En avril 2016, Horst Seehofer (CSU) a appelé à une grande réforme des retraites car deux graves erreurs devaient être résolues : depuis la réforme de la coalition du SPD et des Verts de 2001, le niveau des pensions du système des retraites avait été drastiquement réduit, de sorte qu’à l’avenir, environ «  la moitié de la population serait obligée d’avoir recours aux prestations sociales  ». Le recours à la prévoyance privée ne pouvait pas empêcher cela, car la retraite Riester «  [avait] échoué  ». Cette remise en cause de l’opinion dominante par Seehofer a immédiatement provoqué une agitation dans les médias et son parti. Il fallait rejeter l’idée de l’augmentation de la pauvreté des personnes âgées comme étant totalement exagérée. Fin 2016, l’agitation était retombée et la question de la réforme des retraites pouvait à nouveau être discutée de la même manière qu’au cours des dernières décennies. Le consensus entre les principaux partis (à l’exception de Die Linke) se maintient donc malgré les inégalités sociales croissantes et l’inquiétude grandissante face à la pauvreté des personnes âgées. Pour mieux comprendre ce consensus, il est nécessaire de replacer les modifications du système d’assurance vieillesse dans le cycle international des réformes et d’expliquer plus précisément pourquoi les réformes des retraites passées sont à l’origine de l’augmentation de la pauvreté des personnes âgées au cours des prochaines décennies.

La stratégie de la privatisation de l’assurance vieillesse

Jusqu’à la réforme de 2001, en Allemagne le système des retraites était conçu à l’instar des régimes de répartition publics (par le biais de cotisation, d’impôts ou d’une forme mixte) qui ont vu le jour dans tous les pays industrialisés entre 1945 et le milieu des années 1970. La mise en place de ces régimes s’explique par des raisons structurelles et par la longue expérience historique de l’échec continu de l’assurance vieillesse familiale, de la prévoyance individuelle et des instruments mis en place au sein des entreprises et corporations. L’enjeu était d’organiser, dans la société industrielle, une assurance vieillesse durablement stable et peu coûteuse pour la majorité. Malgré des différences nationales, l’argumentation en faveur de la mise à disposition de revenus de transfert pendant une phase de retraite séparée de la vie active était partout la même. 

Des arguments identiques sont également à l’origine du deuxième cycle de réformes internationales à partir du milieu des années 1970, qui reposait sur d’autres paradigmes de politique économique et sociale. Ils ont été repris de différentes manières et avec un certain décalage dans le temps mais visent tous à modifier durablement l’organisation et le financement de l’assurance vieillesse. Dans le contexte de la longue conjoncture d’après-guerre, le recul de la productivité et la crise du capitalisme fordiste, l’objectif général a été de démanteler radicalement les systèmes par répartition financés par les cotisations ou impôts et de promouvoir des instruments organisés par le biais des marchés financiers.

En Allemagne, cette césure ne s’est concrétisée qu’avec la réforme de 2001. Alors que le gouvernement libéral-conservateur (1982-1998) n’a pas osé faire ce pas, l’arrivée de la coalition SPD/GRÜNEN a permis de neutraliser les résistances potentielles (syndicats, associations, église, science). La réforme des retraites de 2001 était ambitieuse et politiquement risquée, en particulier pour le SPD. Sur le plan du contenu, les effets contre-productifs des réformes parallèles du marché du travail et des modifications des politiques fiscales sur la «  nouvelle  » assurance vieillesse envisagées étaient facilement prévisibles, car elles modifiaient de manière significative la répartition primaire au détriment du travail. Par contre, il a été beaucoup plus difficile de constater que les effets prétendument positifs de la réforme Riester (du nom du ministre du travail d’alors) sur l’épargne privée et générale ainsi que sur la dynamique d’investissement et de croissance, qui ne pouvaient être justifiés que par des modèles reposant sur des hypothèses contestables concernant les marchés financiers. En conséquence, il n’a jamais été possible de démontrer l’existence d’une assurance vieillesse bon marché, sûre, juste et rentable construite sur le modèle promu des trois piliers (retraite publique, prévoyance privée, prévoyance au sein de l’entreprise) pour la majorité.

