Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

Íñigo Errejón est député aux Cortes Generales, chef de file du parti Más País et docteur en sciences politiques.

Une grande partie de la campagne d’Isabel Díaz Ayuso s’est fondée sur l’idée que cette élection était une lutte entre « communisme ou liberté ». Dans le contexte des restrictions de la pandémie, Ayuso a assimilé l’idée de « liberté » à l’élimination des restrictions qui, selon ce discours, constitueraient un obstacle au progrès économique de Madrid, assimilant en outre cette idée de liberté à une identité particulièrement madrilène. Dans quelle mesure la victoire d’Ayuso à ces élections est-elle due au succès de cette stratégie ? Quels enseignements peut-on tirer de ces résultats ?

Je dois avouer qu’il est compliqué d’analyser quelque chose auquel j’ai participé. Cela vous place toujours dans une position intermédiaire. Quand on analyse les choses avec un certain recul, on voit beaucoup plus clairement tous les facteurs. Lorsque, en plus de les analyser, vous les faites, vous mélangez beaucoup de choses. En politique – c’est une mauvaise chose à dire parce que cela ne semble pas être une chose sophistiquée – l’inattendu, la chance sont des facteurs très circonstanciels qui, à la fin, jouent beaucoup et finissent par devenir décisifs.

Tout d’abord, je crois que lorsqu’Isabel Díaz Ayuso convoque les élections, elle le fait alors qu’elles sont pratiquement gagnées pour des raisons circonstancielles et structurelles. Parmi les raisons conjoncturelles, il y a la manière dont elle les appelle pour étriller son partenaire [Ciudadanos], qui n’a pratiquement plus de place et qui, de plus, n’ose pas demander le vote pour former un gouvernement alternatif. Il demande plutôt à voter pour continuer à faire partie d’un gouvernement dans lequel sa présidente ne veut pas d’eux et dans lequel sa présidente se tourne clairement vers un autre partenaire probable.

D’autre part, je crois qu’Isabel Díaz Ayuso part avec de nombreux avantages car, depuis longtemps, Madrid est un laboratoire néolibéral, comme on dit. Il a été configuré comme une formation sociale consolidée de la subjectivité néolibérale.

En premier lieu, parce que, tout simplement, quand un parti gouverne une région pendant 26 ans, il a la machinerie, l’insertion territoriale, les cadres et le contact avec le territoire qui sont très bien huilés. C’est donc une machine plus puissante que cette machine qui aspire plutôt à défier.

Deuxièmement, parce que Madrid est configurée comme un grand centre qui extrait les revenus du reste du pays et vide toutes les provinces qui sont à moins de 3 heures de la capitale. Ainsi, il génère un transfert de revenus entre les provinces limitrophes, les communautés autonomes limitrophes et les élites de Madrid. Il extrait les revenus d’autres régions du pays, non pas pour les transférer à tous les Madrilènes, mais aux élites de Madrid. Le dumping fiscal de Madrid est payé par la partie la plus vide et appauvrie de l’Espagne, au service d’une redistribution vers ceux qui ont plus. Cela est possible parce que l’effet de capital, que Madrid accumule avec les services, les administrations publiques, une bonne partie des sociétés de services financiers et les entreprises d’infrastructure, permet des réductions d’impôts par le haut. Il y a de nombreuses années, en 2001, Pascual Maragal a écrit un article dans El País intitulé « Madrid se va », qui mettait en garde contre la dynamique dans laquelle Madrid était plongée ; une dynamique qui la séparait de plus en plus économiquement, culturellement et politiquement de la dynamique espagnole. Il s’agit d’un problème national et en aucun cas d’une question purement régionale.

Troisièmement, parce que l’aiguisement des conflits nationaux en Espagne, du conflit de la plurinationalité, a produit une situation curieuse. La droite espagnole s’est retirée sur la Meseta. Ils sont moins compétitifs, alors qu’ils le sont beaucoup plus dans les communautés monolingues. L’aggravation du conflit national et territorial en Espagne engendre des signes opposés selon les communautés autonomes. À Madrid, elle a provoqué la montée d’une certaine identité espagnole blessée, construite contre les périphéries et très homogénéisée par les éléments les plus conservateurs.

