Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

Olivier Dabène

Comme beaucoup le savent, l’accord de paix en Colombie contient 6 points : une réforme agraire complète, la participation politique, la fin du conflit, une solution au problème des drogues illicites, un accord sur les victimes du conflit et des mécanismes de mise en œuvre, de vérification et de plainte1. Au total, il y a 578 dispositions et un délai de 15 ans pour les mettre en œuvre. Où en sommes-nous ? Telle est la question. Selon les données de l’Institut Kroc pour les études sur la paix internationale de l’Université de Notre Dame aux États-Unis, qui effectue un suivi en temps réel, nous constatons que quatre ans après la signature, 28 % des dispositions sont pleinement mises en œuvre, 18 % sont à un niveau intermédiaire de progrès, 35 % sont à un statut minimum et 19 % n’ont pas été initiées. Par rapport à l’année précédente, les analystes de Kroc ont noté des progrès, mais très lents.

Olivier Dabène est professeur à Sciences Po, chercheur au Centre d’études internationales (CERI), et président de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC).

Une autre caractéristique de la mise en œuvre est son irrégularité. Si l’on considère l’ensemble des six points, les meilleurs résultats sont obtenus pour le point « fin du conflit », avec 49 % des 140 dispositions pleinement mises en œuvre, et pour le point « mécanismes de mise en œuvre », avec 55 % des 84 dispositions pleinement mises en œuvre. Les plus mauvais résultats se trouvent dans le point sur la « participation politique », avec 34 % des 94 dispositions non initiées, et sur la question des victimes, avec 20 % des 90 dispositions non initiées. Ce type d’approche quantitative nous donne une première approximation de la question de la mise en œuvre, mais nous devons aller plus loin pour identifier les obstacles à la mise en œuvre et réfléchir à la manière de les supprimer. Espérons que ce débat nous permettra d’atteindre cet objectif, et c’est pourquoi je donne tout d’abord la parole au Président Santos, en lui réitérant mes remerciements.

Juan Manuel Santos

Juan Manuel Santos a été président de la Colombie entre 2010 et 2018. Il a reçu le prix Nobel de la paix en 2016.

Je voudrais commencer par remettre les choses dans leur contexte. Nous devons nous rappeler que cet accord n’est pas seulement un accord avec les FARC : c’est un accord qui vise également à transformer le pays, en particulier dans les zones qui ont été si durement touchées pendant 50 ans de conflit. Je me souviens que lors d’une première phase, il a été négocié secrètement pour établir un agenda, puis pendant quatre ans lors d’une phase, cette fois-ci, publique. Et cela a été fait avec un soin particulier apporté d’un point de vue juridique. Dès le début, les instructions ont exigé que l’accord soit encadré par le droit humanitaire international, et simultanément par la Constitution colombienne. Un soin particulier a été apporté à cet égard. Et ce n’était pas un accord pour désarmer les FARC, mais plutôt un accord avec un contenu social, politique et économique. 

Cet accord n’est pas seulement un accord avec les FARC : c’est un accord qui vise également à transformer le pays, en particulier dans les zones qui ont été si durement touchées pendant 50 ans de conflit. Ce n’était pas un accord pour désarmer les FARC, mais plutôt un accord avec un contenu social, politique et économique. 

Juan manuel santos

Au début des négociations, ce processus a été complété par une série de mesures. Je souligne particulièrement la loi sur les victimes et la restitution des terres. C’est ce qui a permis de créer une étape vers l’application de la justice transitionnelle. C’est une chose que beaucoup de gens oublient. C’est grâce à cette loi sur les victimes et la restitution des terres, à partir de ce moment-là, en 2012, que les victimes ont commencé à recevoir des réparations. Cela a également donné une force particulière à la négociation et à la vision de ce que nous voulions avec l’accord. Comme le professeur Dabène l’a déjà mentionné, l’Institut Kroc, qui a été choisi par les deux parties comme l’institut chargé de vérifier la mise en œuvre de l’accord, est l’organisation dans le monde qui possède le plus d’informations sur les processus de paix, qui dispose même d’une matrice qui compare tous les processus de paix qui ont été négociés jusqu’à présent, et qui a les outils et les connaissances pour évaluer les progrès de leur mise en œuvre. Cet institut souligne toujours qu’il s’agit de l’accord le plus ambitieux, le plus complet et le plus profond qui ait jamais été négocié.

En plus de l’aspect sécuritaire, le fameux Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) contient un certain nombre d’aspects sociaux, économiques et politiques très profonds. Selon l’institut, les accords de paix commencent toujours avec un pourcentage élevé de personnes qui s’y opposent. La popularité des procédés est toujours remise en question. Mais au fur et à mesure de leur mise en œuvre, ce soutien et cette popularité augmentent. Comme l’a dit le professeur Dabène, environ 30 % des un peu plus de 500 points qui ont été convenus ont été mis en œuvre. Si l’on compare purement en termes de temps et de pourcentages, l’accord prévoit une période de mise en œuvre de 15 ans, et après cinq ans, nous en sommes à 30 %. Nous ne nous en sortons donc pas mal. Nous sommes dans les temps prévus. Cependant, quand on commence à décortiquer les points de l’accord, il y en a où les progrès ont été beaucoup plus importants, et d’autres où ils ont été beaucoup moins importants.

Il existe deux autres institutions qui ont également été approuvées par les deux parties colombiennes : le CINEP et la CELAC. Ce sont deux institutions qui assurent également le suivi des accords pour informer les parties et les personnalités politiques qui ont été nommées à l’époque par les FARC, l’ancien président uruguayen Pepe Mujica, et par le gouvernement colombien, l’ancien président espagnol Felipe Gonzalez. La CELAC vient de publier son dixième et dernier rapport, où l’on trouve plus de 400 pages et une série d’analyses point par point des progrès et des lacunes. 

