Grand Tour

Notre première série d’été, Grand tour, vous invite à explorer le rapport d’affinité entre des personnalités intellectuelles contemporaines centrales et des espaces géographiques où ils ne sont pas nés ou qu’ils n’ont pas vraiment habités et qui ont pourtant joué un rôle crucial dans leur propre trajectoire.

« La bande dessinée est une langue, un moyen d’expression, une grammaire », entretien avec Riad Sattouf

Monde

« La première fois que je suis allée à Paris seule, j’avais dix-sept ans », conversation avec Saskia Sassen

Europe
Long format

Carlo Rovelli est le septième invité de notre série d’été Grand Tour. Pour ce grand physicien italien, la science et l’art ont comme point commun qu’ils admettent tous deux que la réalité est un ensemble plus complexe qu’il nous est donné de voir. L’étude de la mécanique quantique offre une lecture du monde qui nous entoure comme un ensemble constitué de tissu de relations entre grandes entités, bien loin d’une lecture politique qui s’attache à tout circonscrire à des catégories.

Gilles Kepel est le sixième invité de notre série d’été Grand Tour. Le politologue spécialiste du Moyen-Orient ne nous emmène pas en Méditerranée mais en République tchèque, à la recherche d’un passé familial. De son ascendance composée de chasseurs de sangliers en Bohême à l’héritage laissé par son père, intellectuel et homme de lettres, il dessine l’itinéraire d’une redécouverte, en rupture avec l’image attendue du spécialiste de l’islamisme.

L’historienne spécialiste de la Shoah Annette Wieviorka est la quatrième invitée de notre série d’été Grand Tour. Dans cet entretien, elle revient sur le rapport qu’elle entretient avec la Pologne et sur la longue lutte qu’elle a mené pour faire la lumière sur la question de l’antisémitisme en Pologne, aussi bien au plan historique que mémoriel, jusqu’à aujourd’hui.

Géographe, ambassadeur de France en Lettonie entre 2002 et 2006, Michel Foucher a cultivé un rapport intime avec les pays baltes à partir de cartes, de frontières et d’histoire. Nommé à Riga dans la période charnière d’adhésion des États baltes à l’Union européenne, il se fixe comme objectif de tisser des liens entre ce sous-ensemble géographique et le grand continent. Il revient dans Grand Tour sur une carrière marquée par des rencontres, des paysages et une familiarité entre les espaces.

Le premier invité de notre série d’été Grand Tour a beau avoir dirigé une Histoire mondiale de la France, il entretient un rapport singulier à l’Italie. Objet d’études et de fascination politique, elle est aussi un sujet étonnamment distant pour celui qui prit un jour «  la décision étrange de ne pas y résider.  »