Depuis des décennies, le débat se déroule à deux niveaux complémentaires. Au niveau socio-, des aspects particuliers de la population («  changement démographique  ») sont présentés sans être suffisamment intégrés dans le contexte réel du financement, de la production et de la distribution dans le capitalisme industriel. À partir de cet argument, la question de répartition fondamentale est réduite à une question de justice entre jeunes et anciens. Parallèlement, sur le plan économique, un amalgame théorique d’approches néoclassiques affirme la supériorité des instruments de prévoyance privés financés par capitalisation pour générer des moyens financiers en vue de stimuler l’investissement et la formation de capital. À partir des années 1990, le discours de crise antérieur (critique démographique et normative de l’État-providence) est ainsi complété par la représentation exagérée d’une efficacité inhérente des marchés des capitaux pour le dynamisme économique, la croissance et la prospérité.

De plus, les efforts de réforme au sein de l’Union européenne se sont radicalisés. Car la stratégie de libéralisation du traité de Lisbonne a permis de propager un changement de système commun vers une assurance vieillesse réformée dans le marché intérieur. Du point de vue des entreprises européennes, des institutions financières et des gouvernements, cela était de mise à l’heure de l’intégration des marchés financiers. La privatisation des systèmes d’assurance vieillesse établis depuis longtemps a ainsi pu être abordée de front dans le cadre d’une poussée de modernisation.

Malgré des différences nationales, l’argumentation en faveur de la mise à disposition de revenus de transfert pendant une phase de retraite séparée de la vie active était partout la même. 

Christian Christen

Depuis les crises financières de la fin des années 1990 (Amérique latine, Asie, Russie), les corrections massives des prix financiers et des actifs au début du XXIe siècle (notamment la bulle dotcom) et la grave crise financière et économique de 2007/2008, l’euphorie concernant l’efficacité économique de l’approche «  par capitalisation  » est retombée. En alternative, les arguments démographiques sur le vieillissement de la société et le manque d’équité entre les générations sont à nouveau mis en avant, ce qui permet de préserver l’agenda des réformes (cf. OCDE 2009).

La voie allemande : après un début tardif, une accélération vers l’abîme

Toutes les erreurs ne sont pas imputables aux gouvernements du chancelier Gerhard Schröder (SPD). Certaines sont liées aux gouvernements précédents, d’autres sont dues aux gouvernements dirigés par la chancelière Angela Merkel (CDU) après 2005. Néanmoins, avec la loi sur l’assainissement du budget en 2000 et l’adaptation des pensions versées à l’inflation en 2000/2001 ainsi que la réduction des cotisations de pension prélevées en cas de perception d’allocations de chômage, le gouvernement fédéral rouge-vert s’est clairement démarqué de ses propres revendications et idées de la campagne électorale de 1998. Pendant des années, l’opposition de l’ère Kohl a critiqué les réductions de pension et les détériorations pour les personnes qui travaillent «  durement  ». Déjà sous Kohl l’objectif était clair : dans le cadre de politiques de l’offre, les taux de cotisation ne devaient pas trop augmenter, les entreprises et les revenus du capital devaient profiter de baisses d’imposition, et l’instrument de la retraite anticipée devait être maintenu comme mesure peu coûteuse pour se débarrasser de la main-d’œuvre. Il fallait donc plafonner le montant des pensions, augmenter la durée de vie active et repousser le départ à la retraite.

Avec le refus du gouvernement Kohl de couvrir les charges sociales de la réunification en 1989/90 par un financement plus important par l’impôt, le système des retraites a dû assumer d’un seul coup les prestations pour des millions de retraités dans les nouveaux Länder. Même si la part financée par l’impôt (dotations du budget fédéral) a augmenté, le système des retraites n’a pas pu assumer cette tâche sans conséquences. Ce transfert de tâches a entraîné des charges croissantes pour les cotisants et, plus généralement, des conflits politiques sur la subvention fédérale. Ce sujet de redistribution explosif a été utilisée plus tard par les architectes de l’Agenda 2010 autour du directeur de la chancellerie fédérale Frank-Walter Steinmeier (SPD) pour déclarer un problème structurel de compétitivité en Allemagne et justifier des réformes radicales. Au lieu de corriger les erreurs cardinales de la politique sociale de la réunification allemande et les défauts structurels du système de retraites (entre autres le plafond des cotisations, l’absence d’assurance obligatoire pour les indépendants/professions libérales, le système parallèle financé par l’impôt pour les fonctionnaires et les hommes politiques), sa déformation a été accélérée de manière drastique.