D’autre part, il y a aussi les rapports de la mission de l’ONU au Conseil de sécurité. Selon le dernier rapport, le nombre d’anciens membres des FARC accrédités à l’heure actuelle est de 13 608. Cela signifie que la grande majorité des ex-guérilleros sont encore dans le processus. Et c’est très important. Il est bien supérieur à la moyenne des autres processus mis en œuvre récemment dans le monde. 99 projets productifs collectifs et 3 190 projets productifs individuels ont été mis en place. Et 155 coopératives d’ex-combattants ont été créées dans tout le pays.

En ce qui concerne la sécurité, je dirais qu’à mon avis, c’est le problème le plus grave dans la mise en œuvre du processus, en particulier l’assassinat d’ex-combattants : selon les derniers chiffres de l’ONU, 292 ex-combattants ont été assassinés, dont 23 en raison de leur origine ethnique. Je crois savoir que, depuis, au moins un ou deux autres ont été tués. Et, je le répète, c’est un problème sérieux. Son origine est le manque de mise en œuvre de ce qui est dans l’accord, en termes de conditions et de garanties de sécurité, malgré le fait que des efforts ont également été faits pour prendre des mesures de protection. Il existe environ 600 mesures de protection en vigueur dans les organismes publics.

Sur la question politique, il y a quelque chose de très important. Les élections de 2018 – les gens l’oublient souvent – ont été les élections les plus pacifiques de l’histoire de la Colombie, après que nous avons signé les accords. Aujourd’hui, les FARC occupent dix sièges : 5 au Sénat, 5 à la Chambre. Les membres des ex-FARC font désormais partie d’un parti politique, Comunes, et ont fait ou font encore partie des conseils de direction. Finalement, après un processus assez dispendieux, car il y avait de nombreux obstacles et de nombreuses personnes contre, y compris le gouvernement actuel au début, les 16 circonscriptions spéciales ont été approuvées afin que ceux qui se trouvaient dans les zones les plus touchées par le conflit aient une représentation spéciale au Congrès. Lors des prochaines élections, nous devons avoir ces 16 circonscriptions spéciales.

La question des drogues est un sujet très discuté et très important. L’origine d’une grande partie de la violence qui sévit en Colombie depuis si longtemps est liée au problème du trafic de drogue, et nous avons établi des procédures qui, à mon avis, étaient appropriées, surtout pour faire face au problème des cultures illicites. Si nous ne donnions pas d’alternative aux agriculteurs, ils n’auraient jamais arrêté de planter. Car aucun agriculteur ne va laisser ses enfants mourir de faim simplement parce qu’il est obligé d’éradiquer un pied de coca. Un processus a été lancé – un processus onéreux, bien sûr, mais bien moins que ce qui a été investi dans la guerre contre la drogue – qui a initialement donné de très bons résultats en amenant les agriculteurs à remplacer volontairement leurs cultures. 

Il y a un fait très surprenant et positif : lorsqu’ils l’ont fait, la replantation qui se situe habituellement entre 40 et 60 % dans ces cas, comme l’ont vérifié les Nations unies, a été inférieure à 1 %. Cette politique conçue dans l’accord était efficace. Malheureusement, ce qui était déjà établi avec environ 99 000 familles a été avancé, mais le processus n’a pas été suivi et on est revenu à la politique traditionnelle de la main de fer (mano dura) contre le trafic de drogue, que le monde applique sans succès depuis 50 ans. La guerre contre la drogue dans le monde a été un échec total, tout comme en Colombie. Cet accord qui consiste à substituer volontairement et à donner une alternative aux agriculteurs résout ce maillon de la chaîne. Mais, à mon avis, et je l’ai appris au fil des ans, parce que j’étais l’un des responsables de la mano dura, de l’éradication forcée en tant que ministre de la défense, j’ai appris que, sur le long terme, la seule solution au problème mondial de la drogue est la légalisation. Aujourd’hui, j’en suis convaincu.

J’ai appris que, sur le long terme, la seule solution au problème mondial de la drogue est la légalisation. Aujourd’hui, j’en suis convaincu.

juan manuel santos

En matière de justice, qui est peut-être l’épine dorsale de l’accord, de nombreux progrès ont été réalisés. C’est la première fois que deux parties acceptent de créer un tribunal spécial et de s’y soumettre, sous l’égide du Statut de Rome. Aucun accord fructueux n’avait encore été négocié sous l’égide du Statut de Rome. Le mécanisme de la Juridiction spéciale pour la paix ne prévoit pas de tribunal imposé par les vainqueurs de la guerre, comme ce fut le cas à Nuremberg ou à Tokyo. Il ne s’agit pas d’un tribunal imposé par une instance internationale, comme ce fut le cas pour la Yougoslavie ou le Rwanda. C’est un tribunal qui est né d’une négociation entre les deux parties. Et cela a été possible grâce à quelque chose de très important : le droit des victimes, le droit à la vérité, à la réparation, à la justice et à la non-répétition, qui étaient les piliers de cette négociation. 