Quatrièmement, et surtout, parce qu’une véritable anthropologie néolibérale a été construite à Madrid. L’électeur qui se rend aux urnes après 26 ans de gouvernance du Parti populaire (PP) n’est plus le même qu’il y a 26 ans. La caractéristique la plus importante de l’hégémonie est qu’elle modifie la subjectivité des individus et des populations. Et cela signifie que le terrain de jeu a changé aujourd’hui.

Isabel Díaz Ayuso part avec de nombreux avantages car, depuis longtemps, Madrid est un laboratoire néolibéral, comme on dit. Il a été configuré comme une formation sociale consolidée de la subjectivité néolibérale.

Íñigo Errejón

La gauche en général continue de penser qu’à Madrid, comme dans n’importe quelle situation dans le monde, deux composantes suffisent : la popularité et la mobilisation. En réalité, elle pense ainsi parce qu’elle croit que la carte est à 50-50. La métaphore gauche-droite nous permet de penser qu’il y a deux moitiés. Ensuite, si la gauche à 50 % s’unit et se mobilise suffisamment, elle gagne. C’est une croyance qui, bien qu’elle ne passe pas les tests empiriques, est profondément enracinée. Au contraire, en réalité, au moment où les élections sont convoquées à Madrid, l’adversaire est déjà gagnant.

Pourquoi gagne-t-il ? En raison d’une série de transformations de la vie quotidienne qui ont fait que les candidats de la droite n’ont plus qu’à vous demander de voter en fonction de votre comportement dans de nombreuses situations de votre vie quotidienne. Par exemple, le facteur de toute l’attaque contre les services publics et leur privatisation ou externalisation a été le fait que ces services ne sont pas souhaitables pour les plus pauvres et que les salariés ayant plus de pouvoir d’achat et les secteurs moyens en ont été progressivement expulsés. Par conséquent, ils ne les utilisent pas, ils ne pensent pas qu’il soit nécessaire de les financer. Pourquoi payerait-on des impôts pour financer des services publics qui ne sont plus universels et d’excellence, mais exclusivement destinés à tous ceux qui n’ont pas les moyens de payer des services privatisés ?

Cela se produit également avec l’urbanisme, construit autour d’une idée de désintégration et de fragmentation des communautés traditionnelles. Cela se produit à cause de la politique désinhibée du PP qui consiste à détruire l’ensemble du tissu associatif. Cela commence par de petites choses : refuser tout local à une association de quartier dans un quartier, empêcher les groupes culturels et les groupes de jeunes du quartier d’installer des stands dans les festivals de leur ville, effacer toute peinture murale dans n’importe quel quartier de la ville de Madrid. Certains appellent cela une « guerre culturelle ». Le PP le comprend parfaitement. Il sait qu’il s’agit d’un processus idéologique de transformation des conditions dans lesquelles on peut être citoyen à Madrid. On est un citoyen de Madrid dans la mesure où l’on roule sur ses routes, où l’on consomme et, tout au plus, où l’on vote le jour où l’on est censé le faire. Il s’agit d’un processus de dissolution de la communauté pour ne laisser qu’un groupe d’individus qui ne sont unis que par les routes qu’ils empruntent et par des liens mercantiles.

On est un citoyen de Madrid dans la mesure où l’on roule sur ses routes, où l’on consomme et, tout au plus, où l’on vote le jour où l’on est censé le faire. Il s’agit d’un processus de dissolution de la communauté pour ne laisser qu’un groupe d’individus qui ne sont unis que par les routes qu’ils empruntent et par des liens mercantiles.

Íñigo Errejón

C’est dans ce contexte qu’arrive la campagne électorale. Les médias ont beaucoup spéculé sur un éventuel changement de direction de la campagne avec les balles, l’antifascisme, le danger, la polarisation. En réalité, la campagne ne change pas beaucoup par rapport à son approche initiale. Il y a une sorte de bulle d’attention sur des questions qui, en fin de compte, ne sont pas décisives.

