances autonomistes se traduire par une série continue de déchirements avec l’État central. Comme la très controversée consultation en ligne pour l’indépendance de la région en décembre 2014, organisée par des citoyens, qui a reçu tant d’attention à l’étranger en raison de sa contemporanéité avec le référendum sur la Crimée, et dont le résultat favorable s’est dissout dans une mer de controverses après de multiples irrégularités dans le vote10. Ou l’approbation de la loi régionale pour la reconnaissance du « peuple vénète » en tant que minorité nationale en décembre 201611. Une série d’actions qui ne sont, en pratique, que démonstratives. Et qui prennent des degrés différents en fonction du moment, de la création d’un État autonome à la plus prosaïque autonomie fiscale12. Dans une série de cas que le sociologue Ilvo Diamanti définit comme « d’indépendance, donc de non-dépendance ». En un mot, « d’autonomie ».13

La Vénétie, laboratoire politique du pays, anticipe la future alliance jaune et verte, au nom de l’autonomie.

GIOVANNI COLLOT

Le gouverneur Luca Zaia lui-même, qui, grâce à une intuition peu commune, est toujours capable de  trouver le centre de gravité de son électorat, est devenu le principal porte-parole du désir d’une plus grande autonomie, laisse habituellement les portes ouvertes : « Indépendance, autonomie. Nous prenons ce qu’ils nous donnent. Nous devons cesser de considérer les frontières régionales, qui datent du XIXe siècle, comme immuables : la Vénétie est prête pour un nouvel ordre, plus conforme à nos attentes ». D’autre part, dans un style tout à fait populiste, c’est lui qui a voulu le référendum, basé sur  une question bureaucratique liée au rapport entre l’État et la région, en lui donnant un sens politique, une démonstration de force : «  Les Vénètes ont voté en grande majorité pour le oui, pas pour moi, mais pour la Vénétie. Afin de faire comprendre à Rome qu’il y a des besoins qui ne peuvent plus être ignorés. »14 

Si les demandes d’autonomie ont toujours paru génériques, ambiguës, c’est parce que l’ambiguïté est un thème fondamental du vénétisme, « la tension de la Vénétie et des Vénètes vers la reconnaissance de leur propre identité et de leur autonomie. »15 Un phénomène à la fois relativement récent et très ancien. Plutôt récente dans ses manifestations extérieures : les positions exprimées par Zaia trouvent une référence directe dans la Liga Veneta. La « mère de toutes les ligues » – dans la formule de son fondateur et lider maximo, le padouan Franco Rocchetta – n’est officiellement née qu’en 1980, dans la première régurgitation régionaliste de la politique italienne, et a obtenu ses premiers triomphes électoraux en 1983, dans lesquels, avec un véritable exploit, elle a élu un député et un sénateur. Un résultat qui s’inspirait fortement de la rhétorique anti-nationale et anti-méridionale, avec des slogans comme « Italiens pour un peu plus de cent ans, Vénitiens pour 3000. »16

Une rhétorique qui sera plus tard incorporée, après le déclin de la Liga Veneta, par la Ligue du Nord au sens large, entrant dans le récit d’un « mal du Nord » plus ample17. Mais c’est une diversité qui n’accepte jamais totalement l’homologation, et à laquelle même la Padanie semble trop grande : sous la façade, le vénétisme continue de bouillir. Ce n’est pas un hasard si, en opposition à  Salvini et à son idée de la « Ligue nationale et nationaliste », c’est souvent la composante vénète qui s’exprime le plus fort, et si Zaia lui-même devient un symbole – silencieux – de la frange intérieure du parti.18 

Car le vénétisme n’est pas une mode passagère : le ressentiment de la Vénétie à l’égard du reste de l’Italie ne date pas d’hier. Il s’agit plutôt d’un mouvement qui trouve ses racines dans des raisons historiques, géographiques et de pensée profondes. Des raisons qui sont impénétrables, et étonnamment égales à elles-mêmes, dans un territoire qui a beaucoup changé en relativement peu de temps. C’est une Vénétie longue  : les cultures politiques passent, l’altérité demeure.19

Le ressentiment de la Vénétie à l’égard du reste de l’Italie ne date pas d’hier. Il s’agit plutôt d’un mouvement qui trouve ses racines dans des raisons historiques, géographiques et de pensée profondes.