C’était aussi le premier accord, et il ne faut pas l’oublier, dans lequel les victimes étaient au cœur de la négociation. Cette Justice Spéciale pour la Paix compte 38 magistrats : en ce sens, l’accord est extrêmement ambitieux. C’est très ambitieux car 24 personnes ont été jugées au tribunal de Nuremberg, 28 au tribunal de Tokyo, 161 au tribunal pour la Yougoslavie et 93 au tribunal pour le Rwanda. Dans le cas de la Colombie, il y a 13 000 comparants. Vous pouvez imaginer le défi que cela représente. Rien que dans les sept affaires macro, plus de 1 000 personnes comparaissent. Jusqu’à présent, la Commission de la vérité a mené 13 821 entretiens. 26 000 personnes ont été entendues. 890 rapports ont été reçus et 527 cas ont été compilés. J’insiste sur ce point car parmi les droits des victimes, le droit à la vérité a été particulièrement important. Nous avons appris que c’est par la vérité que la réconciliation est facilitée. Je l’ai constaté avec les victimes auxquelles j’ai parlé tout au long du processus. Ils m’ont dit de continuer. J’ai d’abord été surpris par la générosité des victimes : en tant que victimes, elles auraient dû être plus réticentes à accorder, par exemple, des avantages juridiques aux auteurs de crimes. Je leur ai alors demandé pourquoi ils m’ont dit d’aller de l’avant et cela a été une leçon de vie pour moi : ils m’ont répondu qu’ils ne voulaient pas que d’autres souffrent ce qu’ils avaient souffert. Et ils m’ont également dit que nous ne devions pas venir les payer pour leurs filles, leurs fils ou leurs pères, car combien valent-ils ? Ils m’ont dit : « Ce que nous voulons, c’est la vérité ». C’est pourquoi la vérité dans ce processus, et dans tout autre processus, est si importante.

Il y a aussi l’unité de recherche des victimes disparues, qui a bien fonctionné. Certains disent qu’il faut plus de moyens, mais ce n’est pas simple. Ce processus prend beaucoup de temps.

Que pourrais-je dire à ce stade ? Heureusement, cet accord est protégé par la loi. De nombreuses personnes ont voulu le faire dérailler. Ou voulait arrêter le train, pour ainsi dire. Ils n’ont pas été en mesure de le faire. L’accord se poursuit. À ce stade, le bilan est satisfaisant, bien qu’il existe de nombreuses questions, telles que la réforme rurale, sur lesquelles peu ou pas de progrès ont été réalisés. Et pourtant, la réforme rurale est une question fondamentale. La Colombie est peut-être le pays où la répartition des terres est la plus mauvaise au monde. La pauvreté et les inégalités s’y concentrent. C’est dans les campagnes que nous pourrons résoudre bon nombre des problèmes structurels de la Colombie. Surtout après la pandémie, lorsque le monde commence à regarder où il va se nourrir, où il va puiser de l’eau, la Colombie est un pays extrêmement riche : nous avons beaucoup de terres pour produire. Selon la FAO, elle est l’un des cinq pays les plus riches du monde. Mais pour cela, nous avons besoin d’un développement équitable dans les campagnes. C’est pourquoi ce point de l’accord est si important. Malheureusement, c’est l’un des points dans lequel il n’y a pas de progrès significatifs.

Dernièrement, j’ai reçu des appels d’amis, de professeurs, d’universitaires et de personnes intéressées par un phénomène qui devrait être une source de grande satisfaction. En Espagne, il y a une grande discussion sur ce qu’il faut faire concernant la vérité et la responsabilité de l’ETA. En Grande-Bretagne, le Premier ministre Boris Johnson a présenté un projet de loi visant à amnistier certains auteurs de la guerre contre l’IRA dans les années 1970. Cela a suscité toutes sortes de discussions. En Bosnie, il y a un énorme débat entre la vérité et la responsabilité. Parmi eux, ils me disent qu’ils aimeraient avoir un projet comme celui des Colombiens pour résoudre les problèmes de responsabilité et de vérité et pour rendre les réparations et la réconciliation vraiment stables et durables, tout comme la paix doit l’être.

Le gouvernement actuel n’a pas été particulièrement favorable à ce processus. Mais ces derniers temps, il s’est montré très proactif, promettant de mettre en œuvre et, comme nous le disons populairement, « se vantant » de ce qu’il a fait. C’est pour moi une excellente nouvelle. Cela signifie que nous sommes déjà en train de réunir une quasi-unanimité pour que la mise en œuvre qui manque – et il en manque encore beaucoup – puisse se faire sans obstacles majeurs.

La semaine dernière, le procureur de la Cour pénale internationale est venu et a signé un accord avec le gouvernement colombien. Il a suspendu une enquête préliminaire sur la Colombie, mais a signé un accord dans lequel le gouvernement colombien s’engage à soutenir la justice transitionnelle, à fournir les ressources nécessaires à la mise en œuvre du processus de paix. Il s’engage également à ce qu’il n’y ait aucune tentative de faire dérailler l’accord. Il s’agit d’un accord signé par le Président de la République. La même semaine, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé à l’unanimité la prolongation d’un an de la Commission des Nations unies en Colombie. Ce sont deux très bonnes nouvelles. 

Je voudrais terminer par quelque chose de très significatif. Depuis la création des Nations unies, après la Seconde Guerre mondiale, aucun autre événement n’a bénéficié d’un soutien aussi unanime que ce processus de paix. Cela a été très important pour faire avancer celui-ci. Nous avons encore un long chemin à parcourir, notamment en ce qui concerne la réconciliation en chacun de nous. Il y a beaucoup de polarisation dans le pays. Après 50 ans de conflit, il y a toujours beaucoup de haine, une soif de vengeance. Mais cela prend du temps de guérir les blessures. Nous sommes sur la bonne voie. Je reste très optimiste quant au fait que cet accord que Rodrigo Londoño et moi-même avons signé il y a cinq ans est un accord qui va réellement continuer à transformer la Colombie et, surtout, le cœur des Colombiens. C’est ce dont nous avons besoin : une réconciliation des cœurs des Colombiens.

Rodrigo Londoño

Rodrigo Londoño a été commandant de l’état-major des FARC (2011-2016) et est président de la Force alternative révolutionnaire du commun depuis 2017.

Je voudrais commencer par rendre hommage aux signataires qui ont été assassinés, en nommant le dernier tué 2 à 11h25 à Samaniego, Nariño : Hugo Gilberto Córdoba Yepes, 37 ans. 

