Bruxelles. La continuité des institutions européennes et les réunions essentielles, dont l’Eurogroupe d’aujourd’hui, sont maintenues, avec des mesures pour assurer la sécurité des participants. Le même jour, les dirigeants du G7 se réunissent en visioconférence pour se coordonner sur la politique économique à mener ainsi que sur la question du vaccin et du traitement.

  • Vers une coordination européenne d’ampleur ? Après l’exercice de coordination décevant mené par le Conseil la semaine dernière1, cet Eurogroupe et les prochaines annonces de la BCE suscitent beaucoup d’attentes.2 
  • La BCE s’est déclarée prête à utiliser tous ses instruments de politique monétaire pour contrebalancer la hausse des taux d’intérêt.
  • Une politique budgétaire massive pour contrebalancer le choc macroéconomique. C’est ce qu’avait appelé de ses voeux Laurence Boone dans nos pages. Les mesures annoncées par le président français et par les ministres des Finances et de l’Économie allemands3 vont dans ce sens : chômage partiel, report des cotisations sociales et impôts pour les entreprises en difficulté.4
OCDE revoit à la baisse ses prévisions de croissance
  • La crise du coronavirus a clarifié le rapport de force à l’échelle continentale : si les instruments de l’Union semblent modestes (37 milliards d’euros), c’est qu’ils laissent la place à des instruments fiscaux nationaux puissants.

Nota bene : En France, les déclarations du Président et du ministre de l’économie insistent sur un point : le soutien à l’économie sera mené «  quoiqu’il en coûte ». L’expression qui rappelle le fameux «  whatever it takes » de Mario Draghi lors de la crise de l’euro traduit notamment une volonté de stabiliser les marchés financiers.