Avec le refus du gouvernement Kohl de couvrir les charges sociales de la réunification en 1989/90 par un financement plus important par l’impôt, le système des retraites a dû assumer d’un seul coup les prestations pour des millions de retraités dans les nouveaux Länder.

Christian Christen

Avec la réforme des pensions d’invalidité, la coalition rouge-verte a donné le ton en janvier 2001. En juin, le Bundestag a ensuite adopté une nouvelle réforme comprenant la retraite Riester, tous partis confondus (seul le PDS a voté contre). À partir de 2009, les salariés devraient verser chaque année jusqu’à 4 % de leur salaire brut, en lien avec une aide pouvant atteindre 50 % (déductions fiscales, allocation de base et allocation pour enfant). Outre la pension Riester, la loi contenait d’autres modifications importantes. Par exemple, depuis 2011, chaque nouvelle pension est réduite d’un facteur de compensation de 0,3 %, qui passera à 6 % en 2030. Une nouvelle formule de calcul des pensions a été introduite, de sorte que leur montant ne dépend plus de l’évolution des salaires nets. En fonction de l’année de naissance, des éléments de répartition, tels que la prise en compte des périodes d’éducation et de soins, du service militaire ou civil, des périodes de chômage, de formation professionnelle et d’études, ont été réduits ou supprimés. Le couronnement de la réforme a été le lien fatal entre le développement de la prévoyance privée et la réduction de la capacité de prestation du système public : depuis lors, la pension de tous les bénéficiaires diminue, même si, en raison de leur revenu, ils n’ont que peu ou pas de prévoyance privée/d’entreprise et ne peuvent pas bénéficier d’aides. Ce mécanisme traduit une redistribution dans la classe des salariés – des revenus inférieurs vers les revenus supérieurs.

Avec la deuxième loi modifiant le code social en 2004, le SPD et les Verts ont décidé que les retraités devaient payer la totalité de la cotisation à l’assurance dépendance et ont suspendu la revalorisation des pensions. La «  loi sur la pérennité des retraites  » de 2005 a de nouveau modifié la formule des pensions : Par rapport à l’année 2000, le niveau des pensions devait baisser de près de 20 % d’ici 2030 et le taux de cotisation devait augmenter de 20 % au maximum d’ici 2020 (22 % au maximum d’ici 2030). La revalorisation des périodes de formation scolaire a été supprimée, et la limite d’âge pour le passage à la retraite sans abattement a été relevée de 60 à 63 ans pour les personnes en retraite progressive et les chômeurs. En 2008, la CDU/CSU et le SPD ont introduit la «  retraite à 67 ans  » (à l’horizon 2031). En cas de départ anticipé à la retraite, la pension peut être réduite jusqu’à 14,5 % et le départ sans réduction pour les personnes lourdement handicapées et les personnes à capacité de travail réduite a été portée à 65 ans. Le gouvernement de la CDU/CSU et du FDP a décidé en 2011 que les bénéficiaires de Hartz IV n’étaient plus soumis à l’assurance retraite. Depuis lors, aucun centime n’est versé au système des retraites sous forme de cotisation pendant la période de perception des prestations, ce qui réduit d’autant leurs futures pensions.

En conséquence, le système des retraites est devenu dysfonctionnel pour des millions d’assurés, ce qui se traduit par une baisse rapide des pensions. Le cœur de la privatisation partielle de l’assurance vieillesse de 2001 marque la rupture structurelle dans la politique de retraite allemande de l’après-guerre. Jusqu’alors, la garantie du niveau de vie à la retraite était une exigence sociopolitique que le système de retraite par répartition devait satisfaire. Depuis lors, les assurés versent des cotisations sur leur revenu courant et acquièrent le droit au versement d’une pension qui doit leur permettre un niveau de vie supérieur du seuil de pauvreté. À cet effet, la pension basée sur le salaire brut a été introduite, celle-ci a été couplée à l’évolution des salaires, et d’autres composantes de répartition ont été codifiées (éducation, formation, chômage, service militaire et service civil, travail de soins et d’assistance). Outre les pensions de vieillesse, le système fournissait des prestations supplémentaires. Le système des retraites, tel qu’il a été créé en 1957, était une prestation de l’État-providence destinée à limiter les risques et les inégalités, et il n’a délibérément jamais été conçu comme une assurance privée basée sur le principe de l’équivalence des cotisations et des prestations.