Il y a quelques jours, nous avons vu et entendu dans les médias le président français, Emmanuel Macron, exprimer avec une intense émotion et de manière publique que le processus de paix en Colombie est fondamental, essentiel. L’accord entre le gouvernement colombien et les FARC fête son cinquième anniversaire, et nous nous en réjouissons. La France soutient pleinement la mise en œuvre de la paix dans notre pays, ce qui nous remplit d’une grande satisfaction. Ce 24 novembre, nous célébrons les cinq ans de la signature de l’accord de paix final entre l’État colombien et les défuntes FARC-EP ; un accord qui a mis fin à un conflit armé de 53 ans, qui a permis le dépôt des armes et la réinsertion dans la vie civile d’une armée de plus de 13 000 hommes et femmes, dont l’écrasante majorité reste ferme dans sa volonté de paix, qui s’est transformée d’une ancienne organisation de guérilla en un parti politique qui, dans le cadre de la légalité, agit pour enrichir la démocratie colombienne.

L’accord a permis au pays de prendre conscience des immenses inégalités et des problèmes politiques, économiques et sociaux qui y sont à l’œuvre, et de la nécessité d’y remédier.

rodrigo londoño

Pour souligner l’importance de cet accord, je voudrais citer les chiffres que l’Observatoire de la mémoire et des conflits du Centre national de la mémoire historique a fournis au Système intégral de vérité, justice, réparation et non-répétition, l’un des organes les plus importants créés par l’accord en matière de justice. La guerre en Colombie a fait 262 197 morts. Parmi ces morts, 215 005 étaient des civils et 46 813 des combattants. L’arrêt de cette effusion de sang est en soi un mérite indiscutable de l’accord de paix de 2016. Toutefois, outre la fin de la nuit noire de la violence continue, un effet immédiat de sa signature doit être souligné : l’accord a permis au pays de prendre conscience des immenses inégalités et des problèmes politiques, économiques et sociaux qui y sont à l’œuvre, et de la nécessité d’y remédier. Grâce à cet accord, des débats que le pays considérait comme clos ont été rouverts, comme l’inégalité dans l’accès à la terre, les mauvaises conditions de vie de la paysannerie colombienne, la ségrégation dans les grandes villes, l’exclusion politique des minorités sociales, les droits des femmes et la diversité sexuelle, la protection de l’environnement et, surtout, la dette historique envers les victimes du conflit armé. Heureusement pour le pays, l’organisation et la mobilisation pour des transformations majeures sont devenues plus politisées et plus fortes.

L’accord a renforcé la prise de conscience nationale de l’importance du dialogue et des solutions consensuelles aux grands problèmes nationaux. Le rôle crucial joué à cet égard par la communauté internationale, qui a accompagné et encouragé les parties à la table des négociations pendant les quatre années de discussions et de consensus, doit être reconnu à sa juste valeur : l’Union européenne, les Nations unies, les États-Unis, les gouvernements de Norvège, de Cuba, du Venezuela et du Chili, ainsi que les 15 membres du Conseil de sécurité à New York. Aujourd’hui, Paris, capitale de la déclaration universelle des droits de l’homme, la France, membre permanent du Conseil de sécurité, envoie un message fort et sans équivoque sur l’importance de l’accord de paix.

Le débat pacifique et démocratique a sans aucun doute renforcé les options politiques alternatives. Nous sommes bien conscients que l’horizon temporel de l’accord final ne se limite pas à ces cinq premières années. En effet, le texte mentionne 15 ans pour sa mise en œuvre complète. Nous partons clairement du principe que la grande entreprise consistant à contribuer à la construction d’une Colombie en paix, avec une justice sociale, demandera de nombreuses années et d’énormes efforts. Nous comprenons qu’entre nous, le pays d’aujourd’hui et les nouvelles générations, nous avons la responsabilité, avec beaucoup de travail, de transformer l’espoir semé avec l’accord final en une réalité de paix, de justice, de progrès et de bien-être pour tous en Colombie. Toutefois, il convient de noter qu’avec l’aide, le soutien et la coopération de la communauté internationale, nous serons en mesure de raccourcir les délais et de garantir que ce qui a été convenu soit pleinement mis en œuvre.

Ces dernières années, nous avons rencontré de sérieuses difficultés qui, si elles ont ralenti le rythme de la mise en œuvre, ne nous ont pas empêchés de rester fermes dans nos intentions. La plus visible d’entre elles est l’absence de garanties de sécurité, qui a entraîné la mort de près de 300 combattants, ainsi que la disparition d’un nombre considérable de signataires de la paix. Nous demandons une action plus efficace des autorités colombiennes. De nombreuses régions qui ont été le théâtre du conflit n’ont pas été correctement prises en charge par l’État, ce qui a engendré de graves problèmes d’insécurité. Selon ce qui a été signé, ces régions doivent faire l’objet de plans de développement avec une approche territoriale, de manière à garantir des travaux d’infrastructure de base, des services de santé publique et d’éducation, un soutien économique et social pour les sortir du retard, et leur conversion en zones productives viables avec certaines possibilités de participation politique. Une grande partie de la réforme globale convenue attend encore l’action des États pour devenir réalité.

