Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

S’il y a une phrase, en Europe, au cours de la dernière décennie, sur laquelle l’histoire a tourné, c’est bien celle-ci. Après un préambule confus comparant l’euro à un bourdon qui vole alors qu’il ne devrait pas en être capable, Draghi cesse de lire son script et, pendant 16 secondes, regarde la caméra. « Dans le cadre de notre mandat, dans le cadre de notre mandat… la BCE est prête à faire tout ce qu’il faut pour préserver l’euro. » Il fait une pause, ajoutant, juste pour être sûr : « Croyez-moi, ce sera suffisant ». En quelques secondes, la nouvelle est sur toutes les radios du monde ; les milliards de spéculation contre l’euro se retournent dans la direction opposée.

Mario Draghi est maintenant président du Conseil italien. L’homme qui a « sauvé l’euro » est sorti de sa retraite pour « sauver l’Italie » de la pandémie. Il existe une Europe de l’esprit : celle de Beethoven, des vacances d’été et de l’odeur du café. Et puis il y a l’Europe telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, l’Europe de Mario Draghi. Créature de l’Union européenne, comprenez-le et vous comprendrez comment vous faire des amis à Bruxelles, comment gagner les batailles les plus importantes et comment être, parmi 27 pays, vraiment européen. Mais, surtout, comprenez Draghi et vous comprendrez comment le pouvoir fonctionne dans l’Union. Il a construit une Europe technocratique et s’est hissé à ses sommets.

Draghi a été créé à Rome. Non pas la ville des vieillards qu’elle est aujourd’hui, mais la Rome de Fellini, des attaques des Brigades rouges et du miracle économique italien : un marché émergent en Europe, brûlant d’agitation ouvrière, d’une poussée communiste et de la joie de la jeunesse. Mais alors que sa génération était sauvage, flirtait avec l’extrémisme et rêvait de nouveaux mondes sur les campus, Draghi était docile et accablé de responsabilités. Un outsider en mai 68.

Il existe une Europe de l’esprit : celle de Beethoven, des vacances d’été et de l’odeur du café. Et puis il y a l’Europe telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, l’Europe de Mario Draghi.

Ben Judah

« J’avais les cheveux assez longs, confesse-t-il à Die Zeit, mais pas très longs. Et, cela mis à part, je n’avais pas de parents contre lesquels j’aurais pu me rebeller. » Son père, le banquier âgé et bien connecté Carlo Draghi, né en 1895, meurt quand il a 15 ans. Sa mère commence à décliner rapidement peu après. À 16 ans, il rentre de vacances et trouve une pile de factures impayées qui l’attendent. Draghi est orphelin à 19 ans.

Ses amis se souviennent que son apparence posée cachait une véritable angoisse. Maurizio Franzini, un économiste, a partagé un jour son bureau : « Il disait : « Je n’ai pas l’air anxieux. Mais je suis vraiment anxieux ». » Au moment d’entrer à l’université, hanté par les discussions avec son père et l’un de ses premiers souvenirs, un voyage en train avec le gouverneur de la Banque d’Italie, Draghi choisit l’économie à La Sapienza à Rome. Mais ce sont ses études secondaires, et non son université, qui, selon ceux qui le connaissent le mieux, ont fait de lui ce qu’il est.

« Il a été bien formé par les jésuites », déclare Vincenzo Visco, qui a travaillé main dans la main avec lui en tant que ministre italien des finances, puis du trésor. « Ils lui ont appris à être prudent, réservé et à écouter. C’est un catholique social. » Parler les jésuites a de multiples significations pour les Italiens. C’est un marqueur de classe qui le lie inexorablement à Massimiliano Massimo, l’équivalent romain d’Eton pour les jésuites, où Draghi a étudié avec des fils de ministres et de magnats. C’est le signe d’une éducation sévère et rigoureuse aux mains de prêtres érudits ; et c’est un privilège. Pour les Européens, c’est souvent une façon d’attirer l’attention sur ses manières : pédagogiques, précises, ombrageuses et, si nécessaire, impitoyables.

Herman Van Rompuy, l’ancien président du Conseil européen et auteur de haïkus, trouvait cela amusant. Plus d’une fois, lors des pires nuits de la crise de l’euro, observant une table composée de Mario Monti et de Mariano Rajoy, alors premiers ministres italien et espagnol, assis à côté de Draghi, l’ancien premier ministre belge plaisantait : « Nous sommes de bons étudiants jésuites, nous essayons de trouver un compromis. »

Mais comme toute bonne blague, elle laissait entendre quelque chose de sérieux : que ces hommes issus d’une fraternité secrète fondée pour sauver l’Église étaient maintenant au service de l’Europe. « Peut-être que vous ne savez pas », déclare Mario Tiberi, un vieux collègue du monde universitaire, « que les jésuites ont un mantra de leur fondateur Saint Ignace de Loyola sur le fait de servir la vision de Dieu : todo modo. ».

