Dans un article que vous avez écrit en janvier dernier, « The Importance of the Mediterranean Sea », vous soutenez que la Méditerranée est en train de devenir une zone importante de conflit géopolitique, étant donné l’influence directe de la Chine et de la Russie dans la région. Au plus fort de la pandémie de COVID-19 en Europe, nous avons assisté à l’entrée de chars russes sur le territoire italien, ce qui a projeté un message fort des intérêts russes dans le sud de l’Europe. Compte tenu du débouché stratégique que représente la Méditerranée, existe-t-il une stratégie géopolitique américaine face à ces nouvelles transformations ? 

La Méditerranée est la mer intérieure de l’Europe et, en tant que telle, son destin géopolitique façonne la dynamique politique et économique européenne. Il suffit de regarder la crise migratoire de ces dernières années, et la manière dont les mobilités de personnes à travers cette mer ont eu un impact sur la politique de l’Italie ou de la Grèce, pour remettre en question l’existence d’une solidarité européenne entre les membres de l’Union européenne. Ce qui se passe en Méditerranée ne reste pas en Méditerranée. Du point de vue des États-Unis, la mer Méditerranée est donc importante parce que l’Europe reste une région clé pour les alliés et les partenaires économiques américains. Même si les États-Unis mettent un terme à leur forte implication dans le grand Moyen-Orient, et plus particulièrement dans le Levant, la Méditerranée restera une région qui préoccupe les Américains. 

Jakub Grygiel

Mais la question demeure de savoir comment les États-Unis géreront la Méditerranée. Un des faits historiques de cette mer est que la sécurité des côtes européennes dépend de ce qui se passe sur les côtes nord-africaines. Les Romains le savaient et ont dû vaincre Carthage pour garantir leur propre sécurité : avec une puissance punique hostile perchée sur les côtes africaines, la Méditerranée ne serait jamais devenue la Mare Nostrum qui a permis à Rome de développer un empire. En d’autres termes, il y a une unité de sécurité : l’Europe ne peut être sûre si le littoral sud de la Méditerranée est instable et source de menaces potentielles. Or le problème est que l’Afrique du Nord est très instable et qu’aucune puissance européenne ne semble vouloir, ou pouvoir la sécuriser. Il est très peu probable que les États-Unis s’impliqueront dans la dynamique complexe de la géopolitique nord-africaine à un degré et pour une durée nécessaires à la stabiliser. Les puissances européennes sont-elles prêtes à investir du temps et des ressources, y compris des forces militaires, pour sécuriser leur flanc sud ?

En réponse à la dernière question, il a été intéressant de constater, au cours des mois de l’épidémie, la réapparition d’un appel à une alliance néo-latine méditerranéenne des pays du Sud ; une thèse peut-être plus vigoureusement proposée par l’ancien président de la Commission européenne Romano Prodi en mai dernier1. Cela rappelle un certain souvenir de la proposition de l’Empire latin d’Alexandre Kojève (mémo adressé au général De Gaulle en 1945), qui proposait un grand espace méditerranéen pour contrebalancer la montée en puissance des pays protestants du Nord sous l’impulsion de l’Allemagne2. Nous savons qu’une alliance géopolitique contemporaine des pays du Sud (Italie, Espagne, Portugal et Grèce) est hautement improbable étant donné que tous ces pays ont des programmes particuliers. Cependant, voyez-vous une possibilité de consolidation d’une sorte d’alliance méditerranéenne se développer dans un avenir proche, ou plutôt, le retour à cet idéal est-il un symptôme de la fragmentation croissante de l’Union européenne ? 

Je ne prévois pas de grande stratégie unifiée des puissances méditerranéennes en Europe pour faire face aux problèmes de sécurité de ce bassin. Il y a trop d’intérêts concurrents et d’animosités qu’aucun cadre institutionnel n’a pu résoudre. L’Union européenne a été un mécanisme efficace pour négocier les différences intra-européennes au cours des dernières décennies, principalement dans le domaine économique. Mais en matière de politique étrangère, elle a connu un succès moindre. Lorsque les membres de l’Union traitent entre eux de questions économiques, ils entament des négociations qui aboutissent à des compromis et à une certaine harmonisation des règles. Mais lorsqu’ils regardent à l’extérieur, dans le monde, ils voient des défis et des opportunités qu’ils abordent individuellement ou dans le cadre d’alliances ad hoc. En fait, ils considèrent souvent le monde extérieur à l’UE comme le lieu où ils peuvent se faire concurrence, en cherchant à obtenir un statut supérieur ou un avantage par rapport à leurs collègues. Ainsi, par exemple, alors que l’Allemagne a accru son influence sur l’Europe, la France a cherché à adopter une position plus affirmée dans sa politique étrangère en Méditerranée ou en Afrique afin de compenser sa faiblesse relative au sein de l’Europe. 