La plus visible des difficultés est l’absence de garanties de sécurité, qui a entraîné la mort de près de 300 combattants, ainsi que la disparition d’un nombre considérable de signataires de la paix. Nous demandons une action plus efficace des autorités colombiennes.

rodrigo londoño

Dans le domaine de la justice, les mécanismes du système intégral progressent à un rythme accéléré, malgré l’opposition farouche de certains secteurs établis, même dans les organes de l’État. Dans le cadre des 7 dossiers ouverts par la Juridiction spéciale pour la paix, un système de justice réparatrice dont l’objectif fondamental est d’apporter la vérité, la justice et la réparation aux victimes, ainsi que d’ouvrir la voie avec ses décisions pour rendre publique la paix durable et globale du pays, nous avons reconnu notre engagement envers la vérité, en assumant franchement et publiquement notre responsabilité, ainsi qu’en demandant humblement pardon aux victimes. Plus de 9 000 de nos ex-combattants respectent leurs engagements en matière de vérité, de justice et de réparations. En revanche, moins d’un tiers de ce nombre sont des membres des forces armées de l’État. Si le nombre d’agents de l’État est minoritaire, nous avons participé avec la Commission pour la connaissance de la vérité à au moins huit reconnaissances de responsabilité au niveau national, et 51 au niveau territorial. Nous avons organisé des dialogues et des réunions avec les victimes à 179 reprises. Nous avons réalisé sept entretiens collectifs et 113 entretiens individuels pour la reconstruction de la mémoire du conflit. Toujours avec notre participation effective, la Commission de recherche des personnes disparues a réussi jusqu’à présent à retrouver la trace de 515 personnes, dont 338 combattants et 137 civils. Dès le début, nous étions conscients que la construction d’une paix stable et durable exigeait des efforts et des sacrifices bien plus importants que la signature d’un accord. Le fait d’offrir des certitudes nous permet de rester fermes dans l’accomplissement de ce qui a été convenu. Notre appel aujourd’hui à ce Forum de Paris sur la Paix est qu’on ne nous laisse pas seuls. Même en période de Covid, dans ce scénario et surtout sans détourner l’attention des adultes, voir autant de jeunes soutenir cet effort est encourageant. Ce sera certainement le message que je rapporterai en Colombie, à savoir qu’on m’a écouté attentivement. 

Sergio Jaramillo

Sergio Jaramillo a été haut conseiller présidentiel pour la sécurité nationale sous le gouvernement Santos entre 2010 et 2012 et haut commissaire pour la paix entre 2012 et 2016.

Je voudrais, tout d’abord, rappeler l’extraordinaire difficulté qu’a été la négociation du processus de paix. Lorsque l’on prend du recul, tout ne semble pas plus facile, mais plus miraculeux que cela ait fonctionné. J’étais par hasard impliqué dans une tentative d’aider à la négociation en Afghanistan. Les premiers contacts des États-Unis avec les talibans remontent à 2010. Après dix ans d’efforts, cela s’est terminé par une véritable débâcle. La paix est vraiment une chose très difficile et vous devez travailler de manière très méthodique. C’est la direction que le président Santos nous a donnée à l’époque. 

Je voudrais faire cinq remarques sur la situation actuelle. La première chose que nous devons toujours nous rappeler est que la guerre en Colombie est terminée. Le grand conflit colombien s’est terminé, celui où une insurrection tentait de prendre le pouvoir et était plongée dans un conflit avec les paramilitaires, avec l’Etat. En Colombie, les sources de violence sont encore nombreuses. Nous le savons tous. La violence est particulièrement concentrée dans certaines régions du pays, précisément parce que, à mon avis, le gouvernement ne sait pas comment lire la situation post-conflit et n’a pas de stratégie de sécurité. Dans certaines parties du pays, la situation est encore pire aujourd’hui, mais la violence est différente du conflit historique que nous avons connu. Et il faut dire que la fin de la guerre a été exemplaire, c’est-à-dire que nos forces militaires et la police nationale ont respecté à la lettre le cessez-le-feu, à tel point que les FARC ont accepté que ce soit la police qui soit protégée pendant toute cette période. Les FARC elles-mêmes ont traversé tout leur processus de désarmement sous l’influence des Nations unies de manière exemplaire et sont aujourd’hui dans un processus de réincorporation, que le gouvernement a, je crois, soutenu de manière adéquate. 

La fin du conflit a eu des conséquences immédiates : évidemment, préserver des vies, mais surtout changer l’agenda politique de la Colombie.

sergio jaramillo

La fin du conflit a eu des conséquences immédiates : évidemment, préserver des vies, mais surtout changer l’agenda politique de la Colombie. Au cours des 40 dernières années, les présidents ont été élus par rapport à la discussion sur la paix et la sécurité. Avec l’accord de paix, cela a pris fin. Nous devons maintenant nous regarder dans le miroir et voir quels sont les véritables problèmes de la Colombie. Nous avons la possibilité d’affronter ces problèmes, qui sont très importants. La Banque mondiale a récemment publié un rapport sur les inégalités en Colombie : nous sommes le deuxième pays le plus inégalitaire d’Amérique latine. L’accord, au-delà de sa mise en œuvre ou non, nous donne l’occasion de nous concentrer sur ce qui est le plus urgent pour nos gouvernements. 

Deuxièmement, l’accord ne visait pas simplement à faciliter le passage des FARC des armes à la politique, mais à s’attaquer aux conditions qui avaient conduit à la violence et, au-delà, à générer un grand programme de transformation économique, politique et sociale pour intégrer le pays aux populations et aux régions qui ont été si durement touchées historiquement, pour démocratiser franchement la Colombie et pour garantir que les droits de chaque citoyen soient également valables dans tout le pays. Sur cela, le bilan est beaucoup plus doux-amer. 

Le gouvernement a heureusement repris l’idée contenue dans l’accord : l’engagement de développer ces programmes de développement territorial dans 16 régions qui représentent environ 20 % du territoire national. Il a passé du temps à planifier et a essayé de voir d’où viennent les ressources. Cela me semble très bien. Il faut s’en féliciter. Mais, pour l’instant, il n’a pas vraiment mis en place les grands plans nationaux pour la santé rurale, l’éducation rurale, l’assistance technique aux agriculteurs, ce qui devait réellement rendre ces programmes efficaces. 

