Addis Abeba. La paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée, signée à Djeddah (Arabie Saoudite) le 16 septembre 2018, a ouvert une nouvelle saison diplomatique entre le désir de réforme du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et la nécessité pour Asmara de s’ouvrir au monde1. Cependant, les espoirs d’un processus de résolution des conflits régionaux semblent déçus, étant donné qu’aucun espace n’a encore été laissé pour une comparaison de la situation en Somalie. De même, la paix se révèle beaucoup plus fragile que prévu, compte tenu des conflits frontaliers périodiques entre les deux pays et de l’ouverture de l’Érythrée au monde extérieur qui n’a pas entraîné une amélioration de facto des droits de l’homme2. Les diplomaties régionales, en particulier l’Union africaine, appellent l’attention sur les possibilités offertes par un processus de paix, mais il reste encore beaucoup à faire.

Avec la signature des accords de paix entre l’Éthiopie, l’Érythrée et Djibouti au cours de l’été 2018, une partie substantielle du monde diplomatique espérait que cela pourrait servir de base à une médiation pour la situation en Somalie, aux prises avec le retrait de la mission AMISOM. Ce n’était pas le cas, en particulier à cause des problèmes liés à la représentation à l’ONU (avec l’abandon de Nicholas Haysom et la nomination de Michael Keating) et du refus croissant des gouvernements locaux de rechercher des solutions internationales. Pour l’Éthiopie, l’accord de paix conclu avec l’Érythrée était l’aboutissement d’un projet diplomatique clair qui visait le rôle central d’Addis-Abeba dans la région. En cas d’échec de la solution du conflit somalien, les objectifs géopolitiques de l’Éthiopie seraient considérablement réduits. Il est toutefois très important de noter que, pour Addis-Abeba, l’unité territoriale et institutionnelle somalienne doit être subordonnée à la renonciation de toutes les revendications territoriales de Mogadiscio et à la renonciation de tous les projets pansomaux (ce qui est très peu probable en réalité).3

L’Éthiopie a promis d’entrer en Érythrée avec des investissements d’infrastructures, en particulier pour améliorer les connexions entre les deux capitales. L’Association du transport aérien international (IATA) a récemment débloqué des fonds appartenant à des opérateurs de vols étrangers dans certains pays africains. L’Érythrée fait partie de ces pays avec 73 millions de dollars, dont 6 appartiennent à Ethiopian Airlines4. C’est le seul changement substantiel dans un cadre bloqué, à la fois en raison des relations personnelles entre Afewerki et Ahmed (le premier étant peu enclin à faire des compromis), et en raison des problèmes frontaliers toujours ouverts. Bien que de nombreuses familles se soient réunies, il reste encore quelques questions à poser sur le processus de démantèlement des avant-postes militaires le long de la frontière depuis 1993 et ​​sur l’accès effectif à l’Érythrée par voie terrestre, compte tenu des limitations encore lourdes imposées à Asmara .

L’accord de paix ne peut pas être considéré de manière réaliste comme une amélioration soudaine des droits de l’homme en Érythrée. Certains mouvements de répression contre l’opposition interne ont été ralentis, mais rien n’a changé dans de nombreux autres domaines. L’Érythrée continue d’imposer de lourdes restrictions à la mobilité des personnes, même à l’égard des citoyens étrangers. En outre, la conscription obligatoire, principale raison de l’émigration, reste très présente chez les jeunes générations, ce qui limite la possibilité de recevoir une éducation juste et efficace. Même le droit d’association est très limité, tandis que la liberté religieuse est garantie aux communautés musulmanes et catholiques (les orthodoxes sont durement réprimées, le patriarche Antonios étant en prison depuis 2007). L’Érythrée, dont l’ouverture sur le monde n’a pas apporté de changements substantiels dans le domaine des droits de l’homme, reste l’un des pays où elle fuit le plus, les envois de fonds demeurant au cœur des priorités du pays5.

Perspectives :

  • Des problèmes liés à la libération des fonds d’Ethiopian Airlines suspendus d’Asmara. Les vols sont en effet temporairement suspendus. Un membre du conseil d’administration de la société a déclaré qu’il ne s’agissait que de « problèmes techniques » et que ce n’était pas un choix politique.
  • Le retrait des troupes étrangères de Mogadiscio ne concernait pas les soldats éthiopiens et kényans. Dans le processus de médiation, l’axe Addis-Abeba-Nairobi est très important. Le point central est l’intérêt mutuel de ne pas voir une Somalie pleinement pacifiée limiter les épidémies nationalistes à Mogadiscio.
Sources
  1. ROSA Alessandro, L’Erythrée et l’Ethiopie signent un accord de pax historique en Arabie Saoudite, Le Grand Continent, 23 Septembre 2018.
  2. World Report 2019: Eritrea, Human Rights Watch, 2019
  3. RUBIN Micheal, Will Ethiopia-Eritrea peace last?, The National Interest, 19th March 2019.
  4. ALSHA SHABAN Abdur Rahman, Ethiopian commits to Asmara route, despite $6m locked in Eritrea, Africanews, 10th June 2019.
  5. World Report 2019: Eritrea, Human Rights Watch, 2019