GIOVANNI COLLOT

L’histoire d’abord. Les territoires de la Vénétie qui ont été soumis à la République Sérénissime à partir du XVe siècle ont bénéficié d’un système social sui generis : la Sérénissime a laissé une grande marge d’autonomie aux différents territoires du stato da tera, préférant jeter un regard stratégique sur le stato da mar20. À cela s’est superposé pendant des siècles un système agricole fondé sur le métayage, où le fait que chaque agriculteur se voyait attribuer une exploitation à usage exclusif dans laquelle il pouvait puiser 50 % du revenu total a donné l’impulsion, selon la vulgate, au développement d’une mentalité d’entrepreneur dans les familles de métayers. Avec l’effondrement de la Sérénissime, la gestion de l’ordre local est passée de plus en plus à un système de pouvoir basé sur les notables locaux, l’église et la famille : un système qui tente de s’autoréguler, laissant la politique en arrière-plan, dans un sentiment continu d’hostilité et de négociation avec le centre. Dans les campagnes de Vénétie, un capital social fièrement anti-étatique et localiste commence à germer, où le respect de l’ordre établi et de la religion s’accompagne d’une méfiance à l’égard de tout ce qui vient du pouvoir central.21

Sur ce système social se greffe, depuis l’après-guerre, le miracle économique, dans lequel la Vénétie se trouve passer rapidement d’une région sous-développée à l’une des locomotives de l’Italie entre les années 50 et 70, avec une croissance annuelle moyenne du PIB de 5,5 %22. Soudain, des paysages ruraux basés sur des traditions consolidées et où le temps semblait s’être arrêté pendant des siècles se retrouvent couverts d’usines. La Vénétie fait la révolution.

Avec l’effondrement de la Sérénissime, la gestion de l’ordre local est passée de plus en plus à un système de pouvoir basé sur les notables locaux, l’église et la famille : un système qui tente de s’autoréguler, laissant la politique en arrière-plan, dans un sentiment continu d’hostilité et de négociation avec le centre.

GIOVANNI COLLOT

Mais il ne s’agit que d’une révolution économique, qui fait de la Vénétie le centre de la Troisième Italie, une nouvelle alternative au triangle industriel du Nord et au Sud qui, jusqu’alors, dominait l’imaginaire national23. Pour le reste, la nouvelle prospérité repose sur la même société qu’auparavant. Surtout, les démocrates-chrétiens gouvernent dans une situation d’hégémonie, qui repose dans la région sur un laissez-faire original « alla veneta« , dans lequel la politique reste à l’arrière-plan, accompagnant mais ne forçant pas. La structure sociale du réseau, de la famille et du culte du travail est ce qui donne vie au «  miracle économique ». Au moins, elle est maintenant amplifiée : si elle a apporté tant de succès, elle doit être célébrée. 

Cependant, sous les fissures du bien-être acquis, les mêmes défauts demeurent comme toujours : fermeture au monde extérieur, exceptionnalisme. Il reste surtout un sentiment d’adversité envers le pouvoir central et la complexité du monde extérieur, mêlé à un fort désir de vengeance. Il y a une représentation et une conscience croissantes de soi-même en tant que « géants économiques, nains politiques ».24

Le deuxième grand axe pour comprendre le vénétisme est la géographie. La région protagoniste de la révolution que nous venons d’évoquer est en fait le territoire de la plaine au nord de Venise et au sud des Alpes, et qui trouve son cœur dans la Vénétie centrale, véritable symbole du Nord-Est. Visiter ce « centre sans centre » à l’intérieur du pentagone entre Venise, Trévise, Bassano del Grappa, Vicence et Padoue, avec quelques détours au-delà du fleuve Piave, le « fleuve sacré de la patrie » dont Parise parle dans l’extrait d’ouverture, équivaut à faire un tour de l’âme vénète25. Dans peu d’autres endroits en Italie, une correspondance aussi vivante s’est créée au fil du temps entre l’organisation du territoire et l’esprit. Dans peu d’autres endroits en Italie, regarder une carte ou se promener dans les rues encombrées de la province en dit autant sur les gens qui y vivent. Au fil du temps, le paysage de la Vénétie centrale a pris une forme caractéristique : les centres commerciaux et les entrepôts des petites et moyennes entreprises sont accompagnés de petites parcelles de terrain qui ont échappé à la ruée urbanistique, à côté des omniprésentes maisons unifamiliales, toutes avec jardin. Tout cela est laissé à la pleine liberté de l’individu, en l’absence d’une intervention centrale par le biais de plans de régulation.