Selon les propres chiffres du gouvernement, très peu de projets issus de ce magnifique processus participatif avec la population ont été mis en œuvre. Plus de 200 000 personnes ont participé à la réalisation des plans dans leurs régions. De tout ce qui est sorti et sur quoi on a déjà travaillé, à peine 3 % ont été mis en œuvre. Bien sûr, dans une situation post-conflit, si vous n’avez pas un effet rapide sur le terrain, les gens ne commencent pas à voir que les choses changent. Ce qui s’ouvre alors, c’est un écart, un désordre, un peu comme ce que nous avons vu. Cela a des conséquences en termes de sécurité. L’autre problème de la réforme rurale, en général, est qu’elle devait aller au-delà de la mise en œuvre de programmes particuliers, comme un mécanisme global visant à rapprocher les citoyens ruraux de l’État colombien, à repenser cette relation. Malheureusement, le gouvernement actuel a écarté ce principe de participation, ce qui a provoqué beaucoup de frustration chez les dirigeants.

Troisièmement, la Colombie innove vraiment dans le monde en matière de résolution des conflits en plaçant les victimes au centre du processus, avec la vérité, la justice et la réparation. Ce n’est pas une mince affaire. C’était extrêmement difficile, la partie la plus difficile de la négociation. Comme l’a dit Santos, c’était quelque chose que nous ne pouvions pas reporter, parce que si on le reportait, parce que si on avait opté pour la solution la plus confortable – celle pour laquelle beaucoup optent – cela aurait fini par ronger le processus de paix lui-même. Regardez ce qui se passe en Irlande du Nord : 23 ans après la signature de l’accord du Vendredi Saint, qui ne comporte aucune clause prenant en compte la justice, la vérité et les réparations, après diverses tentatives de mise en place de mécanismes, qui ont toutes échoué, le gouvernement britannique propose une loi pour prescrire tous les crimes, autrement dit, une amnistie totale et c’est tout. Cela se passe au Royaume-Uni, pas en Amérique latine, pas en Afrique du Sud. 

Ce que fait la Colombie est très important, mais cela reste fragile. C’est un processus qui secoue la société, politiquement, mais qui, heureusement, se consolide de plus en plus. La reconnaissance de la Cour pénale internationale, avec son accord pour clore l’enquête, est vraiment quelque chose de très important. Je ne sais pas si nous, en Colombie, sommes vraiment conscients de tout cela. C’est la première fois que la Cour pénale internationale reconnaît un système transitoire comme étant conforme au Statut de Rome. Cela ne s’est produit nulle part ailleurs. Cela ouvre des portes pour que d’autres processus de paix puissent se dérouler avec l’aide de la justice.

Quatrièmement, nous devons saluer le succès du soutien international dans le cas de la Colombie. J’ai mentionné précédemment le chaos en Afghanistan, dont j’ai fait l’expérience directe : un chaos absolu, des combats, un manque de coordination, un conflit d’intérêts brutal. Dans notre cas, nous avons d’abord eu les pays garants, qui ont utilisé toute leur capacité diplomatique pour façonner ce processus, comme dans le cas de Cuba et de la Norvège, dont je voudrais souligner le travail. Nous avons également eu, évidemment, les Nations unies. Le nombre de résolutions qui ont été adoptées à l’unanimité est une chose que Santos a soulignée. Le mandat vient d’être renouvelé une nouvelle fois. Cette structure a certainement contribué à maintenir la stabilité du processus. Il n’existe aucun exemple d’une participation internationale aussi efficace. 

J’inclurais également l’Union européenne dans cette catégorie. C’est peu connu : l’Union européenne a développé un modèle de soutien à la paix. C’est la première fois qu’elle le fait, avec une seule demande qui avait été faite à Federica Mogherini : dépêcher un seul envoyé spécial en Colombie et créer un Fonds européen pour la Colombie. Je crois vraiment que nulle part ailleurs l’Union européenne n’a mené une action aussi efficace qu’en Colombie. Aujourd’hui, nous constatons que les États-Unis, avec la nouvelle administration, s’alignent de plus en plus sur les objectifs du processus, comme en témoigne la politique de lutte contre les stupéfiants récemment publiée, qui comporte trois piliers totalement alignés sur le premier point de l’accord. 

Le problème est qu’un processus de paix n’est pas simplement la mise en œuvre d’une série d’engagements. Il ne s’agit pas d’un simple exercice technocratique. Un processus de paix nécessite une vision, un horizon, une invitation à s’unir autour d’un projet.

sergio jaramillo

Toutefois, et je termine avec ceci, le problème est qu’un processus de paix n’est pas simplement la mise en œuvre d’une série d’engagements. Il ne s’agit pas d’un simple exercice technocratique. Un processus de paix nécessite une vision, un horizon, une invitation à s’unir autour d’un projet. C’est ce qui a été si difficile à réaliser en Colombie. C’était à prévoir. J’ai récemment relu une très bonne phrase du général de Gaulle, qui disait justement que le problème des conflits internes est que, bien que la guerre se termine, la paix ne vient pas, précisément parce que toutes ces haines continuent à ronger l’intérieur de la société. 

Ce que nous essayons de faire en Colombie, c’est de faire avancer le processus de paix au milieu d’un contexte de forte polarisation, ce qui rend le tout si difficile. Cependant, je garde espoir et je pense que nous sommes en train de le voir – je peux me tromper. Il est de plus en plus évident pour la plupart des Colombiens que le processus de paix présente d’énormes avantages. J’ai l’impression, Monsieur le Président Santos et Rodrigo, qu’il y a de moins en moins de controverse, que les gens comprennent que c’est en quelque sorte la bonne chose à faire. On le voit même avec la signature d’un accord avec la Cour pénale internationale par le gouvernement actuel, qui s’y est tant opposé. C’est une façon de reconnaître les réalisations de la Colombie. Nous nous dirigeons déjà vers ce consensus. Une grande partie du programme reste à mettre en œuvre et c’est là l’essentiel de ce que le prochain gouvernement devra faire.