© Christian Schirrmacher

Malgré les critiques justifiées du système des retraites en raison de sa construction à partir de l’emploi masculin normal et de la reproduction de la répartition primaire dans la perception des prestations (petits/hauts revenus = petites/hautes pensions), le niveau de vie à la retraite a été assuré de manière relativement convenable et efficiente pour une grande partie de la population jusqu’au début des années 1990. Le taux de remplacement du salaire net après le début de la retraite atteignait en moyenne jusqu’à 70 % ; il a baissé depuis la fin des années 1980, et a chuté fortement entre 2001 et 2030, à moins de 43 %. Si l’on considère un idéal-type avec un emploi continu et une rémunération moyenne sur 45 ans (salaire brut mensuel de 2 947 €/mois en 2015), le système des retraites n’assure plus le maintien du niveau de vie. Les réformes esquissées augmentent donc le risque de pauvreté à la retraite non seulement pour la part croissante de travailleurs précaires (actuellement environ huit millions de personnes sur 32 millions soumises à l’assurance sociale obligatoire), ayant une trajectoire professionnelle instable ou des salaires inférieurs à la médiane (20 700 € bruts par an en 2017), mais aussi jusque dans les classes de revenus moyens qui travaillent à temps plein, toute leur vie.

Une prétendue solution : la promesse de rendement de la prévoyance privée

Habituellement, les partisans de la réforme rejettent cette interprétation et affirment — pour garantir le niveau de vie dans le modèle des trois piliers — qu’il faut compenser par les revenus de la prévoyance privée. Pour ce faire, on suppose une «  rémunération  » relativement élevée et stable du capital épargné puis investi, qui repose sur des hypothèses idéales. Des scientifiques ont certes souligné, lors de l’élaboration de la loi de 2001, quelques-uns des problèmes centraux de tout financement de la prévoyance vieillesse par les marchés financiers. Mais dans la mesure où les jalons ont été posés avant l’effondrement des bourses en 2001 et le crash mondial de 2008/09, l’euphorie concernant l’évolution des marchés des capitaux a été d’autant plus prononcée. De plus, la critique des thèses dominantes sur le transfert du capital d’épargne vers le capital de placement et les investissements, ainsi que le constat de l’instabilité endogène des marchés financiers, ne jouaient aucun rôle, ni dans le monde scientifique, ni dans le débat public. Les objections sociopolitiques formulées notamment par les associations caritatives, les églises et — à quelques exceptions près — par les syndicats étaient trop faibles et ne pouvaient pas mettre en danger le projet.

En plus des efforts bureaucratiques associés, l’adoption de la réforme Riester a mis en évidence le manque total de transparence concernant les produits de prévoyance et la structure des coûts, ainsi que le manque de conseils et la méconnaissance de la structure des aides.

Christian Christen

Outre les objections de principe, de nombreuses critiques concrètes émises par les consommateurs ont su attirer une couverture médiatique croissante. En plus des efforts bureaucratiques associés, l’adoption de la réforme Riester a mis en évidence le manque total de transparence concernant les produits de prévoyance et la structure des coûts, ainsi que le manque de conseils et la méconnaissance de la structure des aides. Avec l’instauration de l’allocation chômage I/II («  Hartz IV  ») et de l’assurance vieillesse de base financée par l’impôt, un autre problème a été mis en évidence : les bénéficiaires de l’assurance vieillesse de base doivent faire compenser leur prestation en argent issue de la prévoyance. Pour les personnes ayant des trajectoires professionnelles instables et des revenus salariaux inférieurs à la moyenne, cela n’a aucun sens de se prémunir — elles ne recevront guère plus que le montant maximal de l’assurance de base. Les décideurs politiques ont longtemps refusé d’en tenir compte, alors que cela correspond exactement à la logique de la législation sociale depuis 2001 : avant tout recours à des prestations, le patrimoine et les revenus privés doivent être réduits à un très faible «  patrimoine protégé  ».