Sous les fissures du bien-être acquis, les mêmes défauts demeurent comme toujours : fermeture au monde extérieur, exceptionnalisme. Il reste surtout un sentiment d’adversité envers le pouvoir central et la complexité du monde extérieur, mêlé à un fort désir de vengeance.

GIOVANNI COLLOT

C’est comme si la révolution économique vénète avait libéré, en même temps que l’imagination entrepreneuriale, le flair pour la construction de ses habitants, libérés des contraintes de la pauvreté. En particulier, la maison devient un moyen d’exprimer son individualité et sa façon de voir le monde. Un vrai bon refuge, surtout dans une perspective existentielle, où l’idéal vénète de « chaque maître dans sa propre maison » est pleinement réalisé. Le centre du monde devient le foyer domestique, qui devient un symbole du statut atteint grâce aux schei gagnés, autour desquels tourne tout ce qui est nécessaire à la vie : la petite usine ou l’atelier à côté de la maison ou même au rez-de-chaussée ; le jardin où inviter des amis quand il fait beau ; et surtout l’omniprésente taverne, dans laquelle on peut passer du temps libre avec quelques amis choisis, si omniprésente que, selon l’acteur et réalisateur de Belluno Marco Paolini, elle a conduit à la naissance d’une nouvelle figure anthropologique : les tavernicoli.26

Il en résulte une succession de paradis privés, fermés sur l’extérieur : une immense privatopia, triomphe du laissez-faire individualiste, où les frontières l’emportent sur le centre et où la consommation de terre est la plus élevée d’Italie27. Ce n’est pas un hasard si le paysage du centre de la Vénétie a été défini comme un exemple de ville postmoderne, en le comparant à Los Angeles ou aux « gated communities » américaines : une ville toute en périphérie, où l’on se déplace mais où l’on semble toujours être là où l’on est28. On pourrait presque dire que la Vénétie est devenue l’Amérique avant de devenir l’Italie. 

Dans tout cela, il y a un paradoxe remarquable. D’une part, une Vénétie qui, malgré la crise économique, fait face au monde comme un protagoniste, grâce à des petites et moyennes entreprises dynamiques et mondialisées : la province de Vicence est aujourd’hui le troisième exportateur du pays, derrière les capitales industrielles de Milan et Turin ; Trévise se situe juste en dessous, à la septième place29. Zaia lui-même est le porte-parole de cette fierté, revendiquant la projection mondiale du peuple vénète : « Les entrepreneurs de la Vénétie sont des gens qui parlent le dialecte, l’anglais, l’allemand et seulement ensuite, peut-être, certains d’entre eux, l’italien »30.

Il résulte du « miracle vénète » une succession de paradis privés, fermés sur l’extérieur : une immense privatopia, triomphe du laissez-faire individualiste, où les frontières l’emportent sur le centre et où la consommation de terre est la plus élevée d’Italie.

GIOVANNI COLLOT

D’autre part, un tissu social refermé sur lui-même, dans lequel les communautés sont de plus en plus effilochées, fermées aux pulsions extérieures et de plus en plus insécurisées vis-à-vis du monde. Un paysage appauvri entraîne un appauvrissement social. En témoignent les appels constants à la sécurité dans les journaux locaux, qui sont recueillis  par l’industrie du bâtiment, avec des maisons de plus en plus sûres et des murs de plus en plus hauts, comme dans le quartier de Santa Bona, une banlieue de la tranquille Trévise entourée de murs de trois mètres31. Ou la course aux armements contre les voleurs et les criminels qui transforme de simples individus en héros de la justice « maison » : comme en témoigne le cas du pompiste de Vicence Graziano Stacchio, à qui des politiciens de droite au niveau national comme Salvini et Giorgia se sont empressés de manifester leur solidarité32. Bienvenue au Texas, en Italie.

Un sentiment de malaise qui a été exacerbé, au moins en partie, par les effets de la crise économique mondiale sur le tissu industriel fragmenté de la Vénétie, ainsi qu’en témoignent le PIB régional, inférieur de 6,7 % à celui de 2007, et les 251 entrepreneurs qui se sont suicidés depuis 200833, dans une région de petits et grands patrons, où le travail est une religion. Mais le malaise fait partie intégrante de l’esprit de la Vénétie et précède la grande crise : « Je suis paròn (maître) précisément parce que je suis malheureux », dit de façon éclairante l’acteur de Padoue Andrea Pennacchi.34

