Politique

Imaginer un Brexit heureux

Des lendemains qui chantent... Il y a quatre ans, le Royaume-Uni se retirait définitivement de l’Union européenne. Pour l’occasion, nous vous proposons une plongée dans l’imaginaire pro-Brexit avec la traduction inédite de ce texte de Daniel Hannan, qui fut l’un de ses militants les plus enragés : trois jours avant le vote, il y décrivait le Royaume-Uni de 2025 comme un pays de cocagne. Une lecture nécessaire pour saisir la vision du monde qui continue de dominer le parti conservateur britannique.

Auteur
Le Grand Continent
Image
© SOPA Images/SIPA

Le 21 juin 2016, trois jours avant le vote sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne, Daniel Hannan, eurodéputé conservateur (de 1999 à 2020), publie un article d’anticipation dans la revue Reaction. Dans ce texte curieux, il décrit ce que la Grande-Bretagne serait devenue neuf ans plus tard, après sa sortie de l’Union européenne. 

Quatre ans après, le retrait définitif du Royaume-Uni de l’Union européenne, le 31 janvier 2020, et alors que cette année sera une année électorale importante pour le futur du pays, ce billet se lit comme une curiosité — une source pour les historiens du tournant qu’a constitué le Brexit, de part et d’autres de la Manche. On y lit l’optimisme débridé de ceux qui, du parti conservateur à Ukip (sans parler des Brexiters de gauche — les partisans du Lexit) ont cru que la sortie de l’Union garantirait un avenir radieux au Royaume-Uni.

Avant d’en lire une traduction commentée, qui met notamment des chiffres bien réels au regard des anticipations fantaisistes de Daniel Hannan, peut-être peut-on insister sur deux points.

D’un côté, ce billet témoigne de la conviction qui animait nombre de partisans du Brexit que l’Europe réagirait par la division à la sortie du Royaume-Uni : d’autres pays l’émuleraient tandis que l’Union européenne accepterait toutes les conditions que lui fixerait son ancien partenaire. Suffisamment forte pour mettre en place, et imposer, des règlements et des directives tatillons qui nuisait spécifiquement au Royaume-Uni, l’Union aurait été incapable de définir un agenda commun face à l’annonce de son départ.

De l’autre, la certitude que le Brexit se fera dans des termes favorables au Royaume-Uni est déjà nourrie par la foi absolue dans la singularité globale du pays : « la cinquième économie et la quatrième puissance militaire du monde, l’un des cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies et un membre éminent du G7 et du Commonwealth ». Ces termes ne sont du reste pas sans rappeler ceux qu’utilisent certains acteurs du débat politique en France. Faut-il s’en étonner, ce sont les deux pays dans lesquels une partie de l’élite ressent la perte des empires coloniaux comme la cause d’une perte de prestige international, à laquelle il faudrait absolument s’opposer. En creux, c’est la rhétorique de la Global Britain, qui nourrit le Parti conservateur depuis huit ans, qui commence à émerger.

Quatre ans après l’achèvement du Brexit, près de huit ans après le référendum, il faut relire ce Retour vers le futur géopolitique tant il offre de nombreuses clefs de lecture du Royaume-Uni contemporain.

Nous sommes le 24 juin 2025 et la Grande-Bretagne célèbre sa fête annuelle de l’indépendance. Alors que les feux d’artifice fusent dans le ciel d’été, qui n’est pas encore tout à fait noir, nous nous demandons pourquoi il nous a fallu tant de temps pour partir. Les années qui ont suivi le référendum de 2016 n’ont pas seulement revigoré notre économie, notre démocratie et notre liberté, elles ont amélioré les relations que nous entretenons avec nos voisins.

Une étude commandée par le maire de Londres, ville dont 60 % des électeurs avaient voté pour rester dans l’Union en 2016, place le coût du Brexit à 140 milliards de livres pour le Royaume-Uni en 2023. Par ailleurs, sans que le sujet ne soit une préoccupation centrale des électeurs alors que le Parlement sera renouvelé à l’automne, une part croissante des Britanniques regrette le Brexit depuis 2021 : c’est surtout la gestion de la sortie du Royaume-Uni qui est pointée du doigt. 