Sandra Ramírez

Sandra Ramírez était une déléguée des FARC lors des pourparlers avec le gouvernement colombien à La Havane. Elle est actuellement sénatrice, un poste qu’elle occupe depuis 2018.

La paix est peut-être le plus vieux désir des Colombiens. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, nous avons vécu un conflit armé auquel nous avons réussi à mettre fin grâce à l’accord final signé à La Havane, dont nous avons célébré les cinq ans en novembre. 

À cette occasion, je voudrais me référer en particulier à une caractéristique de l’accord qui est parfois oubliée. Cet accord est le premier au monde à intégrer efficacement l’approche de genre, étant l’un des plus avancés dans la reconnaissance des droits des femmes et de la population LGBTIQ. Elle inclut également une perspective ethnique, culturelle et environnementale. Sa mise en œuvre intégrale est donc un impératif juridique et moral. Dans le domaine de l’égalité des sexes, l’accord a établi des axes thématiques. Ces axes comprennent l’accès et la formalisation de la propriété rurale dans des conditions égales pour les hommes et les femmes, la garantie des droits économiques, sociaux et culturels des femmes et des personnes ayant une orientation sexuelle et une identité de genre diverses dans le secteur rural, la promotion et la participation des femmes dans les espaces de représentation et de prise de décision. 

Cet accord est le premier au monde à intégrer efficacement l’approche de genre, étant l’un des plus avancés dans la reconnaissance des droits des femmes et de la population LGBTIQ.

Sandra ramírez

Qu’est-ce que cela signifie ? Participation aux entreprises publiques de l’État à tous les niveaux : local, régional et national ; mesures de prévention et de protection face aux risques qui affectent les femmes ; accès à la vérité, à la justice, à la réconciliation et aux garanties de non-répétition, en mettant l’accent sur les formes de victimisation des femmes ; reconnaissance publique de la non-stigmatisation et diffusion du travail réalisé par les femmes en tant que sujets politiques ; renforcement des organisations de femmes pour leur participation politique. 

Outre cet accent mis sur le genre, l’accord a une orientation ethnique : il promeut les droits des Afro-descendants et des peuples indigènes sur les terres, les territoires et les ressources naturelles ; les droits à la restitution des terres, à la consultation préalable et à la protection de leurs expressions et mémoires historiques. L’accord de paix inclut également la question environnementale comme un axe crucial pour la paix. Elle promeut le développement durable et les mécanismes de résolution des conflits territoriaux pour protéger la nature en Colombie.

L’accord de paix est cet outil fondamental que nous nous sommes donné à La Havane. Malgré sa grande importance, les trois axes de l’accord – ethnique, de genre et environnemental – rencontrent d’énormes difficultés dans leur mise en œuvre. On le voit dans la résistance de l’élite politique contre la paix en Colombie. Cette élite est aveuglée par une pensée patriarcale, violente et prédatrice de la vie. Pour elle, l’approche du genre s’apparente à une idéologie perverse contraire aux valeurs chrétiennes et familiales. En outre, l’animosité raciste et les pratiques historiques de discrimination et de violence à l’encontre des communautés noires, indigènes et paysannes de notre pays persistent. Il convient de noter que le Conseil de sécurité des Nations unies, dont la France est un membre permanent, est très préoccupé par ces obstacles à la paix. En effet, tous les trois mois, le Conseil exhorte l’État colombien à mettre en œuvre ces chapitres de l’accord, avec la participation des communautés des territoires. 

En Colombie, la lutte pour la mise en œuvre de l’accord est très inégale et difficile. Le soutien de la communauté internationale est donc nécessaire et urgent pour que les femmes, les personnes d’orientation sexuelle différente, les communautés indigènes, afro-descendantes et paysannes puissent enfin jouir pleinement de notre condition humaine, de nos droits et de notre dignité. L’accord de paix a été un pas vers l’humanisation de notre pays. Maintenant, nous devons la rendre efficace et réelle. Avec le soutien de nous tous, de chacun et de vous, nous y parviendrons.

Helena Alviar

Helena Alviar est professeure à l’école de droit de Sciences Po.

Je suis impliquée dans le processus de paix depuis le début. En tant que Colombienne,, je n’ai jamais pensé que le jour viendrait où je verrais un accord de paix comme celui-ci. En tant qu’universitaire, et une fois qu’il a été signé, mon intérêt s’est concentré sur ce qui devrait être une politique d’État, quel que soit le gouvernement au pouvoir. Je voudrais proposer dans cette conversation quelques éléments, au-delà des chiffres. Toutefois, je me concentrerai spécifiquement sur la réforme rurale globale et sur l’axe transversal du genre.

Les résultats sont loin d’être idéaux, comme plusieurs ici l’ont déjà souligné. Et la façon dont les chiffres de conformité sont présentés est, franchement, décourageante.

helena alviar

Le gouvernement du président Iván Duque n’a pas été en mesure de faire voler en éclats l’accord, comme l’avaient promis certains de ses partisans, en grande partie grâce à la stratégie du président Santos consistant à le protéger. Il s’agissait notamment de déposer l’accord de paix en Suisse. La décision des négociateurs de La Havane selon laquelle l’accord de paix constituerait un accord spécial aux termes de l’article 3 commun aux quatre Conventions de Genève est peut-être la plus importante. 

Toutefois, les résultats sont loin d’être idéaux, comme plusieurs ici l’ont déjà souligné. Et la façon dont les chiffres de conformité sont présentés est, franchement, décourageante.