Votre parti, Más Madrid (MM), a dépassé le Parti socialiste (PSOE) et a obtenu un très bon résultat. Quel est l’élément distinctif qui a permis à MM de se démarquer du reste des partis de gauche ? Faut-il chercher cet élément dans la stratégie de communication du parti, dans la candidature de Mónica García, dans les erreurs commises par les autres ?

Les deux formations qui sont sorties en première et en deuxième positions, dont la nôtre donc, sont les formations qui sont sorties pour contester l’avenir, pas le passé. Nous ne sommes pas allés disputer à Díaz Ayuso les élections de 1931, ou 1933, ou 1978, ou 1985, ou 1994. Nous sommes allés disputer les élections de 2021, en essayant d’offrir une alternative aussi désirable pour l’avenir que celle proposée par la droite, même si elle n’a pas été choisie comme étant également désirable. De son côté, cet avenir est à la fois la liberté et le privilège de ceux qui peuvent se le permettre, de faire ce qu’ils veulent sans aucune responsabilité envers les autres. « Des milliers de personnes âgées sont mortes dans les maisons de retraite de Madrid, mais nous voulons tous tourner la page, regarder en avant et sourire ; nous, les Madrilènes, sommes comme ça » : une construction très intéressante de l’identité madrilène, non pas tant sur le fait d’être Madrilène, mais d’être à Madrid. Être à Madrid est un ensemble de traits associés à la consommation, à l’anonymat et à une relation quelque peu frivole avec l’autre : nous sommes tous amis parce que personne n’est d’ici, mais nous sommes tous d’ici ; nous avons tous traversé des moments très difficiles, mais ne regardons pas en arrière. Il s’agit clairement d’une idée de l’avenir et de la liberté hégémonique de Madrid. Nous sommes allés la contester avec une autre idée de l’avenir et de la liberté, qui a davantage à voir avec l’empathie, la durabilité, le soin, une vie plus lente et plus agréable, une sorte de repolitisation de la vie quotidienne, partiellement réussie – partiellement parce que nous nous en sortons bien, partiellement parce que la droite gagne largement.

Nous sommes allés disputer les élections de 2021, en essayant d’offrir une alternative aussi désirable pour l’avenir que celle proposée par la droite.

Íñigo Errejón

Le PSOE change sa stratégie électorale trois ou quatre fois pendant la campagne. Il mène une campagne, puis l’inverse, et encore l’inverse. Il le fait probablement parce qu’il est prisonnier de questions sur lesquelles son électorat est divisé et qui lui rendent la tâche très difficile. Quand on se retrouve comme ça en politique, on est dans une situation très compliquée. Je ne pense pas que Vox était tellement sur le vote de la classe ouvrière. Il y a un fantasme qui est devenu très à la mode chez les faiseurs d’opinion : la droite serait en train de prendre ce vote parce qu’elle traite des questions matérielles et non des questions culturelles et identitaires. Non, Vox n’allait pas à Vallecas pour le vote de Vallecas. Vox se rendait à Vallecas pour chercher des dissidents et ainsi contester le vote dans les fiefs de droite du PP. Nous étions censés être comme la formation verte, post-matérielle – ce n’est pas ce que je dis moi nécessairement mais ce qu’affirment les analyses habituelles. Or, il s’avère que dans une bonne partie des quartiers populaires du sud de Madrid nous sommes la première force du bloc progressiste. Je pense que Unidas Podemos mène une campagne extrêment basée sur un antifascisme rhétorique. Il n’oppose pas à ce fascisme un avenir, un désir différent de celui d’Ayuso, mais plutôt une certaine éthique de la résistance, du résistancialisme.

Je ne pense pas que Vox était tellement sur le vote de la classe ouvrière. Il y a un fantasme qui est devenu très à la mode chez les faiseurs d’opinion : la droite serait en train de prendre ce vote parce qu’elle traite des questions matérielles et non des questions culturelles et identitaires.