Alors qu’une vague d’assassinats politiques suit 1968, Draghi apprend la première leçon de la vie politique. Il faut toujours trouver le bon mentor. Son nom sera Federico Caffè. Au milieu de la clameur, il vit, racontent ses étudiants, « comme un moine ». Caffè est influent : le grand économiste keynésien d’Italie. Convaincu que Draghi est brillant, il le présente à Franco Modigliani, l’économiste italien du MIT, qui l’accepte comme étudiant. Mais il doit encore terminer sa thèse. « C’était sur la monnaie unique et je concluais que la monnaie unique était une folie, quelque chose à ne faire sous aucun prétexte », raconte Draghi, lors d’un événement en l’honneur de son mentor.

Alors qu’une vague d’assassinats politiques suit 1968, Draghi apprend la première leçon de la vie politique. Il faut toujours trouver le bon mentor. Son nom sera Federico Caffè.

Ben Judah

Ceux qui allaient façonner le discours économique de l’époque ont enseigné à Draghi au MIT. Il souligne avec fierté que cinq de ses professeurs ont remporté des prix Nobel – Paul Samuelson, Bob Solow, Franco Modigliani, Peter Diamond et Robert Engle. Ses pairs – Ben Bernanke, Paul Krugman, Kenneth Rogoff, Olivier Blanchard – deviendront respectivement grands prêtres de la Réserve fédérale, du New York Times, de l’austérité et du FMI. Alors que le nouveau monde des taux de change flottants, de la libre circulation des capitaux et des banquiers centraux habilités commence à émerger, un cercle d’économistes s’est formé. Ensemble, ils façonnent l’ère néolibérale.

Draghi n’est pas à la recherche de dogmes. Contrairement à ses mentors, l’économie de Draghi ne s’est jamais enfermée dans une théorie, mais a continué d’avancer, toujours un point à gauche de l’endroit où se trouve le centre. Pour lui, c’est du pragmatisme. À quarante ans, il a déçu son mentor de gauche. Draghi est désormais directeur à la Banque mondiale. En avril 1987, accablé par le chagrin de voir le néolibéralisme triompher de la gauche en économie, ses disciples morts ou en voie de disparition, Caffè, le grand keynésien, disparaît. On ne le reverra jamais. Certains disent qu’il s’est suicidé, d’autres qu’il s’est retiré dans un monastère dans les Alpes, pour se cacher du monde qu’il voyait venir.

En février 1992, Draghi est dans la salle de Maastricht lorsque l’euro voit le jour : il est un conseiller clé du premier ministre italien, Giulio Andreotti, lorsqu’il signe le traité. Il a depuis longtemps laissé derrière lui Caffè, la gauche et sa thèse. L’ambiance est au beau fixe : la popularité et le succès de la nouvelle monnaie unique de l’Union vont tout balayer devant elle. À tel point que lors de la conférence de presse, Helmut Kohl parie six bouteilles de vin allemand que la Grande-Bretagne rejoindra le projet en 1997. « Le gouvernement fait toujours ce que la City veut », se vante-t-il. « La City fera en sorte que la Grande-Bretagne rejoigne l’union monétaire ».

Les Britanniques sont partis avec un « opt-out » ; les Italiens avec des conditions si dures que les Allemands ont été surpris qu’ils les aient acceptées. Le second mentor de Draghi, Modigliani, est excédé. La décision de signer revient à Draghi : il est l’un des deux Italiens ayant l’autorité ultime pour évaluer les conditions. Il avait conseillé au Premier ministre de procéder à ce qu’il appelait dans sa thèse une « folie » : une union monétaire sans union politique et économique. Pourquoi ? La réponse : sa théorie néolibérale de la politique italienne.

Midi à Rome. Dans les années 1990, une ville de politique, de ruelles et de couloirs. Les cloches sonnent au Sénat. Les affaires sont ajournées au Palazzo Montecitorio. Les costumes se dispersent. Les journalistes crient des questions. Tout ce torrent d’activité semble se déverser et envahir les rues autour de la Piazza Navona. Les négociations se poursuivent sous les parasols chez le glacier Giolitti. Les fonctionnaires rencontrent les ministres à l’hôtel Forum. C’est l’habitat naturel de Draghi. À la tête du Trésor depuis 1991, c’est ici que le fonctionnaire quadragénaire a fait tout ce qu’il fallait pour faire adhérer son pays à la monnaie unique : réguler les banques italiennes, gérer la dette et privatiser plus de 100 milliards d’euros. Draghi est plus qu’indispensable. Il construit le néolibéralisme italien.