C’est dans ce milieu culturel et social que se greffent les revendications autonomistes de la galaxie vénétiste. Ce qui ne crée rien de fondamentalement nouveau, mais le place dans un nouveau contexte. Un malaise sourd et sans nom s’est installé avec une offre politico-électorale qui a recueilli les cris. Mais cela reste une offre politique viscéralement locale, anti-étatique et contraire à toute forme de pouvoir central, proche ou lointain : les protestations continues contre le fisc en sont un exemple, ainsi que le slogan anti-vénitien de la Liga « Forza Laguna« 35. C’est sur ce territoire que naissent continuellement des micro-partis avec divers degrés d’autonomisme, d’indépendance et de localisme, remplaçant la Démocratie chrétienne autrefois toute-puissante. Tout cela avec une touche de révolte fiscale, comme le Movimento de Liberassion Nasionale del Veneto Libero, le Projet Nord-Est du défunt entrepreneur Giorgio Panto et la célèbre Razza Piave ; des partis qui durent rarement plus longtemps qu’une compétition électorale et qui font entrer en politique la philosophie vénète de « chacun est maître chez soi ». Enfin, ce sont les terres où la Lega Nord est devenue substantiellement hégémonique dans sa variante vénète, grâce à un soutien de plus en plus fort aux instances autonomistes et à un appel à la différence avec la section lombarde, remportant une large adhésion, notamment dans certaines parties de la province de Trévise. Par exemple, à Chiarano, où le maire Leghista sortant a remporté 79,9 % des voix en 2009. Des pourcentages tellement proches d’un scrutin soviétique que les Leghisti eux-mêmes ont travesti le nom de la ville en Chiaranov.36

À Chiarano, le maire Leghista sortant a remporté 79,9 % des voix en 2009. Un score tellement proche d’un scrutin soviétique que les Leghisti eux-mêmes ont travesti le nom de la ville en Chiaranov.

GIOVANNI COLLOT

Une hégémonie dont le principal bénéficiaire a été, ces dernières années, l’actuel président de la région, Luca Zaia, qui en est déjà à son troisième mandat. Zaia est un véritable stéréotype de la Vénétie centrale : d’origine modeste, diplômé de l’école d’œnologie de Conegliano, licencié en sciences de la production animale – pour payer ses études, il a fait un peu de relations publiques dans une discothèque pendant un certain temps, où, raconte-t-il fièrement, il faisait de la distribution de tracts politiques parmi les jeunes qui allaient danser -, enfant prodige de la politique régionale, Zaia incarne parfaitement l’idée que la Vénétie se débrouille bien toute seule. Se présentant comme un homme du peuple, qui parle souvent et volontiers en dialecte et participe à tous les événements populaires, plus maire que président de région, Zaia donne l’impression presque surnaturelle de pouvoir trouver sur chaque sujet, comme une boussole, le centre exact de son électorat : un «  centrisme radical » pragmatique, qui ne pourrait être plus éloigné du Secrétaire de son parti, Matteo Salvini, célèbre pour ses positions incendiaires et radicales sur presque tous les sujets. Et cela explique son succès au sein de la Ligue comme alternative possible à Salvini – une alternative que Zaia lui-même, fidèle à son style, refuse – déclarant sa loyauté au leader.

C’est précisément ce «  centrisme radical » qui a conduit Zaia à devenir un fervent défenseur de l’autonomie, en en faisant une position majoritaire et institutionnelle – et en vidant ainsi substantiellement l’impact des partis vénètes mineurs. Un choix qui a porté ses fruits : Zaia est le président de région le plus aimé d’Italie à ce jour, comme en témoigne sa réélection record dimanche dernier avec 76,8 % des voix lors des dernières élections régionales.37

Se présentant comme un homme du peuple, qui parle souvent et volontiers en dialecte et participe à tous les événements populaires, plus maire que président de région, Zaia donne l’impression presque surnaturelle de pouvoir trouver sur chaque sujet, comme une boussole, le centre exact de son électorat : un «  centrisme radical »

GIOVANNI COLLOT

Au-delà de Zaia, ce que tous les mouvements vénétistes ont en commun, c’est la création de coordonnées nationales, créées cependant par absence : le sentiment d’altérité, d’indépendance et d’agacement pour tout ce qui sort de la vie privée est inséré dans une rhétorique positive, semi-nationale. Ainsi se crée un néologisme, la nation vénète, de plus en plus en opposition à la nation italienne. Les différents fils du mécontentement sont unis par un mythe national faible. La nation vénète se construit par la rhétorique de l’appartenance commune à une tradition, à un territoire, à travers un processus «  d’ethnicité comme connaissance »38 : ainsi naît la geste du peuple vénète, qui travaille beaucoup, est honnête, et paie trop d’impôts. Et surtout, qui parle vénitien. 