Íñigo Errejón

Je crois que Ciudadanos opte encore pour le suicide, probablement en raison de la position idéologique de ses dirigeants : ils n’osent pas se dissocier du PP, tout en sachant qu’il est en train de les engloutir. Ainsi se dessine un scénario dans lequel Ayuso veut se hisser à la tête d’un bastion de l’opposition au gouvernement national. Et, en réalité, ce n’est pas une grande nouveauté. Dernièrement – probablement depuis Zapatero, à chaque fois qu’il y a eu des gouvernements de centre-gauche en Espagne, Madrid et les dirigeants de la droite madrilène se transforment en une sorte de forteresse contre la dynamique du gouvernement national.

Malgré ce qui a été dit, il est vrai que Madrid n’est pas toute l’Espagne, donc les élections à Madrid ne peuvent pas être extrapolées. Cela est tout d’abord vrai, par exemple, pour notre résultat. Le résultat de MM n’est pas la même chose que le cours possible de Más País. Cependant, il est certain que les élections à Madrid représentent un certain changement dans le climat politique en Espagne. Je ne sais pas si ça va durer ou pas. Je pense, par exemple, que la décision – qui me semble juste – que le gouvernement national a prise concernant le pardon des dirigeants politiques emprisonnés en Catalogne indique que le gouvernement veut gagner la législature. Il ne veut pas d’élections prochainement. Il prend une décision dont il sait qu’elle lui coûtera en Espagne, et il la prend parce qu’il est parti du principe que la législature doit durer, parce que le climat a sans doute changé vers une certaine renaissance des espoirs conservateurs.

Le problème de Madrid comme une sorte de forteresse néolibérale qui produit un autre type d’anthropologie, et qui est de plus en plus détachée de la dynamique générale du pays, n’est pas un problème madrilène. C’est un problème d’envergure nationale, de construction territoriale très faible, très déséquilibrée, qui permet ce genre de chauvinisme madrilène contre la possibilité d’une Espagne territoriale et socialement questionnée.

Quel rôle pourrait jouer Más País par rapport à la crise structurelle à laquelle Jorge Tamames a fait allusion dans son article publié dans le GC en tant que parti qui aspire à devenir la principale force verte en Espagne ?

La crise, devenue une véritable crise d’hégémonie, qui a commencé en 2008 avec la gestion néolibérale de la politique d’austérité et de coupes, est une crise qui n’a pas été résolue. Ce qui se passe c’est que les traductions électorales de cette crise sont très usées et aujourd’hui, elles ne représentent pas une alternative de pouvoir aux formations politiques traditionnelles. Cependant, l’un et l’autre ne sont pas la même chose. Le fait qu’en Espagne l’ascenseur social ait été brisé, que les mécanismes de représentation et de négociation sur les lieux de travail aient été pulvérisés, que les mécanismes d’articulation entre les communautés autonomes et le dialogue territorial aient été brisés – sûrement depuis l’arrêt constitutionnel sur le statut de la Catalogne -, c’est-à-dire que le dialogue entre les générations, entre les territoires, entre les concertations sociales n’a aujourd’hui aucune institution pour le canaliser, continue de marquer une grave crise structurelle. De plus, chaque fois qu’il y a des turbulences internationales, l’étroitesse et la fragilité du modèle économique espagnol font que les crises sont beaucoup plus importantes que celles de notre environnement. On disait autrefois que c’était le cas parce qu’il s’agissait d’une crise financière. Mais survient une crise pour une raison autre que financière et l’Espagne est plus durement touchée parce que, tout simplement, en Espagne, nous ne produisons pas de choses et parce que nous sommes dépendants de facteurs très volatils.

La crise, devenue une véritable crise d’hégémonie, qui a commencé en 2008 avec la gestion néolibérale de la politique d’austérité et de coupes, est une crise qui n’a pas été résolue. Ce qui se passe c’est que les traductions électorales de cette crise sont très usées et aujourd’hui, elles ne représentent pas une alternative de pouvoir aux formations politiques traditionnelles.