Le Royaume-Uni est désormais la première économie de la connaissance de la région. Nous sommes leaders mondiaux dans les domaines de la biotechnologie, du droit, de l’éducation, de l’audiovisuel, des services financiers et des logiciels. De nouvelles industries, de l’impression 3D aux voitures sans conducteur, ont vu le jour dans tout le pays. Les industries plus anciennes ont elles aussi repris du poil de la bête lorsque les prix de l’énergie sont redescendus aux niveaux mondiaux : les producteurs d’acier, de ciment, de papier, de plastique et de céramique sont redevenus compétitifs.

Ayant écrit ce texte presque six ans avant l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine, Daniel Hannan n’aurait pas pu anticiper l’augmentation historique des prix de l’énergie que celle-ci allait provoquer en Europe. Alors que le Royaume-Uni avait déjà connu d’importantes hausses, en septembre et en décembre 2021, la guerre a encore aggravé la situation pour les consommateurs et les entreprises britanniques. Durant la première moitié de 2023, les prix du gaz et de l’électricité au Royaume-Uni étaient supérieurs à ceux de la plupart des pays de l’Union — parmi les vingt-sept, seuls quatre pays avaient des prix du gaz plus élevés, et deux des prix de l’électricité plus élevés. Les prix à la consommation pour le gaz et l’électricité au Royaume-Uni ont augmenté bien plus rapidement que la moyenne de l’Union en 2022, et les baisses de prix en 2023 ont été plus tardives que dans la majorité des autres pays européens. Par ailleurs, selon un rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie, depuis 2019, le Royaume-Uni a enregistré une hausse de 19 % des prix de l’électricité par an, très au-dessus de la moyenne mondiale. Elle dépasse par exemple très largement la hausse annuelle moyenne de 5 % enregistrée aux États-Unis de 2019 à 2023.

L’Union, quant à elle, continue de se replier sur elle-même, en s’accrochant à son rêve de convergence politique, alors que les crises de l’euro et de l’immigration s’aggravent. Sa population vieillit, sa part du PIB mondial diminue et ses peuples protestent. « Nous avons les droits des travailleurs les plus complets au monde », se plaint Jean-Claude Juncker, qui vient d’entamer son second mandat de président de la Fédération européenne, « mais nous avons de moins en moins de travailleurs ».

La dernière chose que la plupart des dirigeants européens souhaitaient, une fois le choc passé, était une longue dispute avec le Royaume-Uni qui, le jour de son départ, est devenu leur plus grand marché. Les conditions ont été définies assez facilement. La Grande-Bretagne s’est retirée des structures politiques et des institutions de l’Union, mais a conservé ses accords d’exemption tarifaire. Les droits des ressortissants de l’Union vivant au Royaume-Uni ont été confirmés, et divers accords réciproques sur les soins de santé et autres ont été maintenus. Pour des raisons de commodité administrative, le Brexit a pris effet officiellement le 1er juillet 2019, pour coïncider avec les mandats d’un nouveau Parlement européen et d’une nouvelle Commission.

Ce jour-là a marqué, non pas un départ soudain, mais le début d’une réorientation progressive. Comme l’avait déclaré le chef de file de la campagne en faveur du maintien dans l’Union, Lord Rose, lors de la campagne référendaire : « Il ne s’agira pas d’un changement progressif, mais d’un processus en douceur ». Il avait vu juste.

Dans de nombreux domaines, que ce soit en raison d’économies d’échelle ou parce que les règles sont largement fixées au niveau mondial, le Royaume-Uni et l’Union ont continué à adopter les mêmes normes techniques. Toutefois, à partir de 2019, le Royaume-Uni pourrait commencer à ne plus appliquer les réglementations dont le coût de mise en conformité est supérieur aux avantages qu’elles procurent.

La directive européenne sur les essais cliniques, par exemple, a anéanti une grande partie de la recherche médicale en Grande-Bretagne. En sortant de cette directive, nous sommes à nouveau à la pointe du progrès mondial. En se soustrayant aux règles de l’Union en matière de protection des données, Hoxton est devenue la capitale mondiale du logiciel. La Grande-Bretagne n’est plus entravée par les restrictions imposées par Bruxelles sur les ventes, les publicités et le commerce électroniques.