Les tensions actuelles entre la Grèce et la Turquie pourraient servir de catalyseur pour un front européen plus uni, mené par la France, en faveur de la Grèce. Mais le fait que la Turquie soit un allié de l’OTAN risque d’empêcher une stratégie cohérente de l’Union (ou même une stratégie « néo-latine »). L’Allemagne, ainsi que plusieurs autres pays européens d’Europe centrale mais aussi de la Méditerranée (par exemple, l’Italie), hésite à suivre la France dans sa position pro-grecque et risque de créer une faille majeure au sein de l’OTAN. Il en résulte qu’il n’y a guère de terrain d’entente qui permettrait la création d’un bloc ou d’une entente méditerranéenne3.

En 2019, lorsque Matteo Salvini était à la tête de la coalition gouvernementale italienne, une expression est devenue populaire en Italie : « la Cina è vicina » ou « La Chine est notre voisin ». Nous savons maintenant que l’une des origines du virus du COVID-19 en Europe est un échange entre l’Italie et la Chine. Pensez-vous que cet événement va diminuer l’influence de la puissance chinoise en Italie et dans la région ? La Russie pourrait-elle prendre de l’élan dans un scénario post-coronavirus ? 

La Chine ne réduira pas elle seule son influence en Italie et dans la région. Les pays européens doivent décider eux-mêmes en quelle mesure – et dans quels secteurs de leur économie et de leur vie politique – ils veulent repousser le rôle prédateur de la Chine. La pandémie, qui a pris naissance en Chine et s’est rapidement propagée grâce aux liens que la Chine a établis en Europe, a certainement montré les grands risques d’exposer l’économie et la société d’un pays à une grande puissance communiste, dont les dirigeants sont prêts à mentir pour se protéger. Et il est plausible qu’il y ait une plus grande prise de conscience en Europe, et en particulier dans des pays clés comme l’Italie et l’Allemagne, qui sont de plus en plus pris dans les mailles du filet de l’influence chinoise, des dangers que représente la Chine. La question est de savoir si les dirigeants politiques de ces pays seront prêts à prendre des décisions difficiles pour réduire leur exposition à la Chine – des décisions qui peuvent être coûteuses à court terme mais bénéfiques à long terme. 

Il ne fait aucun doute que l’Allemagne agit comme un hégémon dans la région, qui commande les stratégies à court et à long terme de l’Europe, comme vous l’avez déjà affirmé. Il y a aussi une dimension de l’Allemagne en tant que « médiateur », une stratégie néo-bismarckienne qui masque sa véritable autorité unilatérale, comme l’a récemment suggéré Pierre Mennerat dans ces colonnes4. Alors que l’Allemagne semble être confrontée à des tensions à l’Est et à la pression du sentiment anti-européen au Sud, que devons-nous attendre de cet hégémon européen dans un avenir proche. Dans ce contexte, que pouvons-nous faire du récent retrait des troupes américaines du territoire allemand ?

L’Allemagne devrait être plus puissante dans les prochaines années, en partie grâce au Brexit, qui a supprimé un contrepoids essentiel dans l’Union européenne. Maintenant que le Royaume-Uni est parti, les autres grandes puissances européennes (France, Italie) ainsi que les puissances moyennes (comme la Pologne) ont perdu un partenaire utile qui pouvait atténuer le rôle hégémonique de l’Allemagne. Alors que Berlin a toujours été très prudent en ne prenant pas la tête sur les questions de sécurité, insistant sur l’OTAN comme principal outil de défense européenne, il aura moins d’opposition sur les questions politiques et économiques. Il pourrait en résulter une nouvelle configuration au sein de l’Union, des pays comme la Pologne et la France cherchant une certaine forme de rapprochement. Mais le désir français d’être le chef de la sécurité en Europe – en compensant la domination de l’Allemagne sur les décisions politiques et économiques – empêchera probablement une coopération plus étroite entre Paris et d’autres capitales, en particulier en Europe centrale, qui ne veulent pas affaiblir l’OTAN. En d’autres termes, l’Allemagne sera sans opposition, ou du moins sans contrôle par un groupement cohérent d’autres États européens. Dans certains cas, comme vous le soulignez, l’Allemagne essaiera de jouer le rôle d’un « honnête courtier » (par exemple, en demandant à la France et à la Turquie de désamorcer la situation). Mais dans d’autres cas, notamment à l’égard de la Russie, l’Allemagne cherchera probablement à établir ses propres relations, plus amicales, en cherchant à démêler l’Europe de l’Ukraine et en s’opposant aux politiques existantes qui punissent la Russie pour son agressivité militaire et ses tentatives continues de dominer l’Europe centrale et orientale. L’Allemagne ne partage tout simplement pas l’opinion selon laquelle la Russie constitue une menace immédiate pour sa sécurité nationale. Nous ferons bien de nous rappeler que la géographie européenne n’a pas changé, même si les institutions en Europe ont changé. Compte tenu de cette situation, je considère qu’un repositionnement des troupes américaines en Pologne, membre de l’OTAN, est nécessaire et, en fait, attendu depuis longtemps. La présence militaire américaine en Allemagne avait un sens lorsque ce pays était en première ligne de l’alliance occidentale. Cette ligne de front s’est déplacée vers l’est, et la Russie a fait savoir très clairement qu’elle était désireuse et capable d’utiliser ses forces militaires pour modifier la carte de l’Europe. La posture militaire américaine doit s’adapter.