Je vais aborder brièvement trois points. Tout d’abord, les investissements et les dépenses sont présentés comme s’ils visaient à développer les accords, mais il s’agit en réalité d’obligations que l’État colombien aurait dû remplir de toute façon. Ensuite, la précarité qui caractérise le Fonds national foncier. Troisièmement, il s’agit d’une question qui me tient à cœur car c’est celle sur laquelle j’ai travaillé : la superficialité avec laquelle le genre est inclus et le genre est compris dans les politiques publiques.

Commençons par le premier élément. Le montant des ressources affectées à la réalisation du premier point de l’accord sur la réforme rurale globale représente un peu plus de 85 % de la mise en œuvre. Mais, pour vous donner un exemple, entre 2020 et 2021, 46 % de cet investissement – et je cite ici le rapport du bureau du procureur général de la nation – a été alloué à l’appui global à la petite enfance au niveau national, à la mise en œuvre du programme d’alimentation scolaire et à l’amélioration du service de formation professionnelle. Dix-huit pour cent de ce budget ont été consacrés aux subventions destinées à la population adulte en situation de vulnérabilité. Et seule une petite partie, 15 %, a été consacrée à la fourniture d’électricité dans les zones non connectées ou à l’amélioration de la fourniture de services. En d’autres termes, près de 80 % des ressources entre 2020 et 2021 ont été consacrées à l’accomplissement des devoirs de l’État colombien qui sont inclus dans d’autres lois, y compris la loi “de Cero a Siempre”. Je ne pense pas que ce soit une caractéristique particulière du gouvernement du président Duque. De nombreux gouvernements présentent les chiffres de la manière qui leur convient le mieux.

Deuxièmement, la précarité qui caractérise le Fonds national foncier est frappante. Ce n’est un secret pour personne que la Colombie est l’un des pays les plus inéquitables du monde et de la région. Selon les données de l’Institut Agustín Codazzi, 1 % des grands propriétaires fonciers possèdent 42 % des terres. C’est quelque chose qui doit changer et j’ai consacré presque toute ma vie universitaire à cela, avec ou sans accord. L’accord a tenté de changer cette situation. Selon les données de l’Agence foncière nationale, au 31 mars 2021, 6 443 parcelles seraient entrées dans le fonds foncier. 68 % de ces parcelles correspondent à ce que l’on appelle des actifs fiscaux patrimoniaux. Ces terres livrées ne peuvent être utilisées ou cédées. Selon le rapport du Médiateur, « si l’on compte strictement les hectares disponibles pour la distribution, pour lesquels la condition d’adjudication n’a aucune restriction, ce chiffre serait réduit de 90 % », c’est-à-dire que sur les 6 443, seuls 10 % peuvent être cédés librement. Les terres sans titres officiels, avec des crédits existants ou qui ont été attribuées, par exemple, comme propriété collective auparavant, ont donc été restituées.

D’autre part, la majorité des subventions accordées dans le cadre de la réforme foncière globale ont été concentrées dans des régions autres que celles où se trouvent les programmes de développement à orientation territoriale. La distribution du fonds foncier laisse de côté les femmes, et j’y ferai brièvement référence, ce qui laisse évidemment aussi beaucoup à désirer. En 2020, par exemple, 271 hectares ont été attribués à 62 femmes, et 597 hectares à 83 hommes. Pour l’accès à la terre, vous obtenez un meilleur score si vous avez une carrière, une éducation, des connaissances techniques ou une expérience dans des activités productives. Cependant, comme les femmes des campagnes ont un niveau d’éducation plus faible, et qu’il est entendu qu’elles ont moins d’expérience dans ces activités, elles ont moins de points que les hommes. 

Quant à l’accès au crédit pour acheter des terres, il s’agit d’une ressource presque impossible pour les femmes, et même pour les hommes. Les institutions financières ne prêtent que 50 % de la valeur du terrain et exigent une expérience en matière de crédit et une notation positive dans les bureaux de crédit. Les niveaux de crédit sont très bas. 

Il convient de mentionner la superficialité avec laquelle le genre est inclus dans les politiques publiques. Cela s’applique non seulement à l’accord, mais en général aux politiques publiques dans leur ensemble.

helena alviar

Enfin, il convient de mentionner la superficialité avec laquelle le genre est inclus dans les politiques publiques. Cela s’applique non seulement à l’accord, mais en général aux politiques publiques dans leur ensemble. Par superficialité, j’entends le fait que les politiques de genre se limitent exclusivement à compter le nombre de femmes : combien il y en a, où elles se trouvent. Cependant, l’augmentation du nombre de femmes serait bénéfique pour certains – je ne dis pas que l’augmentation du nombre de femmes est une mauvaise chose – mais elle ne s’attaque pas aux problèmes structurels sous-jacents auxquels les femmes colombiennes sont confrontées, tels que l’insécurité de l’emploi, les pénuries de main-d’œuvre, le manque de soutien pour les soins aux enfants et aux personnes âgées – ce qui les empêche de trouver d’autres emplois, d’aller travailler ou d’en avoir de meilleurs – les taux élevés de violence connue et la difficulté d’accès à la santé sexuelle et reproductive.

En conclusion, alors que les dernières années n’ont pas vu autant de progrès sur l’accord comme certains l’espéraient, il est important de regarder au-delà des chiffres qui montrent les progrès et les reculs.

Sources
  1. Ce texte est une transcription de la conversation entre les parties qui ont signé l’Accord final pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable le 24 novembre 2016 à La Havane dans le cadre du Forum de Paris sur la paix, organisée par le Centre de recherches internationales (CERI) et l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) le mardi 9 novembre 2021.
  2. le lundi 8 novembre