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que la retraite Riester soit peu demandée dans les segments de revenus faibles. La stagnation de la diffusion de la retraite Riester au cours des dernières années n’est toutefois pas uniquement due à cette situation. La stagnation due à la faible demande s’explique notamment par la situation réelle des revenus. Contrairement au mythe selon lequel la prévoyance vieillesse entraînerait toujours une augmentation de l’épargne privée et agrégée, seul le comportement d’épargne des groupes qui peuvent épargner change. Le revenu réel reste la base de toute épargne de prévoyance et l’offre et la demande de produits financiers se diversifie en fonction de la classe de revenu. Plus les revenus sont faibles, plus les possibilités et la demande sont réduites. Tout au plus, les personnes aux revenus faibles ne peuvent verser que des cotisations d’épargne relativement faibles et ne peuvent logiquement s’attendre qu’à de faibles versements – si tant est qu’elles parviennent à maintenir leur prévoyance sur la durée du contrat. Par rapport aux faibles contributions/primes, la part des frais de gestion est élevée et les conditions contractuelles sont généralement défavorables, de sorte que la prévoyance vieillesse privée est tout simplement inefficace pour les revenus faibles et même moyens. Enfin, la diversification des comportements d’épargne s’explique par des effets d’aubaine. Les revenus élevés peuvent concentrer les prestations (majorations de base/enfants) ou les réductions d’impôts les plus importantes, alors que les célibataires en dessous du revenu médian ne peuvent bénéficier que d’aides ou de réductions d’impôts plus faibles.

Enfin, la retraite Riester a fait l’objet de critiques techniques croissantes. Par exemple, on calcule des espérances de vie très élevées et on constitue des amortisseurs de risque importants, ce qui signifie que les preneurs de prévoyance doivent vivre jusqu’à 80 ans pour récupérer leurs cotisations d’épargne avec un taux d’intérêt nominal de 0 % (maintien des cotisations sans déduction de l’inflation). Pour obtenir un rendement de 2,5 %, il faut atteindre l’âge de 90 ans. Pour obtenir un taux d’intérêt de 5 %, il faut atteindre l’âge biblique de 120 ans. En fin de compte, les prestataires de services financiers réalisent des gains élevés, qui ne sont aucunement distribués aux assurés. Outre les prestataires de services financiers, les groupes de revenus plus élevés bénéficient de la redistribution de ces «  gains de mortalité  ». En raison de la corrélation entre les bas revenus et la faible espérance de vie, une partie de leurs cotisations et des intérêts sur les placements sont accessibles aux personnes ayant les revenus les plus élevés et une espérance de vie plus longue. La question du calcul se pose avec d’autant plus d’acuité que les cotisations des assurés peuvent être décimées par jusqu’à 24 facteurs, de sorte que jusqu’à 30 % sont déduits en tant que frais et reviennent aux prestataires de services financiers en tant que bénéfice supplémentaire. 

Pour une grande partie des salariés, les produits de prévoyance privés sont généralement «  chers  » et ne sont jamais rentables, d’autant plus qu’ils ne peuvent pas épargner durablement une part significative de leur revenu pendant leur vie professionnelle. Il leur manque donc pratiquement les conditions de base pour pouvoir un jour compenser les réductions de la pension : Le revenu, l’expertise, le temps et l’accès à des instruments très lucratifs (pour les prestataires). De leur côté, les prestataires de services financiers opèrent depuis les années 1990 dans des conditions externes fortement modifiées, dans la mesure où le financement de la croissance d’un stock de capital productif par le biais de placements financiers n’est jamais obligatoire compte tenu de la possibilité de création de monnaie dans le secteur bancaire. Le financement de l’accumulation réelle au 20e et au 21e siècle ne montre à aucun moment la nécessité de mettre à disposition les moyens par le biais d’une épargne de précaution en constante augmentation. Si les conditions économiques et sociales réelles sont totalement différentes de ce qui est affirmé dans le débat sur la réforme de la prévoyance vieillesse, l’épargne-prévoyance promue par les gouvernements n’aura pas seulement des effets négatifs en raison de la demande effective faible ou en baisse qui en résulte, mais favorisera l’évolution erratique des prix sur les marchés des actifs et la vulnérabilité aux crises sur les marchés financiers.

Le revenu réel reste la base de toute épargne de prévoyance et l’offre et la demande de produits financiers se diversifie en fonction de la classe de revenu. Plus les revenus sont faibles, plus les possibilités et la demande sont réduites.