Le dialecte vénitien, ou plutôt la łéngua vèneta , joue un rôle central dans ce développement de l’identité. Véritable lingua franca, malgré ses infinies variations locales, elle se prête comme un symbole d’unité populaire. Elle transcende également les frontières de la région elle-même, en devenant une koiné transfrontalière. Comme le dit Zaia : «  de Vérone à Belluno, si je parle en vénitien, ils me comprennent. Et aussi à Trieste et en Istrie39, car là aussi c’est la Vénétie. En fait, ils le parlent même mieux que moi là-bas ! ». Dans le discours autonomiste, la Vénétie et la łéngua vèneta sont liées par une connexion mentale et mystique. Un lien qui, paradoxalement, devient de plus en plus fort à mesure que le vénitien est de moins en moins pratiquée comme langue première au sein des familles : libérée de l’usage quotidien et appauvrie de ses variétés locales, la Vénétie peut enfin devenir un drapeau commun. Une aura linguistique, pas seulement une langue, qui rassemble une communauté effilochée.40

Il est intéressant de constater que cette ligne de pensée est très présent dans la politique vénète, et presque hégémonique à droite : la Vénétie est la terre de ceux qui parlent vénitien. Cela explique la politisation de la question dans la proposition votée par le Conseil régional, en décembre 2016, d’enseigner cette langue dans les écoles en reconnaissance de l’existence du peuple vénète en tant que minorité nationale41. Libérer la langue comme un prodrome pour la libération du peuple. Jusqu’à certains développements difficiles à comprendre pour ceux qui regardent la politique régionale en cherchant exclusivement la logique de la Ligue nationale dirigée par Salvini, avec la célébration des immigrants qui parlent en dialecte42 et Zaia lui-même qui, au lendemain de la victoire électorale, promet de gouverner pour «  tous les Vénètes, ceux qui sont ici depuis des générations et ceux qui ont choisi de vivre en Vénétie récemment »43.

Pour bâtir tout ce narratif, on s’appuie largement sur le récit vénitien. Le puissant mythe de la Sérénissime, et la promesse de sa restauration, est utilisé a posteriori comme un instrument d’unification. Et comme tous les mythes politiques, il est déformée au besoin. Le drapeau au lion de Saint Marc qui flotte sur de nombreuses maisons du territoire ne représente pas, dans la plupart des cas, le désir d’une restauration de la République Sérénissime dans sa réalité historique, mais plutôt une volonté de se différencier de l’Italie en faisant référence à un passé glorieux qui peut être partagé. Venise est devenue une partie d’un alphabet commun, facile à expliquer dans les revendications politiques. 

Il est intéressant de constater que cette ligne de pensée est partagée par presque tout le monde dans la politique vénète, et hégémonique à droite : la Vénétie est la terre de ceux qui parlent vénitien.

GIOVANNI COLLOT

Cependant, tout cela ne doit pas conduire à un autre des malentendus traditionnels sur le vénétisme : qu’il s’agit d’un mouvement anti-moderne, visant à restaurer un passé mythique contre les forces perturbatrices du contemporain. Au contraire, il s’agit d’un mouvement profondément ancré dans son époque, même s’il est sui generis. Mieux, c’est la manifestation la plus récente d’un sentiment immuable, inné dans la campagne vénète, mais décliné dans les outils offerts par la modernité. Au moins pour la plupart des partisans de l’autonomie, la création d’une identité collective sert, en ce sens, à mieux naviguer dans la modernité, libérée des liens d’un État-nation qu’ils considèrent comme trop éloigné et envahissant. Ne pas demander le retour au métayage, ni la reconstitution d’une puissance maritime dirigée par une oligarchie habillée d’hermine.

Une fois de plus, les mots de Zaia nous aident à comprendre : « Je ne suis pas localiste, je suis mondialiste. Je veux une Vénétie qui se situe au même niveau que la Bavière et Londres, car elle a le potentiel nécessaire. Un potentiel qui n’est pas exprimé aujourd’hui parce que nous sommes soumis à un État en faillite, l’Italie, qui nous oblige à rester en arrière. » Ici aussi, le passé est réinterprété et déformé par le présent : « La Vénétie a toujours été globale et ouverte au monde : il suffit de penser à Venise. Quel est le plat vénitien typique ? Les sardines in saor (sardines aigres-douces au vinaigre, oignons et raisins secs, NdA) ! Quel serait le rapport entre les raisins secs et la Vénétie ? Nous sommes traditionnellement ouverts au monde, nous voulons redevenir ouverts au monde, sans Rome sur notre chemin. »44