Il n’y a pas de meilleure école que Rome pour la politique de l’euro : c’est déjà un jeu de politiciens faibles et de technocrates puissants. Une peinture italienne abstraite est accrochée au-dessus de son bureau au Palazzo delle Finanze. Dehors, la « première République » s’effondre. Exposés comme un fatras clientéliste de connexions mafieuses et de pots-de-vin, les quatre partis du gouvernement évincé en 1992 vont disparaître.

La bureaucratie la plus solide dont dispose l’Italie permet de maintenir le pays en vie : les ingénieurs financiers de la fonction publique sous la direction du premier président du Conseil technocrate du pays, Carlo Azeglio Ciampi. Draghi est dans son élément. Le capitalisme, croit-il, a des règles. Tant que les politiciens s’écartent du chemin et que les technocrates mettent en place la bonne structure, une croissance stable suit. C’est la philosophie du MIT. Sur un autre continent, ses anciens camarades étudiants ne cessent de s’élever. En tant qu’économistes, ils croient en l’intervention : pour aider le marché à fonctionner.

Draghi est plus qu’indispensable. Il construit le néolibéralisme italien.

Ben JUdah

C’est pourquoi l’euro est impératif. Le capitalisme peut fournir les règles – et la structure – qui manquent à l’Italie. Les politiciens sont désormais limités dans la politique macroéconomique. En adhérant à une monnaie unique, les leviers fondamentaux de la macroéconomie – les principales politiques budgétaires et monétaires – échappent à la politique intérieure. Cette stratégie est connue sous le nom de vincolo esterno, la contrainte extérieure.

L’Italie se porte si bien. Son économie est plus importante que celle de la Grande-Bretagne ; son niveau de vie se rapproche de celui de l’Allemagne. Le début des années 1990 est l’heure de gloire de l’Italie : le vin toscan supplante le vin français aux États-Unis. Gucci et Prada conquièrent le monde. Les magnats ne sont pas prêts à risquer cela. Ils veulent de l’aide. En 1992, le jeune Draghi a attiré l’attention de l’un des hommes les plus riches d’Italie, Carlo De Benedetti, alors propriétaire de La Repubblica, de L’Espresso et d’un grand nombre de journaux régionaux. Ils se rencontrent souvent et discutent de l’euro. « Si l’Italie n’avait pas fait partie de la zone euro, elle aurait été comme l’Égypte ou l’Afrique du Nord », se souvient De Benedetti. C’est ce que les élites craignaient dans les années 1990 : sans le vincolo, un retour aux années 1970.

Mais De Benedetti comprend vite que Draghi est un sphinx. Secret. Astucieux. Il ne donne jamais aucun indice. Mais que veut-il de lui ? « Une fois, je lui ai demandé carrément : je profite de nos conversations. Mais vous, qu’est-ce que vous en retirez ? » Draghi sourit : « Il a dit qu’il aimait parler à quelqu’un de la vie réelle. » De Benedetti avait raison de demander. Parce que Rome avait déjà enseigné à Draghi des leçons importantes. Ne jamais laisser quelqu’un savoir ce que vous pensez, sauf si vous y êtes obligé. Et toujours, toujours se faire les bons amis : parmi les médias et les magnats. Un jour, vous aurez besoin de leurs faveurs.

La touche politique de Draghi ne passe pas inaperçue. Au Parlement, il est souvent appelé « M. Britannia », en raison de ses réunions interminables avec les banquiers londoniens. Salvatore Biasco, alors député de gauche, observe depuis sa commission Draghi arriver lentement à ce qui va être sa plus grande prise de conscience : c’est en tant que technocrate que l’on peut exercer le plus de pouvoir. « Il se comportait comme un ministre du Trésor et non comme un fonctionnaire », se souvient Biasco. « Il était une sorte de ministre du Trésor fantôme ». C’est là, en tant que politicien non élu, qu’il affine la Draghipolitik technocratique qui va façonner l’Europe. 

Toutes les histoires d’argent européen finissent à Londres. En 2002, Draghi devient vice-président de Goldman Sachs International. Les amis, les séminaires, les magnats : tout cela avait porté ses fruits. Tout comme sa stratégie, semble-t-il. Certes, c’est un populiste, Silvio Berlusconi, qui est redevenu président du Conseil en 2001. Et alors ? Il est piégé par le vincolo : ses mains sont loin des vrais leviers du pouvoir. Les ingénieurs financiers de Rome sont détendus. L’Italie n’a pas été prodigue : elle a accumulé une importante dette nationale dans les années 1980 en raison des intérêts élevés qu’elle avait imposés, en grande partie pour faire baisser l’inflation et suivre le rythme du système monétaire européen qui avait précédé l’euro. Le boom à venir ne manquerait pas de l’éroder.

