Le nationalisme est en hausse dans le monde entier. C’est la force motrice de la résistance à l’Union européenne et à ses politiques en Grande-Bretagne, en Italie, en Autriche, en Pologne et en Hongrie. Et cela se reflète dans le succès de Narendra Modi en Inde, Shinzo Abe au Japon et Benjamin Netanyahu en Israël. Mais avant même d’examiner des exemples plus complexes comme la Russie, la Turquie et la Chine – dont on peut soutenir que la politique a aussi pris une tournure nationaliste –, il faut constater que cela dénote une réapparition importante des idéaux et des aspirations nationalistes.

Beaucoup de critiques considèrent ce renouveau comme le plus grand danger politique de notre époque. Mais c’est une erreur de considérer le nationalisme comme une force politique fondamentalement régressive ou destructrice. Le nationalisme a en effet été le moteur qui a établi la liberté politique moderne, et une incitation à la diversité entre les nations. Il a été adopté tant par les libéraux que par les conservateurs, y compris par des personnalités respectées comme Woodrow Wilson et Teddy Roosevelt, David Ben-Gourion et Mahatma Gandhi, Charles de Gaulle et Margaret Thatcher.

Tous ces dirigeants, que pouvaient-ils trouver d’attrayant dans le nationalisme ? Et si le nationalisme est, à bien des égards, réellement attrayant, que dire des études, non négligeables, qui entrent en opposition frontale avec lui ?

Commençons par les arguments traditionnels contre le nationalisme. Dans son essai Notes on Nationalism (1945), publié quelques semaines après la fin de la Seconde Guerre mondiale, George Orwell a fourni une critique du nationalisme qui est encore largement invoquée aujourd’hui. Qualifiant le nationalisme d’« habitude mentale désordonnée », il affirmait que les nationalistes s’identifient uniquement à une « nation unique ou à une autre unité », la considèrent comme irréprochable sur le plan moral et ne reconnaissent « aucun autre devoir que celui de promouvoir ses intérêts ».

C’est une erreur de considérer le nationalisme comme une force politique fondamentalement régressive ou destructrice.

Yoram Hazony

Mais Orwell va bien au-delà du nationalisme au sens habituel du terme. Il s’attaque à l’extrémisme politique au nom de tous les collectifs, y compris les églises, les classes économiques et « les mouvements et tendances comme le communisme, le catholicisme politique, le sionisme, l’antisémitisme, le trotskysme et le pacifisme ». En même temps, Orwell fait l’éloge du patriotisme, qu’il considère comme « la dévotion à un lieu et à un mode de vie particuliers, que l’on croit être les meilleurs au monde mais qu’on ne veut pas imposer aux autres ».

Il se trouve que cette description du patriotisme est exactement la façon dont la plupart des nationalistes auto-identifiés décrivent leurs propres opinions. Lue dans son contexte, la célèbre critique du nationalisme d’Orwell s’avère sympathique à un nationalisme modéré.

Une position anti-nationaliste plus convaincante a été proposée par Elie Kedourie dans son livre Nationalisme de 1960, qui a fondé tout un mouvement académique consacré à l’analyse des défauts du nationalisme. Kedourie, un érudit juif irakien qui admirait les empires ottoman et britannique, a compris que le nationalisme n’est pas un état mental. C’est une théorie politique qui suggère que le monde est mieux gouverné lorsqu’il est divisé en diverses nations, chacune ayant son indépendance et son autonomie gouvernementale.

Kedourie soutenait que, bien que cette théorie semblait aller de soi, ses conséquences réelles étaient « désastreuses ». Les populations nationales sont trop mélangées pour permettre des frontières convenues, et les conflits qui en résultent entre les nations conduisent invariablement à des tensions et à la haine mutuelle. Le nationalisme est « une réaction en chaîne, un cercle vicieux », a écrit Kedourie, observant que les minorités du mauvais côté d’une frontière internationale deviennent « un corps étranger dans l’État » et sont persécutées par la majorité dans ses efforts pour les assimiler ou les expulser.