Íñigo Errejón

Je suis d’accord pour dire que la crise est une crise structurelle, même si les instruments politiques forgés pour la résoudre dans un sens régénérateur et progressiste sont à bout de souffle, et ne représentent pas aujourd’hui une alternative de pouvoir. Cela ne signifie pas qu’il existe une solution ou que nous voyons une solution à la crise. Il est vrai qu’à Madrid, il n’y a pas deux blocs 50-50 et c’est ce qui explique que le PP mène une campagne très offensive sur le plan idéologique. Il a commencé avec le « communisme-liberté », mais il l’a abandonné très vite. Cela a été immédiatement transformé en, simplement, « liberté », en termes très idéologiques. D’une manière, pour moi, inexplicable, les deux autres formations progressistes ont joyeusement adopté le cadre idéologique de l’adversaire, comprenant qu’il pouvait fonctionner pour eux dans une communauté autonome marquée par 26 ans de politique de l’adversaire. Il n’est donc pas surprenant que, lorsque l’adversaire choisit les termes communisme-liberté, puis liberté, et que vous lui répondez « no pasarán« , il finisse par passer – et je le dis avec beaucoup de douleur. En plus, cela s’est produit deux fois à Madrid et, par conséquent, cela a des conséquences sur la subjectivité de ceux qui doivent aller voter.

Et considérant qu’en Espagne, nous avons encore une social-démocratie relativement forte au niveau national, dont le vote est négativement corrélé avec le revenu, et avec une gauche post-communiste qui résiste à environ 10 %, dans quelle mesure y a-t-il de la place pour un parti vert à vocation transversale ?

En Espagne, il est vrai que la situation est différente. La corrélation des blocs, jusqu’à présent, semble être plus équilibrée, avec deux ajouts. Tout d’abord, il semble que le bris d’égalité soit produit par les députés élus en Catalogne, jusqu’à présent avec des majorités claires dans une direction progressiste. Deuxièmement, la dernière étude du Centre de recherches sociologiques espagnol montrait un phénomène très inquiétant : le bloc gouvernemental ne conserve la majorité que dans deux communautés autonomes monolingues, Gran Canarias et Asturias. Cela signifie qu’en réalité, dans l’Espagne mononationale, une érosion accélérée a lieu contre la base d’électeurs qui ont voté pour le Parti socialiste, certains d’entre eux étant prêts à voter pour le PP. Les derniers sondages montrent déjà un transfert de voix – pas massif, bien sûr, mais dans une situation aussi serrée, il peut être très significatif.

En ce sens, la santé du gouvernement ne dépend pas du nombre de candidats, ni des grands sondages, ni des grandes annonces. Il dépend du fait que le gouvernement donne des arguments à ceux qui ont voté pour lui pour qu’ils continuent à le défendre. Si vous êtes un électeur progressiste et que vous avez un membre de votre famille ou un collègue de travail qui est offensif, harceleur, insultant et très critique à l’égard de ce gouvernement, vous avez besoin aujourd’hui de plus d’arguments qui n’ont pas encore été produits pour le défendre. En pratique, il reste deux ans avant la tenue des élections. Si le gouvernement a subi un affaiblissement, ce n’est pas à cause d’une quelconque projection de sondages ou de candidatures. C’est simplement parce que ses électeurs ont besoin d’arguments pour le défendre.

Ce gouvernement va payer le même prix, qu’il transforme les choses ou non, car il sera également catalogué comme un gouvernement subversif. Il paye ce prix pour le simple fait d’exister. La concession patrimoniale du pouvoir dont dispose la droite en Espagne fait que, dès qu’elle perd le pouvoir, le gouvernement suivant est un gouvernement qui rompt la cohabitation. Certaines personnes demandaient quelle était la différence entre les escraches aux politiciens conservateurs et les protestations, par exemple, au domicile d’Irene Montero et de Pablo Iglesias. La différence fondamentale est que, dans ce dernier cas, ils ne protestent pas contre une ou deux mesures, ou contre une politique. Ils protestent contre leur existence. Ce qui est considéré comme illégitime, c’est l’existence de l’autre et sa présence dans le gouvernement. Le gouvernement de Pedro Sánchez va payer le même prix pour aboyer que pour mordre. Par conséquent, étant donné qu’il va payer le même prix, il doit essayer de faire ces deux choses et nous devons contribuer à ce qu’il les fasse.