La génération de Draghi pense avoir tout juste. Jusqu’à 2008. La crise financière révèle que ces ingénieurs ont commis une terrible erreur. Ils ont brisé un système qu’ils vont désormais passer le reste de leur carrière à essayer de réparer.

La génération de Draghi pense avoir tout juste. Jusqu’à 2008. La crise financière révèle que ces ingénieurs ont commis une terrible erreur. Ils ont brisé un système qu’ils vont désormais passer le reste de leur carrière à essayer de réparer.

Ben Judah

Ainsi, les banquiers centraux, qui étaient les technocrates chargés de fixer les règles du capitalisme, deviennent les gestionnaires politiques de la crise et, ce faisant, réorganisent le pouvoir dans l’Union pour toujours.

Draghi aura la chance de rejoindre ces nouveaux surhommes. Tout d’abord, un scandale de corruption libère le poste de gouverneur de la Banque d’Italie. Puis, refusant de cautionner la politique monétaire peu orthodoxe de la BCE pour lutter contre la crise, le directeur de la Bundesbank, longtemps pressenti pour succéder au Français Jean-Claude Trichet, renonce à se présenter. Berlin n’ayant plus de candidat, le poste de chef de la BCE s’ouvre au banquier central d’un autre grand État.

La gestion des médias permet à Draghi de l’obtenir en juin 2011. Les médias allemands détestent l’idée d’un Italien dans l’Eurotower. Angela Merkel hésite. De Benedetti reçoit un appel : la facture des petits-déjeuners est enfin arrivée. Selon lui, Mario, d’ordinaire suave, est hystérique. « Il était devenu fou », se souvient De Benedetti. Bild a fait sa Une sur l’Italie. On peut y lire : « Mamma Mia, pour les Italiens, l’inflation est un mode de vie, comme la sauce tomate avec les spaghettis. » « Il m’a appelé et m’a dit : « Que pouvez-vous faire pour moi ? » » se souvient De Benedetti, « Il était inquiet que cela nuise à son image ». Une rencontre avec le propriétaire du tabloïd est organisée. Un portrait élogieux s’ensuit, avec une première page de Draghi acceptant un casque prussien à pointe de la part de Bild. « Mario a toujours été très reconnaissant », dit De Benedetti. Cultiver son image technocratique a été dès le début au cœur de la Draghipoltik.

C’est aussi de manière politique que Draghi a abordé son poste de directeur. Là encore, il a de la chance. Jean-Claude Trichet a si mal terminé son mandat que tout successeur aurait fait bonne figure en comparaison. Selon l’historien Adam Tooze, « en quittant son poste, Trichet, en soutenant uniquement les gouvernements d’austérité sur le marché, a aidé Berlin à intégrer l’austérité dans le circuit imprimé de l’Union. » De la mauvaise économie : c’est ce qui conduit à la dépression de la consommation, qui prolonge la récession. Mais Draghi va aller plus loin. En août 2011, il signe une lettre secrète adressée au gouvernement italien : une note d’austérité exhortant à des coupes et à des réformes du travail. Rome est terrifiée ; Berlin, ravie. En signalant que Francfort n’est prête à mettre ses liquidités qu’au service d’un certain type de politique, il ouvre la porte à l’éviction de Berlusconi. Un gouvernement technocratique le remplace – ce que le dirigeant déchu qualifie de « coup d’État » de l’Union.

L’entourage de Draghi continue entre temps à façonner le capitalisme : Ben Bernanke dirige la Fed et Stanley Fischer est à la tête de la Banque d’Israël. À Francfort, Draghi traite l’Eurotower comme le Trésor à Rome, se vantant : « Dans chaque conférence de presse depuis que je suis président de la BCE, j’ai terminé la déclaration d’introduction par un appel à accélérer les réformes structurelles en Europe. » Les banquiers centraux ont franchi la ligne : ils ne sont plus des technocrates, mais des politiciens.

Entrer dans la BCE à Francfort, c’est comme mettre un casque anti-bruit. Entre le verre bleu et les ascenseurs, tout est soudainement silencieux. Mais son froid glacial a été le théâtre de certaines des réunions les plus importantes d’Europe. Peu après être devenu banquier central, Maurizio Franzini, un vieil ami, demande à Draghi comment il gérait l’anxiété d’un si grand poste : « Il a répondu qu’il prenait encore des douches froides tous les matins, une technique pour tenir le coup, qu’il avait apprise aux États-Unis. »

À Francfort, Draghi maîtrise les trois modes du pouvoir européen : le charismatique – la politique de la persuasion – avec lequel il revendique du pouvoir pour son institution ; le technique – la politique des règles – avec lequel il est l’exécutant des politiques de l’Union en Grèce ; et l’analytique – la politique des chiffres – avec lequel il gagner la bataille pour guider les flux de capitaux avec l’assouplissement quantitatif (QE). L’ensemble de ces éléments forment la Draghipolitik – avec laquelle il fait bouger le cadran allemand. Le défi réside dans la conception même de ce que l’Allemagne a accepté.