Peut-être plus important encore, Kedourie croyait que l’agitation nationaliste au-delà des frontières avait précipité les conflits dévastateurs du XXe siècle. La Première Guerre mondiale a été déclenchée par le nationalisme serbe, tandis que la demande d’Hitler d’annexer les populations allemandes d’Autriche, de Tchécoslovaquie et de Pologne a « provoqué le déclenchement » de la Seconde Guerre mondiale.

Mais le dossier historique est beaucoup plus complexe que ne l’admet Kedourie. La Première Guerre mondiale a commencé comme une réponse autrichienne à la violence nationaliste serbe, mais elle est devenue une vaste conflagration en raison des aspirations mondiales contradictoires des empires britannique, français et allemand. Quant à la Seconde Guerre mondiale, Hitler n’a, après tout, pas attaqué la France, la Grande-Bretagne et la Russie afin d’unir les germanophones du monde. Comme il l’écrit dans Mein Kampf, son but était de faire de l’Allemagne la « maîtresse du monde » et le « seigneur de la terre ». Cette aspiration n’était pas si différente de celle des États impériaux que Kedourie applaudissait.

Les difficultés de maintenir un ordre international de nations indépendantes sont bien réelles, mais elles n’équivalent pas à un cas de rejet de l’État national. À l’ère de la mondialisation de l’économie et des institutions internationales qui semblent de plus en plus déterminées à atténuer et à remplacer l’indépendance nationale, il est important de garder à l’esprit les vertus du cadre de l’État national.

YORAM HAZONY

Les difficultés de maintenir un ordre international de nations indépendantes sont bien réelles, mais elles n’équivalent pas à un cas de rejet de l’État national. À l’ère de la mondialisation de l’économie et des institutions internationales qui semblent de plus en plus déterminées à atténuer et à remplacer l’indépendance nationale, il est important de garder à l’esprit les vertus du cadre de l’État national. En fait, ces vertus peuvent aider à atteindre de nombreux objectifs politiques partagés même par ceux qui favorisent la disparition des distinctions nationales.

Considérons la tradition occidentale de gouvernement limité, de liberté individuelle et d’élections ouvertes. Historiquement, des institutions libres sont apparues et ont persisté dans des États nationaux comme l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Écosse  – des pays bâtis sur une langue et une religion nationales dominantes, ainsi que sur une histoire qui dépasse les différences internes pour combattre des ennemis communs. Dans Considerations on Representative Government (1861), John Stuart Mill soutient que ce n’est pas un hasard si des institutions libres existent dans ces pays. Comme il l’écrit : « C’est en général une condition nécessaire de la liberté des institutions que les frontières du gouvernement coïncident pour l’essentiel avec celles des nationalités ».

Cet argument repose sur une observation empirique. Les limitations du pouvoir exécutif, obtenues par le biais de branches concurrentes du gouvernement et de la protection des droits individuels, n’ont pris racine que là où il existe un degré élevé de loyauté et de confiance mutuelles entre les dirigeants et les gouvernés. De même, les tribus rivales n’accepteront de partager le pouvoir par le biais d’institutions démocratiques que lorsqu’un puissant « sentiment d’appartenance » ou de « cohésion » (pour reprendre les termes de Mill) aura été préalablement établi.

Une telle cohésion politique est rare dans les populations humaines arbitrairement rassemblées. Mais on la retrouve dans certains collectifs humains, en particulier dans les familles, les tribus et les nations qui partagent un héritage culturel distinctif et une histoire d’action commune face à l’adversité. L’État national tire parti de ces liens de loyauté mutuelle pour amener les individus à obéir aux lois, à servir dans l’armée et à payer des impôts, même lorsque leur propre parti ou tribu n’est plus au pouvoir et que les politiques du gouvernement ne sont pas à leur goût.

Les limitations du pouvoir exécutif, obtenues par le biais de branches concurrentes du gouvernement et de la protection des droits individuels, n’ont pris racine que là où il existe un degré élevé de loyauté et de confiance mutuelles entre les dirigeants et les gouvernés.