Dans le sillage du programme d’aide aux coronavirus, certains ont qualifié l’accord économique de « moment Hamiltonien » de l’UE. Cependant, dans un article récent, vous mettez en garde contre le fait que, vu la nature verticale de ces accords par le biais d’ajustements fiscaux, il montre le pouvoir central de Bruxelles sur le processus de décision souverain des pays touchés par la crise du COVID-19. Bien que la montée du nationalisme et des postures souveraines ait fait l’objet de nombreuses discussions (le référendum indépendantiste catalan de 2017 n’en est qu’un des symptômes), pensez-vous qu’il s’agisse d’une possibilité concrète pour les pays du Sud d’attribuer une partie de la prise de décision souveraine, ou resteraient-ils sous la tutelle d’un empire naissant (Russie ou Chine) en imaginant qu’ils sont capables de se séparer de l’Union européenne ? 

Je pense que l’analogie avec Hamilton, et sa décision en tant que premier secrétaire au Trésor américain de faire accepter par le nouveau gouvernement fédéral américain la dette de guerre des anciennes colonies, est exagérée et, à bien des égards, trompeuse. Les membres de l’Union européenne n’ont pas contracté leurs dettes en raison d’une guerre d’indépendance contre un ennemi commun. Plus important encore, ils n’ont pas décidé d’être une fédération d’États unis – une décision que les colonies américaines ont prise avec toutes ses conséquences. C’est une différence essentielle qui souligne le problème que je vois dans la récente décision européenne : elle a fait de l’unité économique le moteur de l’unité politique, et non l’inverse. Un marché commun, une monnaie commune, et maintenant une dette garantie par l’Union, sont censés créer une politique commune. Je pense que le lien de causalité est tout simplement erroné et dangereusement mauvais : la cohésion et l’unité politiques ne sont jamais le résultat d’une union économique et fiscale, mais c’est l’inverse.

L’une des conséquences est que certains pays peuvent être tentés de chercher une forme de rapprochement avec la Chine ou la Russie pour contrebalancer la centralisation croissante de l’Union européenne. Je pense qu’une telle posture est préjudiciable au pays qui la recherche – et à l’Europe dans son ensemble – car elle ouvre des points d’entrée à ces puissances expansionnistes dont le but est de diviser l’Europe et de rompre le lien entre l’Europe et les États-Unis. Il est donc ironique que les décisions des dirigeants européens d’établir une union économique et fiscale apparemment plus grande au sein de l’Europe génèrent exactement le contraire : des tentations centrifuges et une invitation à un comportement plus prédateur de la part de la Russie et de la Chine.

Enfin, et pour terminer, une question sur votre récent livre Le retour des barbares (2018) à la lumière de ces transformations. Il ne fait aucun doute qu’il existe aujourd’hui une fragmentation continue de la gouvernance, qui a pris la forme d’une sorte de guerre civile mondiale de différentes intensités. Vous affirmez que cette crise a également conduit à l’émergence de divers acteurs non étatiques, ce qui accentue les défis existentiels concrets de la gouvernance telle que nous la connaissons, y compris la souveraineté nationale. Après la Seconde Guerre mondiale, l’écrivain et penseur politique allemand Ernst Jünger a prédit l’émergence éventuelle de nouveaux grands espaces géopolitiques ou de formations impériales. On peut en déduire au moins deux questions : pensez-vous que la création de nouveaux grands espaces soit inévitable dans un nouveau scénario mondial ? Et, deuxièmement, cela suffirait-il à dissuader l’anarchie croissante qui caractérise l’ordre politique en Occident ? 