Que l’horizon de référence de la galaxie autonomiste ne soit  pas le passé mais le présent peut aussi être vu par des références idéales ou même géopolitiques. Si dans l’opération de relecture du passé la Sérénissime, l’Empire austro-hongrois ou la Première Guerre mondiale ont certainement un rôle à jouer, leur présence apparaît résiduelle. À leur place, on peut remarquer deux types de référence très distincts, tous deux fortement insérés dans le contexte actuel. D’un point de vue plus institutionnel, le modèle du régionalisme européen : sur le plan économique, le rêve est celui de l’Allemagne, et de la Bavière en particulier, considérée comme un exemple de région-État dont il faut s’inspirer, dans un élan d’intégration vers le nord. Sur le plan politique, cependant, les exemples à examiner sont la Catalogne et, surtout, l’Écosse : des régions aux revendications d’autonomie anciennes et vitales. Avec quelques différences toutefois : « Si je dois m’inspirer de quelqu’un, je choisis l’Écosse », explique Zaia. «  Ils ont eu un mouvement d’indépendance pendant des siècles, et ont réussi à obtenir d’abord la dévolution et maintenant un référendum pour l’indépendance. En bref, je m’inspire du meilleur. »  Tout cela sans coup de tête excessif : la Catalogne, poursuit-il, «  est en dehors du socle du droit et de la constitution espagnols. Je respecte les idées de chacun, donc je ne fais pas un discours anti-indépendance parce que je ne le trouve pas correct. Mais il me semble que la stratégie radicale de Puigdemont et de ses partenaires n’a pas apporté grand-chose. »45

Un deuxième système de valeurs, qui part davantage de la base, trouve son cœur idéal dans le conservatisme de la Vénétie centrale. À ce niveau, le véritable héros incontesté depuis des année est Vladimir Poutine, auquel se sont ajoutés ces dernières années d’autres hommes forts de la politique internationale, comme Donald Trump ou Bolsonaro. Une fascination, celle pour l’homme fort, qui trouve son fondement dans les valeurs sociales traditionnelles de la région, et qui comme tous les mythes est réfractaire à la réalité46. Ainsi, Poutine et ses homologues deviennent le symbole des valeurs traditionnelles et de la lutte du peuple contre les élites. Avec quelques excès folkloriques, comme la légende populaire très répandue selon laquelle Poutine aurait des origines vicentines…47

Poutine et ses homologues deviennent le symbole des valeurs traditionnelles et de la lutte du peuple contre les élites. Avec quelques excès folkloriques, comme la légende populaire très répandue selon laquelle Poutine aurait des origines vicentines…

GIOVANNI COLLOT

Par-dessus tout, la Crimée est élevée au rang d’exemple d’autodétermination d’un peuple sur une base linguistique. Comme le montre la reconnaissance de la Crimée russe par le Conseil régional immédiatement après le référendum de 2016, qui a fait de la Vénétie la première région de l’Union à franchir ce cap. Dans une démonstration qui, selon les mots du promoteur de l’acte, le conseiller régional Stefano Valdegamberi, « veut que la possibilité pour le peuple de Crimée de choisir son propre destin soit reconnue à haute voix, car la Crimée veut être avec la Russie ».48

L’ambiguïté est une caractéristique fondamentale de l’esprit de la Vénétie centrale : une région où coexistent un localisme extrême et une ouverture au monde, une innovation et une tradition dynamiques, un catholicisme et un paganisme matérialiste, une peur de la diversité et des taux d’intégration parmi les plus élevés du pays49. Mais ce sont des manifestations protéiformes d’un flux de sentiments constant. Un sentiment pré-national et pré-politique, qui trouve de nouvelles façons de s’exprimer de temps en temps. Ou plutôt, avec laquelle la Vénétie tente de s’exprimer à elle-même et au monde extérieur. En s’adaptant de temps en temps à la modernité du moment historique.

Même si la Vénétie ne se sent pas toujours italienne, elle partage le destin de la péninsule.