YORAM HAZONY

Les États-Unis, avec leur histoire de diversité religieuse et raciale, peuvent sembler une exception, défiant les exigences de la cohésion nationale. Mais ce n’est pas le cas. Les premiers États-Unis partageaient la langue anglaise, la religion protestante et les traditions juridiques britanniques, et ils avaient combattu ensemble en temps de guerre. Ce patrimoine commun était suffisamment fort pour permettre l’ajout, au fil du temps, d’autres « tribus » à la nation américaine, y compris un grand nombre d’immigrants catholiques et juifs et, dans le sillage terrible de l’esclavage, de la guerre civile et de la ségrégation, les Afro-Africains et les Américains.

Historiquement, les Américains ont compris la nécessité de contrebalancer cette diversité croissante par des politiques visant à maintenir un héritage commun enraciné dans la culture anglo-protestante de l’époque fondatrice. Au cours des dernières décennies, alors que le pays a absorbé un nombre toujours plus grand d’immigrants en provenance des pays en développement, le défi a été de maintenir les liens de loyauté mutuelle qui unissaient les Américains depuis longtemps. Il n’est pas certain que les États-Unis réussissent cette tâche, ce qui peut aider à expliquer la discorde croissante dans la politique américaine.

La cohésion nationale est l’ingrédient secret qui permet aux institutions libres d’exister, le fondement sur lequel repose une démocratie qui fonctionne. Il n’est donc pas étonnant qu’aucun empire multinational n’ait jamais été gouverné comme une démocratie. Faute de loyauté mutuelle, ses nationalités respectives ne se considèrent que comme une menace. Ce fut ainsi le cas dans des États multinationaux comme l’Union soviétique, la Yougoslavie, la Syrie et l’Irak. À long terme, rien n’empêche de tels États de s’unir, si ce n’est la coercition. Dans de tels cas, la levée de l’oppression de l’État n’apporte pas la liberté, mais uniquement la dissolution et la guerre civile.

Bien sûr, cela ne signifie pas que chaque État national aura des institutions libres et protégera les libertés individuelles. Mais même des États nationaux très éloignés de l’Occident – comme l’Inde, Israël, le Japon, la Corée du Sud et Taiwan – ont réussi à imiter les précédents anglais et américains. Nous attendons toujours de voir un régime multinational capable de maintenir une véritable démocratie au fil du temps.

Les libertés dites occidentales ne sont pas le seul avantage que présente un ordre d’États nationaux indépendants. Nous savons que la libre concurrence entre les entreprises privées stimule une innovation qu’aucun planificateur rationnel n’aurait pu concevoir à l’avance. Il est moins souvent question du fait que l’ordre politique est, à cet égard, très semblable à l’ordre économique. La diversité et l’originalité sont la conséquence de la concurrence entre nations indépendantes, chacune développant ses propres traditions constitutionnelles et religieuses.

La diversité et l’originalité sont la conséquence de la concurrence entre nations indépendantes, chacune développant ses propres traditions constitutionnelles et religieuses.

YORAM HAZONY

Les périodes de l’Histoire que nous considérons comme les plus créatives et les plus productives ont été caractérisées par une telle concurrence entre des États nationaux ou des cités-États indépendants : pensez à la Grèce antique et à Israël, ou aux États italiens de la Renaissance. De même, les siècles de concurrence entre les États nationaux d’Europe occidentale ont libéré des énergies dormantes, favorisant un degré inégalé d’expérience et d’innovation dans les domaines du gouvernement, de l’économie, de la science, de la religion et des arts.

Kedourie a raison de dire que l’indépendance nationale est souvent entachée de conflits sur l’emplacement des frontières entre les États. Mais il oublie ce qui est bénéfique dans ces arguments : l’Europe médiévale ne connaissait pas les frontières au sens moderne du terme ; chaque souverain ajoutait à son domaine autant qu’il le pouvait. Les vains efforts de cinq générations de rois anglais pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453) pour conquérir la France offrent un bon exemple de ce à quoi ressemble un monde sans frontières nationales fortes.