François Mitterrand avait fait de l’euro le prix de l’unification. Il avait forcé Kohl à respecter de vagues engagements en faveur d’une monnaie unique, sur laquelle il temporisait, menaçant le vice-chancelier Hans-Dietrich Genscher qu’à défaut d’engagement, l’Allemagne serait confrontée à une « triple alliance » de la Grande-Bretagne, de la France et de l’URSS qui l’isolerait. Sur le plan rhétorique, ses emportements étaient extrêmes. « Nous retournerons dans le monde de 1913 », adressait-il comme menace à Bonn.

La France voulait l’euro pour limiter la puissance allemande. Mitterrand disait que le Deutsche Mark était « l’arme nucléaire » de l’Allemagne. Il craignait qu’à moins d’avoir son mot à dire sur les taux d’intérêt allemands, Paris ne fût à jamais obligée de les suivre. Il s’était trompé. Ce n’était pas la monnaie, mais le crédit allemand qui était l’arme nucléaire. En acceptant une monnaie unique sans euro-obligation, un actif sûr dans lequel tous pouvaient puiser pour se financer en cas de problème, les obligations allemandes étaient devenues l’actif sûr de la zone euro. Berlin avait désormais un droit de veto de facto sur la politique de la dette.

L’erreur de Mitterrand renforça la puissance allemande. Les exportations allemandes explosèrent ; la compétitivité des exportations italiennes diminua, celle de la France stagna. L’euro avait rendu les produits allemands moins chers que s’ils avaient été en deutschemarks et les produits italiens plus chers que s’ils avaient été en lires. Berlin pouvait contracter de nouvelles dettes sans trop de risques. Les autres pays n’avaient pas cette chance. Après 2008, les gouvernements les plus faibles eurent besoin de l’Union pour acheter leurs obligations, les renflouer et collectiviser leur dette. Mais Kohl avait accepté l’euro à condition qu’il n’y ait pas de dette collective, que la BCE ne finance pas directement les gouvernements. Il fallait convaincre Berlin. La politique de l’euro devient un jeu où tout le monde danse autour d’Angela Merkel pour essayer de lui faire ouvrir les robinets. À ce jeu-là, Draghi est le roi.

Kohl avait accepté l’euro à condition qu’il n’y ait pas de dette collective, que la BCE ne finance pas directement les gouvernements. Il fallait convaincre Berlin. La politique de l’euro devient un jeu où tout le monde danse autour d’Angela Merkel pour essayer de lui faire ouvrir les robinets. À ce jeu-là, Draghi est le roi.

Ben JUdah

Le problème de l’Union européenne n’est pas qu’elle est un super-État, c’est qu’elle n’est pas un État. Une crise était apparue, dont la solution était claire. Mais aucune autorité centrale n’existait pour la mettre en œuvre. De Podemos à Syriza, des politiciens avaient été élus pour construire une zone euro plus juste. Mais leurs mains étaient loin des véritables leviers du pouvoir. 

C’est là que la Draghipolitik a pris tout son sens : l’art technocratique de déplacer Berlin. Draghi reçoit une invitation permanente à ségier au Conseil européen de la part de son président, Van Rompuy : un niveau d’accès bien supérieur à celui du président de la Fed ou du gouverneur de la Banque d’Angleterre auprès des courtiers du pouvoir. C’est là qu’il commence à faire de la BCE une véritable banque centrale et de lui-même un acteur. Tout d’abord, Draghi utilise son pouvoir charismatique pour faire bouger Merkel et les marchés. Selon Nicolas Véron, l’un des principaux chercheurs sur la crise de l’euro, Draghi a joué un rôle historique en tant que « pédagogue en chef » qui a persuadé la chancelière d’accepter une union bancaire en 2012. « C’est là que Draghi a excellé, déclare M. Van Rompuy. Il avait un grand pouvoir de persuasion : il parlait clairement, allait droit au but et avait une autorité naturelle. » Il explique à Merkel : c’est dans l’intérêt de l’Allemagne et c’est le strict minimum que vous devez faire. Voilà la force et les limites de Draghipolitk. C’est la politique qui, aujourd’hui encore, selon les personnes présentes dans la salle à l’époque, le met extrêmement mal à l’aise : elle expose les termes flous de l' »indépendance » de la banque.