Les années qui ont suivi le Brexit ont été caractérisées par une chute drastique des investissements étrangers au Royaume-Uni. En 2021, les flux d’investissement direct étranger (IDE) étaient négatifs. Autrement dit, les entreprises étrangères ont retiré plus d’investissements qu’elles n’en ont réalisés. Bien que les entrées d’IDE aient rebondi en 2022, elles n’ont atteint que 14,1 milliards de dollars, soit moins d’un cinquième de la moyenne observée au cours de la période 2016-2019. Selon l’étude commandée par le maire de Londres, à l’horizon 2035, l’investissement total au Royaume-Uni pourrait être inférieur de 32,4 % à ce qu’ils auraient atteint si le pays était resté dans l’Union.

D’autres réglementations européennes, souvent peu connues, ont causé d’énormes dégâts. La directive REACH, qui limite l’importation de produits chimiques, a imposé des coûts énormes aux fabricants. L’interdiction des compléments vitaminés et des remèdes à base de plantes a entraîné la fermeture de nombreux magasins de produits de santé. Le marché de l’art londonien a été brutalisé par les règles de l’Union en matière de TVA et d’imposition rétroactive. Tous ces secteurs ont repris vie.

Les services financiers sont en plein essor, non seulement à Londres, mais aussi à Birmingham, Leeds et Édimbourg. Les eurocrates n’ont jamais beaucoup aimé la City, qu’ils considéraient comme un parasite. Avant le Brexit, ils ont ciblé Londres avec des réglementations qui n’étaient pas simplement nuisibles mais, dans certains cas, carrément malveillantes : la directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs, l’interdiction des ventes à découvert, la taxe sur les transactions financières, les restrictions sur l’assurance. Après le départ de la Grande-Bretagne, les réglementations de l’Union sont devenues encore plus contraignantes, ce qui a poussé davantage d’exilés à quitter Paris, Francfort et Milan. Aucune autre ville européenne ne pouvait espérer rivaliser : leurs taux élevés d’imposition des particuliers et des entreprises, leurs pratiques restrictives en matière d’emploi et leur manque de services d’assistance ont laissé Londres sans concurrent.

À la seule échelle de Londres, le Brexit représenterait une perte de 300 000 emplois en 2023 et de 500 000 à horizon 2035. En quittant l’Union, le Royaume-Uni a notamment menacé le statut de capitale financière de sa capitale. Depuis le référendum de juin 2016, 44 % des plus grandes entreprises de services financiers du Royaume-Uni ont annoncé des plans pour déplacer certaines de leurs opérations et/ou de leurs employés vers l’Union – une tendance qui s’est renforcée entre 2017 et 2021. En Europe, plusieurs villes ont bénéficié de cette tendance. Francfort et Paris sont les destinations de relocalisation les plus populaires pour le secteur bancaire, attirant respectivement 19 et 15 banques d’investissement, tandis que les gestionnaires de patrimoine et d’actifs ont principalement choisi Dublin (18) et Luxembourg (14). Les assureurs ont opté pour une variété de destinations différentes, incluant Dublin, Bruxelles, Luxembourg et Paris.

D’autres villes ont également connu un essor, notamment Liverpool et Glasgow, qui s’étaient retrouvées du mauvais côté du pays lors de l’introduction progressive des droits de douane de la Communauté européenne dans les années 1970. En 2016, la viabilité de nos ports commerciaux a été menacée par la directive européenne sur les services portuaires, un des nombreux projets de règlement qui avaient été retardés pour ne pas favoriser le vote en faveur du Brexit. Aujourd’hui, le Royaume-Uni est redevenu un centre de transport maritime mondial.

Le pétrole et le gaz de schiste sont apparus, presque providentiellement, au moment où les réserves de la mer du Nord s’épuisaient et où la plupart des infrastructures étaient déjà en place. En dehors de l’Union, nous avons pu augmenter cette manne en achetant des panneaux solaires chinois bon marché. En conséquence, nos factures de carburant ont chuté, ce qui a stimulé la productivité, augmenté les revenus des ménages et dynamisé l’ensemble de l’économie.