Christian Christen

Entre-temps, les sociétés financières ont de plus en plus de mal à investir les fonds destinés à la prévoyance vieillesse. Les effets des taux d’intérêt bas, qui font l’objet de nombreux débats publics, n’en sont pas les seuls responsables ou la cause. Les difficultés se sont déjà accrues dans des phases de taux d’intérêt relativement élevés, ce qui constitue un indice supplémentaire du peu de solidité du lien constamment affirmé entre l’assurance vieillesse privée, le placement financier et le financement de la croissance. Le problème essentiel est le service des engagements pris au cours des dernières décennies face l’expiration des contrats de prévoyance. Si l’on veut en plus garantir des distributions élevées aux actionnaires et des revenus dans le secteur financier ainsi que sa capacité d’expansion, il ne faut pas abandonner la voie de la déformation du système des retraites et la promotion des deuxième et troisième piliers de la prévoyance vieillesse. Il faut au contraire trouver en permanence de «  l’argent frais  » et des placements à taux d’intérêt plus élevés. C’est ce que l’on constate actuellement avec le financement prévu de l’infrastructure (autoroutes, réseaux, écoles, etc.) par des investisseurs institutionnels. En fin de compte, ce sont notamment les usagers et les contribuables qui refinancent encore plus qu’avant les revenus de prévoyance de «  leur  » assurance vieillesse, avec des effets de répartition et de charge très différents.

© Christian Schirrmacher

La situation actuelle : le consensus fatal sur les retraites tient bon

La grande coalition en place [en 2016] a été alertée par le bref débat sur la pauvreté des personnes âgées au début de l’été dernier et a pris des mesures. Concrètement, le ministère du travail et des affaires sociales, dirigé par Andrea Nahles (SPD), a organisé une discussion avec les principaux acteurs et a présenté en décembre 2016 la loi sur le renforcement des retraites professionnelles. Quelques modifications isolées améliorent à la marge la situation des personnes concernées. Toutefois, la coalition n’a jamais réussi à se mettre d’accord sur la question de savoir si et comment la baisse rapide des prestations du système des retraites devait être stoppée. L’augmentation des cotisations et la hausse de la part financée par l’impôt ont été catégoriquement exclues. L’élargissement du groupe des cotisants et l’intégration de tous les types de revenus sont toujours considérés comme une aberration.

Au lieu de remédier à la «  débâcle Riester  », le troisième pilier de l’assurance vieillesse (la prévoyance vieillesse professionnelle) est maintenant réformé selon le modèle habituel. D’une part, il s’agit d’ouvrir de nouveaux champs d’activité pour le secteur financier et, d’autre part, de supprimer certains obstacles supposés à la diffusion de la prévoyance professionnelle. Ce qui est moins ouvertement communiqué, c’est qu’il s’agit de réduire drastiquement à long terme les charges de retraite dans les entreprises et de reporter davantage le risque des marchés financiers sur les salariés.

Le SPD tente depuis 2002 de promouvoir les régimes de retraite professionnels, par le biais de la conversion de la rémunération. Cela permet d’exonérer de cotisations sociales et d’impôts les parts de salaire destinées à ces régimes. Parallèlement, les modèles de prévoyance vieillesse professionnels sont appréciés depuis des décennies par les syndicats et les comités d’entreprise des grandes entreprises, souvent fortement exportatrices. Dans la plupart des cas, le fonctionnement, la structure et les effets des régimes de retraite professionnels sont exagérés de manière positive et des images historiques de partenariat social sont véhiculées de manière subliminale. On oublie souvent qu’elle fonctionne selon une logique similaire à celle de tous les instruments financiers et qu’elle est organisée par les mêmes sociétés financières.

Les différences entre la prévoyance privée et la prévoyance d’entreprise résultent aujourd’hui principalement de réglementations divergentes. Il n’est pas possible de mettre en place une prévoyance d’entreprise à grande échelle, aussi lucrative soit-elle, dans les petites et moyennes entreprises, en particulier pour les revenus faibles, voire moyens. Pour la plupart des salariés, il est impossible de compenser les effets négatifs de la réduction des prestations dans le système des retraites et de la prévoyance individuelle par le biais des régimes de retraite professionnels. Ici aussi, une augmentation significative des salaires sur plusieurs années serait la condition préalable à l’augmentation de la prévoyance. Cela soulève immédiatement la question de savoir pourquoi il faudrait organiser une prévoyance risquée à travers un détour coûteux par des prestataires privés, alors que des cotisations croissantes alimentant le système des retraites pourraient être financées sans problème ?