L’Union bancaire était juste assez crédible pour affirmer que Berlin était à l’origine de la zone euro. Il l’a ensuite multipliée. Regarder Draghi dire « whatever it takes », c’était comme Hegel regardant Napoléon à Iéna. « C’est en effet une sensation merveilleuse », écrivait Hegel, « de voir un tel individu qui, concentré en un seul point, à califourchon sur un cheval, s’étend sur le monde et le maîtrise. » 

Mais qui était le cavalier ? Était-ce Draghi ? Merkel ? Ou bien les marchés ? Selon le philosophe politique Luuk van Middelaar, alors conseiller de Van Rompuy, ces seize secondes contiennent tout. « Si vous écoutez attentivement ; il y a d’abord le technocrate. Il dit, ‘dans le cadre de notre mandat’. Ensuite, il y a le politique, ‘tout ce qu’il faut’. Et seulement ensuite, il y a l’autorité charismatique, ‘Et croyez-moi, ce sera suffisant’. Et c’est ce qui fait de lui le cavalier ». Le lendemain, Hollande et Merkel confirment. Il a ouvert la voie à la BCE pour soutenir les marchés de la dette souveraine. Son autorité charismatique a convaincu les traders qu’un pouvoir se cache derrière l’euro : utiliser le strict minimum.

En tant que ministre grec des finances, Yanis Varoufakis a été confronté à une autre des qualités politiques de Draghi : l’impitoyabilité. Vu de Francfort, un défaut de paiement de la Grèce suivi d’un effondrement du système bancaire européen se profilait à l’horizon, à moins qu’elle ne parvienne à maîtriser la situation. Lorsqu’Athènes tente de faire peser une plus grande partie de la charge sur les créanciers, en soumettant le plan de sauvetage à un vote en 2015, Draghi signale qu’il mettra fin à l’aide d’urgence accordée à ses banques. « La mêlée générale contre nous était dirigée par Mario Draghi », se souvient Varoufakis dans ses mémoires. C’était la politique européenne des règles dans sa forme la plus brutale. Mais en punissant les États les plus prodigues de l’Union par des plans d’austérité, il gagne la confiance de Berlin pour poursuivre la Draghipolitik.

Enfin, Draghi maîtrise le pouvoir analytique, c’est-à-dire la politique des chiffres. Sur un powerpoint, pendant un Conseil des gouverneurs, Giuseppe Ragusa, ancien économiste senior de la BCE, l’a vu vaincre la frugale Bundesbank pour lancer l’assouplissement quantitatif en 2014. « La façon dont il a pu convaincre les gens de faire ce qu’il a fait, dit Ragusa, c’est en déplaçant le débat politique vers les chiffres réels. » 

Ces rencontres vont à nouveau changer le capitalisme européen. Les marchés véritablement libres, qui s’étaient ouverts dans les années 1970 avec la levée des contrôles des capitaux, se sont fermés. Le capitalisme dirigé arrive en Europe avec la BCE qui incite les marchés à acheter des actifs plus risqués en achetant plus de 2 800 milliards de dollars d’actifs sûrs jusqu’à 2018. C’est l’acte ultime d’intervention sans redistribution. Draghi était convaincu que l’euro ne survivrait pas à la déflation et à une troisième récession sans cela. Mais ses erreurs aggravent le problème même qu’il essayait de résoudre avec l’austérité, prolongeant la douleur dans le sud.

Un murmureur, un exécutant, un calculateur. Ce ne sont pas les qualités que l’on attend d’un grand homme. Mais c’est mal comprendre le fonctionnement de l’Union. Sa machine a été construite pour dépolitiser la politique ; et ceux qui y parviennent le mieux prospèrent ; un bureaucrate sans prétention devient Napoléon. Grâce à Merkel, aux médias et aux données, la Draghipolitik a eu raison de Jens Weidmann, le directeur de la Bundesbank. « Draghi considérait Weidmann comme son ennemi personnel », a déclaré De Benedetti. C’est surtout une affaire sourde. Mais une fois, au cours d’un dîner, raconte Salvatore Bragantini, un ami, sa femme Maria Serenella Cappello, laisse échapper la chose au grand jour : « ‘Vous êtes donc l’ennemi de mon mari’, a-t-elle dit, le prenant de court. » 

Alors que la crise avait rendu l’État plus dépendant de la finance, la finance devient plus dépendante de l’État. Et des hommes comme Draghi y ont joué un rôle central. Ces victoires révèlent une énorme habileté. Elles ont fait de la BCE une institution encore plus puissante que la Banque d’Angleterre. Mais elles soulignent également à quel point sa génération s’est trompée. Ils avaient parié sur une maison à moitié construite pour l’Europe comme clé de la stabilité. Mais une union monétaire sans union fiscale a apporté l’instabilité. Ils avaient parié sur l’établissement de règles néolibérales pour le capitalisme et sur un retour en arrière : cela a explosé. Ils avaient parié sur l’austérité : ils ont ensuite été confrontés à une dépression. Ces erreurs les ont rendus – l’élite des banquiers centraux du monde qui devait alors tout réparer – plus puissants que la plupart des hommes politiques.