Au cours des douze mois qui ont suivi le vote, la Grande-Bretagne a confirmé aux différents pays ayant conclu des accords commerciaux avec l’Union que ces accords seraient maintenus. Elle a également profité de cette période pour convenir de conditions beaucoup plus libérales avec les États qui s’étaient heurtés au protectionnisme de l’Union, notamment l’Inde, la Chine et l’Australie. Ces nouveaux traités sont entrés en vigueur peu après l’indépendance. À l’instar des pays de l’AELE, la Grande-Bretagne associe désormais le libre-échange mondial à une participation pleine et entière aux marchés de l’Union.

Nos universités sont florissantes, elles accueillent les étudiants les plus brillants du monde et, le cas échéant, elles les font payer en conséquence. Leurs revenus augmentent en proportion, tandis qu’elles continuent de collaborer avec des centres de recherche en Europe et dans le monde entier.

Le nombre de visas d’étudiants accordés chaque année est décidé par les députés qui, n’ayant plus à se soucier de l’immigration illimitée depuis l’Union, peuvent se permettre d’avoir une vision à long terme. Le Parlement fixe le nombre de permis de travail, le nombre de places pour les réfugiés et les conditions du regroupement familial. Un système d’immigration à points invite les meilleurs talents du monde, et le sentiment d’avoir dû gagner une place de manière compétitive signifie que les nouveaux arrivants arrivent avec une fierté et un patriotisme proportionnels.

Sans surprise, plusieurs autres pays européens ont choisi de copier l’accord de la Grande-Bretagne avec l’Union, basé sur un marché commun plutôt que sur un gouvernement commun. Certains de ces pays sont issus de l’AELE (la Norvège, la Suisse et l’Islande sont en train d’aligner leurs accords sur les nôtres). D’autres viennent de plus loin (Serbie, Turquie, Ukraine). Enfin, certains nous ont suivis en quittant l’Union (Danemark, Irlande, Pays-Bas).

Déclinaison européenne du discours sur la Global Britain, ce paragraphe est une source passionnante pour saisir les représentations de la géopolitique pro-Brexit. Tant que le Royaume-Uni était dans l’Union, celui-ci trouvait des points de convergence avec d’autres États membres, qui partageaient son scepticisme quant aux projets d’intégration renforcée, dans le domaine politique ou économique. Mais le cas des Pays-Bas souligne la rupture constituée par le référendum de 2016, comme l’expliquait Tom de Bruijn : « Mais l’événement politique qui eut le plus d’influence sur l’état d’esprit européen des Pays-Bas fut le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni. La classe politique traditionnelle, y compris les partis qui avaient flirté pour des raisons électorales avec des positions réservées envers Bruxelles, se rendaient compte qu’il y avait un risque à ce genre de discours anime une tempête anti-européenne dangereuse. Dangereuse parce qu’un “Nexit” serait une catastrophe non seulement pour l’économie des Pays-Bas mais aussi pour la stabilité européenne toute entière. Cela explique non seulement le retour à des discours pro-européens — par exemple ceux du Premier ministre Rutte — mais aussi la position extrêmement dure des Pays-Bas dans les négociations sur les termes du départ britannique. »

Le Royaume-Uni est aujourd’hui à la tête d’un bloc de 22 États qui forme une zone de libre-échange avec l’Union, mais reste en dehors de ses structures politiques. Pour leur part, les 24 États-membres de l’Union ont poursuivi leur fusion économique, militaire et politique. Ils disposent désormais d’une force de police et d’une armée communes, d’un impôt sur le revenu paneuropéen et d’un système de sécurité sociale harmonisé. Ces évolutions ont donné lieu à des référendums dans trois autres États de l’UE sur la question de savoir s’il fallait copier la Grande-Bretagne.

Mais le plus grand avantage n’est peut-être pas facile à quantifier. La Grande-Bretagne a retrouvé sa confiance en elle. Lorsque nous avons quitté l’Union, nous avons redressé la tête, regardé autour de nous et réalisé que nous étions toujours une nation avec laquelle il fallait compter : la cinquième économie et la quatrième puissance militaire du monde, l’un des cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies et un membre éminent du G7 et du Commonwealth. Nous avons également rappelé que nous étions le premier exportateur mondial de « soft power », que notre langue était la plus étudiée au monde, que nous étions liés par la parenté et la migration à tous les continents et à tous les archipels. Nous avons vu qu’il existait de grandes opportunités au-delà des océans et de la zone euro. Nous sentions que notre heure n’était pas encore venue. 

Le Grand Continent logo