Barthélemy Michalon


La Commission Européenne vient de publier, le 14 juin, son rapport sur la mise en oeuvre de son « Plan d’Action contre la Désinformation ». Elle y évalue, entre autres, la contribution des plateformes numériques à cet objectif. Le message central est celui d’une opération réussie, qui ne doit pas occulter la nécessité de plus amples avancées pour faire face à un phénomène qui évolue avec rapidité et représente, donc, un risque persistant.

En bref – Le 26 mars, le Parlement Européen a approuvé en séance plénière la Directive Copyright, dont le rejet en juillet 2018 avait à l’époque surpris plus d’un observateur. Le GEG s’est donc attelé à une comparaison des votes des eurodéputés lors de ces deux votes, qui portaient sur un texte modifié dans l’intervalle.

Le réseau social a dévoilé, le 28 janvier, son projet de créer un conseil de supervision indépendant pour décider de l’élimination des contenus considérés comme offensifs ou dangereux par les utilisateurs. La décision a lieu, à l’occasion de son quinzième anniversaire, dans un contexte où les institutions publiques demandent aux plateformes numériques d’être plus responsables et où la perception de Facebook par l’opinion publique est de plus en plus négative.