Pendant sa brève retraite, après 2019, Draghi passe beaucoup de temps au téléphone. Il appelle des présidents, passés ou présents : Bill Clinton, Emmanuel Macron. Ou les autres surhommes qui ont dirigé les banques centrales pendant la crise : Ben Bernanke, anciennement de la Fed ; Mark Carney, précédemment directeur de la Banque d’Angleterre, ou Stanley Fischer, qui a dirigé la Banque d’Israël. « C’est le seul homme en Italie qui peut appeler n’importe qui dans le monde », déclare M. De Benedetti. Il a construit sa carrière grâce à ses réseaux. Ainsi que sa fortune : une maison à Rome, une en Ombrie, une sur la côte du Latium et une nouvelle villa en Vénétie.

Tout au long de sa vie, les paris personnels et politiques de Draghi ont été payants. Mais en même temps, son grand pari, celui qu’il avait pris avec l’Italie – il vincolo esterno – a échoué. Le volet géopolitique a échoué : il n’a pas aidé à gérer la puissance allemande. Le volet économique a échoué : l’Italie a maintenu l’un des régimes budgétaires les plus stricts d’Europe, affichant un excédent primaire presque chaque année depuis 1995. Pourtant, l’Italie s’est appauvrie. En 2000, son niveau de vie moyen représentait 98,6 % de celui de l’Allemagne. Aujourd’hui, le revenu par habitant italien est inférieur de 20 % à celui de l’autre côté des Alpes. Ce sont les conséquences à long terme de l’austérité, de la réforme en boîte et de l’euro qui rend les exportations non compétitives. La dette que l’Italie a accumulée dans les années 1980 est devenue son albatros. La croissance de Draghi n’est jamais venue.

Tout au long de sa vie, les paris personnels et politiques de Draghi ont été payants. Mais en même temps, son grand pari, celui qu’il avait pris avec l’Italie – il vincolo esterno – a échoué.

Ben Judah

Et dans son succès même, la politique a échoué. Les politiciens populistes et les coalitions flirtant avec la sortie n’ont pas pu échapper à l’ordre établi par Draghi. Mais l’Italie a été piégée dans une boucle de populistes de plus en plus faibles, ponctuée de technocrates faibles. Les deux ont échoué dans leurs propres termes. Comme ils n’ont pas les moyens de mettre en place une macroéconomie propice à la croissance, les politiciens de Rome s’intéressent à la politique identitaire et non aux réformes. La croissance est étouffée. Le gouvernement est faible. Après tout, l’Italie avait besoin de dirigeants forts.

L’Italie est passée du pays des Brigades rouges à un pays de gens âgés. L’industrie italienne, le football italien et le cinéma italien sont tous en déclin. Une génération des plus ambitieux d’Italie a de nouveau émigré. En 2010, l’émission de télévision culte Boris, a capturé cette sensation d’aigreur. « C’est l’avenir de l’Italie », dit un scénariste dans une réplique devenue emblématique. « Un pays de joyeuses rengaines, alors qu’à l’extérieur il n’y a que la mort. »

Au début de la pandémie, la même histoire a recommencé à se produire. Mais cette fois-ci, Macron a convaincu Merkel de bouger sur ses lignes rouges les plus fondamentales – la dette collective de l’Union européenne. L’Allemagne a consenti à un montant unique de 750 milliards d’euros de prêts Covid et de subventions pour relance. Le succès de Macron n’est venu que lorsqu’il a cessé de ressembler au Grec Yanis Varoufakis, avec des discours à la Sorbonne mettant en avant son mandat, et qu’il a adopté la Draghipolitik pour faire bouger Berlin. Ce fut une percée décisive dans les manœuvres contre l’Europe frugale que Draghi avait entamées.

Mais l’Italie n’est pas seulement un pays du passé : c’est le pays, semble-t-il, des mêmes hommes. Une dernière fois, il était prêt au moment où un autre homme faisait une erreur. « Depuis qu’il a quitté la BCE, le fantôme de Draghi planait sur l’Italie », déclare une source. « C’est après l’affaire du plan de relance qu’il s’est intéressé à un retour politique ».

Des appels téléphoniques au président, des appels téléphoniques à Renzi, des appels téléphoniques à Berlusconi, lorsque le gouvernement de Giuseppe Conte implose, Draghi a un pitch. Il sera un président du Conseil technocrate, mais avec une touche d’originalité : un gouvernement essentiellement politique, réunissant tous les partis, sauf la droite la plus extrême. Il se présente comme une solution au problème même que le vincolo esterno avait alimenté : des politiciens faibles incapables de diriger. Ils sont heureux de l’utiliser.