Rien n’est figé en politique. Les États ne sont pas éternels, les grandes puissances déclinent et s’effondrent, et les institutions politiques sont en constante évolution. L’ordre politique, national et international, est une chose fragile – une chose que nous oublions souvent car nous avons eu la chance de bénéficier de décennies d’ordre apparent dans le monde occidental. Et nous avons encore plus de mal à croire qu’une guerre des grandes puissances est possible, étant donné que la dernière fois que nous en avons eu une, c’était dans les années 1940. Tout cela pour dire que nous devons nous préparer à un changement dans le paysage géopolitique du monde. Trois tendances en particulier méritent d’être observées. Tout d’abord, la montée de la Chine, et plus précisément sa posture plus agressive. Oui, Pékin veut toujours avoir une « montée pacifique » mais la croissance de son armée indique qu’elle est prête à redessiner les cartes avec force. Et sa pénétration des économies occidentales est purement exploitante : la Chine avance en volant ce qui est précieux en Occident et veut maintenant contrôler les flux de données dans nos économies. Cette tendance n’est pas irréversible, mais elle exige de l’Occident qu’il prenne des mesures énergiques pour y mettre fin. Les États-Unis, sous l’administration Trump, ont entamé un net changement d’approche vis-à-vis de la Chine, en menant plusieurs politiques visant à freiner l’expansion chinoise. 

La deuxième tendance se caractérise par divers changements dans la manière dont le pouvoir est exercé et développé. La technologie joue ici un grand rôle, évidemment. Une conséquence des développements technologiques des dernières décennies est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un grand État bien administré pour créer de sérieux défis aux autres et, dans certains cas, pour être un acteur stratégique qui façonne le comportement des grandes puissances. Bien sûr, on pense à Al-Qaïda, mais il faut aussi considérer comment de petits États, souvent dirigés de façon désastreuse par leurs dirigeants (Iran, Corée du Nord), ont obligé les grandes puissances à leur accorder une attention énorme. Le revers de la médaille de cette tendance est que, s’ils le veulent, les petits États vulnérables en première ligne avec la Chine ou la Russie peuvent se rendre si « indigestes » qu’ils peuvent dissuader, avec un soutien minimal de leurs grands alliés, leur voisin agressif. Cela peut signifier que les grandes alliances sont moins pertinentes aujourd’hui, car peu d’États, avec des capacités faciles à se procurer, peuvent maintenir ou modifier l’équilibre des pouvoirs.

Enfin, la troisième tendance fait maintenant la une des médias occidentaux : la fragmentation de l’Occident. Celle-ci n’est pas due à des problèmes économiques ; bien qu’existants, ils ne sont en effet pas propres à l’Occident. Elle est plutôt due à une perte de cohésion culturelle, qui a été brisée au cours du siècle dernier par la montée du relativisme moral et une incessante auto-flagellation civilisationnelle. L’Europe ne sait plus quel est son but, si ce n’est la répétition fastidieuse de sa volonté de promouvoir des « valeurs communes ». Ces valeurs, cependant, sont rarement définies car il n’y a guère d’accord en interne sur ce qu’elles sont, et si elles sont définies, ce sont des « valeurs universelles » génériques sans référence aux traditions, à la culture et à la religion européennes. De même, les États-Unis sont déchirés par des forces qui s’efforcent de briser l’idée politique qui sous-tend cette nation et d’élever la politique identitaire au-dessus de tout le reste. Ces évolutions seraient peut-être moins pertinentes sur le plan géopolitique si des pays comme la Chine et la Russie ne s’engageaient pas sur une voie qui renforce leur cohésion nationale derrière des mythes, souvent créés au mépris de la vérité historique mais avec des effets politiques puissants. Si cette tendance persiste, l’Occident sera un champ de rivalité et de concurrence entre les puissances extérieures, plutôt que l’acteur stratégique clé du monde.

Sources
  1. GRESSANI Gilles, « Il est difficile d’oublier l’empire », une conversation avec Romano Prodi, Le Grand Continent, 18 octobre 2019.
  2. LEPENIES Wolf, L’option latine, Le Grand Continent, 15 novembre 2018.
  3. HOFFMANN Clemens, Le conflit entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée orientale est moins une affaire de gaz que du vide laissé par Trump, Le Grand Continent, 28 août 2020.
  4. MENNERAT Pierre, L’impensé bismarckien de la neutralité allemande en Méditerranée orientale, Le Grand Continent, 15 août 2020.