Tout d’abord, il doit contribuer à un réarmement moral des électeurs progressistes, qui doivent à nouveau avoir des raisons d’espérer, de garder espoir et de défendre ce gouvernement dans les conversations de la vie quotidienne. Je pense que, comme toujours, le PSOE va croire qu’il peut être réformiste sans toucher à un seul des privilèges du bloc oligarchique – je crois vraiment qu’il y a un bloc dominant en Espagne, un bloc oligarchique très étroit en termes économiques. Et il n’y a pas beaucoup de marge pour cela. Quelle marge le PSOE va-t-il trouver ? Comme toujours : l’Europe. L’Europe peut m’aider à faire avancer les choses en Espagne, sans changer la corrélation des pouvoirs.

Je pense que, comme toujours, le PSOE va croire qu’il peut être réformiste sans toucher à un seul des privilèges du bloc oligarchique. Et il n’y a pas beaucoup de marge pour cela. Quelle marge le PSOE va-t-il trouver ? Comme toujours : l’Europe.

Íñigo Errejón

Si les fonds européens sont distribués sans cet objectif, ils peuvent être utilisés de la même manière que ceux destinés à la reconversion industrielle ont été utilisés, c’est-à-dire pour boucher des trous, pour financer des choses qui étaient déjà en cours. Je reviens de Murcie, où l’on nous a dit qu’en réalité, les fonds européens serviront à financer des projets qui étaient déjà en cours et qui n’ont rien à voir avec la transformation de la structure productive de la région. Transformer la structure productive du pays signifie également transformer la corrélation des pouvoirs.

Par conséquent, parallèlement à ce réarmement moral des citoyens progressistes, il doit y avoir une transformation de la corrélation des forces dans notre pays. Sinon – nous en avons discuté à plusieurs reprises – ce qui se passe, c’est que, lorsqu’il y a un gouvernement progressiste, il y a un gouvernement progressiste entouré de contre-pouvoirs conservateurs. Au contraire, quand il y a un gouvernement conservateur, il y a une sorte d’unanimité de tous les pouvoirs avec ce gouvernement. Cette situation doit être transformée et je pense qu’une grande opportunité se présente aujourd’hui. Les gouvernements qui ne sont pas particulièrement progressistes ont même accepté que certains des défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés – la migration, la robotisation et la disparition des emplois, le changement climatique, le virus et la vaccination – sont des défis qui nécessitent un retour à la centralité de l’État, un renforcement et un gain de muscle de la part de l’État.

En Espagne, l’un des plus gros problèmes que nous aurons avec les fonds européens sera la difficulté de les mettre en œuvre. Les administrations publiques ont été durement touchées par des années de mauvais traitements qu’elles ont reçus. Nous ne dépenserons peut-être pas tout l’argent que l’Europe est prête à nous donner parce que les administrations publiques ne peuvent pas l’exécuter. Cela pourrait pousser le gouvernement à le donner aux grandes entreprises, celles qui peuvent le faire parce qu’aujourd’hui elles ont plus de poids que les administrations publiques pour développer des projets. C’est clairement le résultat de la lutte menée depuis longtemps contre le secteur public.

En Espagne, l’un des plus gros problèmes que nous aurons avec les fonds européens sera la difficulté de les mettre en œuvre. Les administrations publiques ont été durement touchées par des années de mauvais traitements qu’elles ont reçus.