« La vérité, selon l’historien Marcel Gauchet, c’est que les Européens ne savent pas ce qu’ils ont construit. » C’est ce que révèlent les luttes de Draghi. En tant qu’Européens, sa génération a construit un édifice de transition pour l’Italie. L’euro signifie qu’on ne peut pas revenir à des modèles nationaux de gestion économique, de dévaluation et de défaut. Mais la route vers l’avant, vers un allègement de la dette, des transferts et une union fiscale, est également bloquée. La politique des mandats ne fonctionne pas : la seule politique qui semble fonctionner est la Draghipolitik.

Se levant avec un masque au Parlement italien, le technocrate sans parti – mais maître de la politique – observe sa coalition de six partis, allant des populistes de droite de la Ligue aux éclats de l’extrême gauche. Il voit également sa chance historique. Personne ne le sait mieux que lui, la véritable politique de l’Europe est celle de la dette de la zone euro.

C’est pourquoi Bruxelles et Paris observent maintenant Draghi. Pourra-t-il réussir à investir les 200 milliards d’euros de l’Italie provenant du plan de relance ? « Le président du Conseil voit sa mission économique de cette manière », déclare un haut fonctionnaire italien. « Il cherche à démontrer comment la nouvelle dette commune du plan peut relancer la croissance italienne. Draghi a plaidé en faveur d’un backstop fiscal solide pour faire face aux risques futurs dans la zone euro. » En dépensant judicieusement l’argent, il veut faire du fonds un filet de sécurité permanent. S’il parvient à maintenir sa coalition, Draghi pourra gouverner de cette manière jusqu’aux prochaines élections prévues en 2023. Mais avant cela, lorsque le mandat de Matarella expirera l’année prochaine, il devrait viser la présidence. « C’est depuis longtemps le rôle qu’il aurait préféré », a déclaré une source. Plutôt qu’’un rôle cérémoniel, avec des pouvoirs de formation de coalition qui s’ouvrent dans le système italien, cela lui permettrait d’être un vincolo interno

Un effondrement de l’euro est désormais improbable. C’est son héritage. Le risque auquel l’Europe est confrontée aujourd’hui est que le système de l’euro – la maison inachevée – fasse lentement à l’Union dans son ensemble ce qu’il a fait à l’Italie, en la plaçant sur une trajectoire de croissance inférieure permanente. L’Union européenne a besoin d’une dette en commun pour une relance plus collective. Mais les héritiers de Mme Merkel seront-ils d’accord ? Avec toutes les implications pour la souveraineté de ce qui n’est finalement qu’une union de transfert ? Tant que personne n’aura réussi à franchir la prochaine étape douloureuse de la consolidation, le risque est que l’Union continue à perdre la bataille de la mondialisation. Draghi montre ce qui est possible.

Se levant avec un masque au Parlement italien, le technocrate sans parti – mais maître de la politique – observe sa coalition de six partis, allant des populistes de droite de la Ligue aux éclats de l’extrême gauche. Il voit également sa chance historique. Personne ne le sait mieux que lui, la véritable politique de l’Europe est celle de la dette de la zone euro.

Ben Judah

Mais le prix de la Draghipolitik est le suivant : c’est une consolidation sans démocratie. Des élites puissantes avec des électeurs aliénés. Une politique que seuls des hommes comme lui peuvent jouer. Ce qui, en affaiblissant les partis et l’importance des élections, rend encore moins viable le seul autre moyen de parvenir à une meilleure Europe, un mouvement transnational et démocratique pour une zone euro plus juste. La draghipolitik peut offrir une voie vers une solution technocratique mais elle exacerbe le problème politique.

Aujourd’hui, il est dans l’air du temps : promettant d’amorcer la sortie de l’Italie du néolibéralisme, sa dernière réflexion fiscale s’aligne parfaitement sur les Bidenomics. Mais cela ne suffit pas. Il doit maintenant faire l’inverse de ce qu’il a commencé à faire : encourager une nouvelle génération de politiciens forts pour lui succéder. C’est le seul moyen de briser le cycle qui affaiblit l’Italie.

Draghi aime citer Le Guépard, le grand roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa qui raconte l’adaptation d’un noble sicilien à la vie dans une nouvelle Italie unie par Cavour et Garibaldi. « Tout doit changer pour que tout reste pareil », telle est la maxime ironique maintes fois citée. Pourtant, à la fin du roman, l’Italie unie est vraiment arrivée.

Mais quelle est cette Europe ? Ce système, celui de Draghi, est un système qui s’est dépolitisé pour survivre. Cela, il l’a fait. Mais au prix de ne plus pouvoir distinguer entre stabilité et stagnation. Un système qui ne peut faire que le strict minimum. Pas tout ce qu’il faut.

Crédits
Une version en anglais de cet article a été publiée précédemment dans le magazine The Critic.