Giovanni Collot

Le sentiment d’altérité décrit dans les paragraphes précédents a déjà montré pouvoir être canalisé de diverses manières : de manière positive et vertueuse, en se rassemblant derrière un récit collectif partagé, comme cela s’est produit lors de la crise de Covid-19, lorsque la Vénétie, en partie grâce à son « exceptionnalisme  » généralisé, s’est imposée comme un modèle de gestion50. Ou de manière négative, quand le malaise et l’altérité prennent des formes violentes et autodestructrices, comme le montre la chronique de ces dernières années, avec des révoltes et des incendies contre les centres de migrants.51

En tout cas, c’est sur cette altérité que se jouera une fois de plus l’un des matchs les plus importants des prochains mois, et peut-être des prochaines années, pour la politique italienne. Pour Matteo Salvini, qui dans le sentiment autonomiste d’une base cohérente de son parti voit le premier véritable défi à son leadership52. Et pour l’Italie dans son ensemble, qui risque de l’ignorer au risque de conséquences néfastes. Car, même si la Vénétie ne se sent pas toujours italienne, elle partage le destin de la péninsule.

Sources
  1. G. Parise, Il Veneto è la mia patria, Il Corriere della Sera, 7 février 1982
  2. R. Bianchini, Assalto al campanile, condannati i Pirati, La Repubblica, 10 juillet 1997
  3. Referendum indipendenza Veneto : 2 milioni di sì, in Rai News, 22 mars 2014
  4. https://www.veneziatoday.it/politica/risultati-referendum-autonomia-veneto-2017.html
  5. https://www.repubblica.it/politica/2020/09/21/news/regionali_veneto_zaia_risultati_elezioni-268036530/
  6. L’argent en dialecte vénitien
  7. D. Lessi, Veneto, via libera al referendum sull’autonomia. Favorevole il M5S, il PD si astiene, La Stampa, 22 février 2017
  8. https://legrandcontinent.eu/fr/2018/03/16/lere-du-technopopulisme/
  9.  En 2001, le Parlement a voté une réforme majeure du titre V de la Constitution, concernant les relations entre l’État et les autorités locales. Le résultat de la réforme a été une forme de « décentralisation » avec une dérogation à certaines compétences en vertu du principe de subsidiarité. En particulier, les régions se sont vu attribuer certaines compétences exclusives (comme la santé) et d’autres concurrents. Sur les compétences concurrentes, l’article 117 réformé de la Constitution énumère 23 sujets, sur lesquels les régions peuvent demander une « autonomie différenciée », c’est-à-dire assumer des responsabilités, normalement exclusives à l’État. La demande de la Vénétie, ainsi que de l’Émilie-Romagne et de la Lombardie, se fonde précisément sur cet article : Zaia, avec son style quelque peu populiste, demande la mise en place d’un régime bureaucratique, ce qui en fait toutefois une question politique, s’appuyant sur la forte autonomie historique de la Vénétie.
  10. F. Sironi, Veneto, che bufala il referendum
    della Regione,
    L’Espresso, 21 mars 2014.
  11. Il popolo veneto è una minoranza nazionale, per legge, Il Mattino di Padova, 6 décembre 2016
  12. P. Rumiz, La secessione leggera. Dove nasce la rabbia del profondo Nord, Feltrinelli, 2001.
  13. I. Diamanti, Il Veneto tra voglia di indipendenza e orgoglio italiano, in Demos&Pi (a cura di), Osservatorio Nordest, 17 mars 2015
  14. Ces deux déclarations ont été faites lors d’un entretien avec l’auteur à San Vendemiano (TV), le 25 février 2017.
  15. F. Jori, Dalla Liga alla Lega. Storia, movimenti, protagonisti, Marsilio, 2009.
  16. M. Zulianello, Dalla questione settentrionale alla questione veneta ? L’evoluzione del Venetismo e il Referendum sull’indipendenza del 2014, 2014
  17. I. Diamanti, Il Male del Nord. Lega, localismo, secessione, Donzelli, 1996.
  18. https://www.iltempo.it/politica/2020/05/12/news/fronda-lega-contro-matteo-salvini-governatori-nord-vogliono-mes-sanita-luca-zaia-attilio-fontana-caos-1324861/
  19. M. Almagisti e S. Grimaldi, C’è del nuovo a Nordest : i partiti dopo la parabola del Veneto bianco, in Democrazia e diritto, XLVI, 3-4, pp. 132-50, 2009.