L’idée que de bonnes frontières font de bons voisins n’est apparue qu’au XVIIe siècle, par le truchement de débats entre nationalistes néerlandais et anglais sur la nature des frontières internationales et la façon dont celles-ci sont établies. À l’origine, ces débats ne portaient que sur le tracé de frontières nationales stables en Europe – même si ces mêmes nations ont participé à la conquête souvent brutale de peuples étrangers en Asie, en Afrique et dans les Amériques. Mais au XXe siècle, l’idéal de la nation indépendante était devenu le facteur central du démantèlement de la domination coloniale européenne dans le monde, souvent avec l’appui d’hommes d’État américains.

Enfin, à notre époque d’intolérance croissante, il est important de noter la relation entre la montée des États nationaux et la propagation de la tolérance politique et religieuse. Les traités de Westphalie de 1648, qui mirent fin à la guerre de Trente Ans, marquèrent le détachement de l’Europe de l’idéal d’une monarchie universelle – aspiration chrétienne depuis l’époque romaine – au profit d’arrangements constitutionnels et religieux divers dans différents États. Henry Kissinger appelle cela « la Grande Modération » dans son livre World Order de 2014. Comme il l’écrit, le nouveau système étatique « a pris la multiplicité comme point de départ » et a entraîné la tolérance d’opinions profondément divergentes. Les catholiques devaient tolérer les régimes luthériens et calvinistes, les monarchistes devaient tolérer les régimes républicains, et les dirigeants qui réglementaient étroitement les affaires de leurs sujets devaient tolérer des régimes offrant des libertés plus larges.

Cette reconnaissance officielle de la légitimité de la diversité entre les nations a fait voler en éclats l’ancienne hypothèse selon laquelle un seul mode de vie pouvait être correct. Fait significatif, les puissances protestantes négociant les traités de Westphalie ont exigé et, en maints endroits obtenu, la liberté de conscience des protestants dans les États catholiques. De cette façon, la tolérance adoptée par le système international a également commencé à s’infiltrer dans les États eux-mêmes, atteignant finalement le statut d’une norme dans la plupart des pays occidentaux.

Cette reconnaissance officielle de la légitimité de la diversité entre les nations a fait voler en éclats l’ancienne hypothèse selon laquelle un seul mode de vie pouvait être correct.

YORAM HAZONY

À certains égards, les exigences d’aujourd’hui pour l’imposition de normes universelles de parole et de croyance sont un retour à une vision pré-occidentale du monde. Comme les universalistes de l’ancienne école les nouveaux universalistes libéraux – qu’ils soient chrétiens, musulmans ou marxistes – ont tendance à rejeter la diversité constitutionnelle, religieuse et culturelle des nations indépendantes. Selon eux, le mode de vie qu’ils proposent – la minimisation des distinctions nationales, la libre circulation des personnes et des biens, l’élévation du jugement individuel sur la tradition dans tous les domaines de la vie – répondra aux besoins de chacun. Il n’est pas surprenant que la corrélation de ce rejet de la diversité parmi les nations soit souvent un dédain pour la diversité des points de vue à la maison, dans son propre pays.

Le nationalisme a ses vices et ses expressions extrêmes. Tout mouvement nationaliste contient des haineux et des bigots (mais pas nécessairement plus que dans les mouvements politiques et religieux universalistes). Mais les vices du nationalisme sont compensés par ses vertus considérables. Un monde dans lequel des nations indépendantes sont autorisées à être en libre concurrence est un monde dans lequel divers modes de vie peuvent s’épanouir, chacun étant une expérimentation différente de la façon dont les êtres humains devraient vivre. Nous avons de bonnes raisons de croire qu’un tel monde offre les meilleures perspectives de liberté, d’innovation, de progrès et de tolérance.

Crédits
Yoram Hazony est président de la Fondation Edmund Burke. Il est l'auteur de The Virtue of Nationalism, qui a été choisi « Livre conservateur » de l'année 2019. Une version de cet essai est paru dans le Wall Street Journal. Vous pouvez lire l'original ici.