Pour la plupart des salariés, il est impossible de compenser les effets négatifs de la réduction des prestations dans le système des retraites et de la prévoyance individuelle par le biais des régimes de retraite professionnels.

Christian Christen

Compte tenu des changements massifs dans la répartition primaire et des déséquilibres sur le marché du travail, des réductions de pensions du système des retraites ainsi que du problème non résolu de l’organisation d’une prévoyance vieillesse privée stable et bon marché pour la majorité, une réforme complète des retraites est attendue depuis longtemps. Les points clés de cette réforme devraient toutefois être différents de ceux des trois dernières décennies. Il n’est guère utile d’essayer d’atténuer quelque peu la baisse rapide des prestations en revalorisant partiellement les revenus de retraite modestes ou en encourageant davantage les deuxième et troisième piliers, car le problème se situe au niveau de l’ensemble des difficultés sociales. Les approches politiques actuelles ne tiennent pas compte de cette situation et ne font que favoriser la désolidarisation, car les classes de revenus moyens et supérieurs peuvent continuer à organiser leur assurance vieillesse de manière plus lucrative. D’autre part, la pression sociale augmentera et les futures cohortes de personnes âgées seront de plus en plus nombreuses à devoir financer leur retraite par des prestations de transfert. Pour tous, le passage à la retraite sera repoussé, avec à nouveau des effets inégalitaires. Dans cette situation, les offres de darwinisme social auront tendance à augmenter, comme le montre par exemple le programme de l’AFD. Ses positions économiques libérales radicales en matière d’affaires sociales sont accompagnées d’une agitation contre les prestations «  excessives  » pour les citoyens non allemands et les comportements «  parasitaires  ». Ainsi, le conflit de répartition se trouve chargé d’une dimension ethnique, sans rompre le consensus néolibéral sur les retraites.

La rétrospective montre que le système des retraites a fait l’objet de luttes politiques acharnées. Aujourd’hui, les combats sont généralement plus subtils, mais tout aussi violents, car cette branche de la sécurité sociale représente, et de loin, le système de transfert le plus important en termes quantitatifs et reste le point d’attaque de toutes les critiques de l’État providence. La retraite constitue en outre un carrefour important des luttes culturelles à l’issue duquel – outre la phase de l’enfance et de la jeunesse – une phase juridiquement codifiée de repos et de démarchandisation de la force de travail a vu le jour. Pour la majorité, le travail jusqu’à la mort était pour la première fois dépassé. La construction du consensus sur la réforme depuis les années 1980 en révise les principes fondamentaux. Or, il n’a pas été simplement imposée de manière clandestine «  d’en haut  », mais portée «  par bas  ». Non seulement par aveuglement ou ignorance, mais aussi parce que certains groupes de revenus en sont les bénéficiaires à court ou moyen terme ou espèrent pouvoir s’en sortir mieux, et insistent sur les droits individuels à la liberté et refusent les «  systèmes collectifs contraignants  ». Il s’agit là d’une manifestation d’intérêts contradictoires au sein de la population salariée. 

À l’heure actuelle, l’augmentation de la pauvreté relative et absolue des personnes âgées semble acquise pour de nombreux citoyens et même pour les personnes qui seront concernées à l’avenir. On semble s’en accommoder. En même temps, historiquement, la mauvaise situation des «  vieux  » n’a jamais été à elle seule un moteur pour la mise en place, dans le cadre de l’État-providence, d’une assurance vieillesse performante, effective et efficiente. La volonté de la «  classe moyenne  » d’agir dans son propre intérêt a toujours dû être clairement articulée et exécutée. Une telle action reste à l’avenir la condition fondamentale pour défier sérieusement le consensus fatal sur la réforme. Sinon, le soutien de la société au système des retraites risque de s’affaiblir encore.

Crédits
Cet article a été publié à l'origine en allemand sous le titre "Der neoliberale Rentenkonsens in Deutschland und seine Genese. Von der Lebensstandardsicherung zur Altersarmut für Millionen" dans la revue PROKLA 47(187), 2017.