  20. Dans le jargon de la République vénitienne, stato da tera indique les domaines du continent vénitien-lombard, en opposition au stato da mar, un ensemble varié de domaines dans les mers Adriatique et Égée, fondamentaux pour la puissance maritime vénitienne.
  21. M. Almagisti, La qualità della democrazia in Italia. Capitale sociale e politica, Carrocci, 2008, p. 111.
  22. C. Bentivogli, M. Gallo, Nord Est : metamorfosi di un modello, in Banca d’Italia, L’economia del Nord Est : seminari e convegni, 2011, pp. 15-68
  23. A. Bagnasco, Tre Italie. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Il Mulino, 1977.
  24. M. Caverzan, Veneto, il gigante economico è ancora un nano politico, Il Giornale, 28 aout 2012
  25. M. Varotto, Abitare tra le isole del Veneto centrale, in F. Vallerani, M. Varotto, Il Grigio oltre le Siepi. Geografie smarrite e racconti del disagio in Veneto, Nuovadimensione, 2005, pp. 69-115.
  26. M. Paolini, Bestiario Italiano – I cani del gas, 2000
  27. E. McKenzie, Privatopia. Homeowner Associations and the Rise of Residential Private Government, Yale University Press, 1994.
  28. G. Amendola, La città postmderna. Magie e paure della metropoli contemporanea, Laterza, 2004.
  29. http://www.sviluppoeconomico.gov.it/images/stories/commercio_internazionale/osservatorio_commercio_internazionale/statistiche_import_export/province_export.pdf
  30. Entretien réalisé à San Vendemiano (TV), le 25 février 2017
  31. D. Ferrazza, Treviso : un muro alto tre metri per il primo quartiere fortificato della città, in La Tribuna di Treviso, 25 février 2017
  32. A. Pasqualetto, Il benzinaio che spara al rapinatore. Il paese è con lui : “Per noi è un eroe”, in Corriere della Sera, 5 février 2015
  33. S. Micelli, S. Oliva, Rapporto Nordest 2017, Fondazione Nordest – Marsilio, 2017.
  34. https://www.la7.it/propagandalive/video/il-monologo-del-pojana-io-sono-paron-perche-non-sono-mai-stato-felice-17-04-2020-320127
  35. F. Bordon, Lega Nord im politischen System Italiens : Produkt Und Profiteur Der Krise, DUV, 1997.
  36. G. A. Stella, Il tracollo di Treviso. La roccaforte perduta e il partito dilaniato da scandali e risse, Corriere della Sera, 12 juin 2013.
  37. https://www.ilgazzettino.it/nordest/primopiano/elezioni_veneto_diretta_risultati_chi_ha_vinto_luca_zaia-5476242.html
  38. R. Brubaker, M. Loveman e P. Stamatov, Ethnicity as Cognition, in Theory & Society, Vol. 33, No. 1, Febbraio 2004, pp. 31-64.
  39. Autrefois partie des domaines de la République Sérénissime (puis de l’Italie), aujourd’hui entre Slovénie et Croatie
  40. A. Zanzotto,  In questo progresso scorsoio, Conversazione con Marzio Breda, Garzanti, 2009
  41. Il popolo veneto è una minoranza nazionale, per legge, Il Mattino di Padova, 6 décembre 2016
  42. https://stranieriinitalia.it/attualita/veneto-un-immigrato-su-tre-chiede-che-il-dialetto-sia-obbligatorio-a-scuola/
  43. https://www.facebook.com/watch/?v=3554448044588424&extid=4r6ppEQvJaNOpOZn
  44. Entretien réalise à San Vendemiano (TV) le 25 février 2017
  45. COLLOT Giovanni, PETRONI Federico, «  Le centralisme est centrifuge, il brise les pays  », une conversation avec le rival interne de Matteo Salvini, Le Grand Continent, 21 septembre 2020
  46. Wu Ming 1, Cent’anni a Nordest. Viaggio tra i fantasmi della guera granda, Rizzoli, 2015
  47. G. Visetti, Putin, lo zar che venne da Vicenza, La Repubblica, 7 décembre 2005.
  48. Crimea, approvata mozione veneta che fa infuriare l’Ucraina, Corriere del Veneto, 18 mai 2016
  49. E. Vallin, Zaia : migranti, l’esempio del Veneto, in La Stampa, 18 aout 2015
  50. JOHNSON Miles, Fewer deaths in Veneto offer clues for fight against virus, Financial Times, 5 avril 2020
  51. B. Fioravanti, E. Biral, Rivolta a Quinto di Treviso : i cittadini bruciano i mobili, in TrevisoToday, 16 Luglio 2015
  52. JOHNSON Miles, Political hero of Italy’s coronavirus crisis takes shine off Salvini, Financial Times, 4 mai 2020
Crédits
Cet article est une version remaniée et actualisée d'un papier paru dans la revue Limes.