Íñigo Errejón

Si le climat mondial favorise une sorte de néo-keynésianisme vert – sans trop se faire d’illusions sur ce que cela pourrait signifier – cela ouvre certainement une possibilité politique de nature progressiste. Je l’ai dit à plusieurs reprises, mais il est vrai que la vaccination à l’échelle nationale a suivi des principes et des formes d’organisation presque socialistes. La vaccination n’a pas servi les lois du marché. Le premier à être vacciné n’a pas été celui qui avait le plus d’argent. La vaccination s’est faite en rétablissant l’idée que le bien commun existe et que le bien commun peut restreindre les intérêts particuliers. La vaccination a rétabli l’autorité morale de l’État pour fixer les priorités.

Pour nous, le défi consiste à étendre ce que nous avons tous accepté dans les moments d’exception – le retour de l’idée de communauté, d’empathie, d’État, qu’il existe une chose telle que le bien commun qui doit parfois passer avant des intérêts particuliers – à de nombreux autres aspects de la vie quotidienne. Je ne veux pas trop parler de nous, car je le fais régulièrement et nous le faisons beaucoup maintenant. Je pense que nous jouons un bon rôle en soutenant le gouvernement, mais nous lui indiquons aussi des tâches et des devoirs. Il est très bon pour le gouvernement d’avoir des stimulations et des pressions qui ne viennent pas seulement du bloc de droite. Si vous vous regardez tous les mercredis dans la session de contrôle dans le miroir de Vox, effectivement, sans bouger, vous êtes Salvador Allende. Si celui qui vous évalue est Vox, rien qu’en restant immobile vous êtes, de fait, le gouvernement de l’Unité Populaire. Par conséquent, c’est une très bonne chose pour le gouvernement d’avoir d’autres types de stimuli.

Quel rapport peut-on établir avec la possible victoire des Verts en Allemagne en septembre, alors qu’ils sont identifiés comme un parti, au moins dans le domaine économique, plus transversal que le vôtre ?

Je crois humblement que, dans la campagne de Madrid, nous avons montré qu’il existe une possibilité de re-politisation de la vie quotidienne. Il existe un ensemble de questions et de thèmes qui, selon nous, font partie de la vague verte, à condition que nous comprenions que la vague verte, dans le sud de l’Europe, doit aller de pair avec la demande de justice sociale et de sécurité matérielle. Il ne peut y avoir une sorte de rêverie sur la conservation de l’environnement qui soit déconnectée du fait qu’elle est un levier pour produire de la prospérité, de la sécurité pour ceux qui sont au bas de l’échelle et des conditions de justice sociale. Ce faisant, je pense qu’il y a un bloc politique qui se développe, et qui doit servir maintenant non pas tant pour les sommes électorales et le comptage des vieux sondages ou graphiques, mais plutôt pour que ce gouvernement parle là où les gouvernements parlent.

La vague verte, dans le sud de l’Europe, doit aller de pair avec la demande de justice sociale et de sécurité matérielle. Il ne peut y avoir une sorte de rêverie sur la conservation de l’environnement.

Íñigo Errejón

Les gouvernements ne parlent pas avec des documents de 100 pages, ils ne parlent pas avec des gros titres, ils ne parlent pas avec des spéculations : les gouvernements parlent avec le bulletin officiel de l’État. Ce gouvernement pourrait présenter demain au Congrès des Députés l’abrogation de la « loi bâillon ». Cela ne coûte rien, Bruxelles ne dira rien et cela montrerait qu’il est prêt à mener certaines des batailles qu’il a promis de mener et pour lesquelles il a une compréhension sociale, une majorité parlementaire, du temps devant lui et une stabilité institutionnelle. Le gouvernement doit se laisser soutenir. En ce sens, je dirais que la balle est dans le camp du gouvernement. Avec une majorité progressiste au Congrès, avec des budgets approuvés et des fonds européens, avec une compréhension sociale et encore du temps devant lui, le gouvernement doit commencer à prendre des mesures, car il va être évalué par ses adversaires avec la même rigueur et avec la même sévérité pour aboyer que pour mordre. Il doit donc mordre et saisir l’occasion de modifier la corrélation sociale des forces avant la réouverture des bureaux de vote.