Washington. Donald Trump a annoncé qu’il signerait aujourd’hui la Phase 1 de l’Accord commercial avec la Chine. 

  • Qu’est qu’il y a là dedans ? Il s’agirait d’une réduction de certains droits de douane américains. De son côté, la Chine s’engagerait à augmenter les achats de produits (manufacturés, agricoles, énergie) et de services américains d’au moins 200 milliards $ au cours des deux prochaines années, ce qui doublera les exportations américaines vers la Chine.
  • Mais la Chine a donné peu d’éléments sur son engagement, évitant de mentionner toute cible particulière. 
  • Comprendre la frustration américaine. Les négociations au sein du GATT puis de l’OMC ont efficacement abaissé les barrières tarifaires et libéralisé le commerce des biens mais elles n’ont pas montré le même succès dans l’élimination des barrières non-tarifaires et des obstacles au commerce des services et à l’investissement.1
  • Or, l’économie américaine présente un désavantage comparatif massif dans le secteur manufacturier, alors qu’elle dégage de très importants excédents dans les services traditionnels et surtout innovants. 
  • Où en est l’Europe ? L’Union présente des atouts aussi bien dans le secteur manufacturier que dans celui des services – d’où sa position délicate dans la guerre commerciale actuelle.2
  • La trêve avec la Chine pourrait permettre au président américain de se concentrer sur l’Europe, avec laquelle les États-Unis ont un déficit commercial annuel de 169 milliards de dollars. D’autant plus que la taxe carbone aux frontières voulue par la Commission von der Leyen, frapperait durement les exportations américaines3.

Perspectives :

  • Phil Hogan, Commissaire européen au Commerce se rendra jeudi à Washington
Sources
  1. LAMY Pascal, Jalons pour une anthropologie européenne, Le Grand Continent, 8 janvier 2020
  2. COSSON Diane, L’OMC est en train d’imploser, Le Grand Continent, 8 décembre
  3. BUSTIN Alice, SANCHO Hugo, SLAWSKI Joshua, Taxe carbone aux frontières : le juste ajustement ?, Le Grand Continent, 12 décembre 2019