Numérique


Le réseau social a dévoilé, le 28 janvier, son projet de créer un conseil de supervision indépendant pour décider de l’élimination des contenus considérés comme offensifs ou dangereux par les utilisateurs. La décision a lieu, à l’occasion de son quinzième anniversaire, dans un contexte où les institutions publiques demandent aux plateformes numériques d’être plus responsables et où la perception de Facebook par l’opinion publique est de plus en plus négative.

L’Union Européenne veille à ce que tous les États membres soient dotés d’infrastructures 5G à l’horizon 2020. La première étape de ce déploiement est une série de tests dans les États d’Europe de l’ouest. Mais en arrière plan de la validation des normes techniques, de l’ingénierie administrative et financière que ces réseaux nécessitent, des enjeux politiques se dessinent pour l’Union Européenne notamment autour de sa souveraineté numérique.

Les 18 et 22 janvier 2019, respectivement au Ministère des Armées et au Forum International de la Cybersécurité (FIC), Florence Parly a dévoilé les grandes lignes de la stratégie cyber des Armées françaises, officialisant notamment son volet offensif. Alors que le cyberespace est devenu un terrain de confrontation, la France ne pouvait pas rester sans doctrine claire ; la Ministre des Armées a défini et officialisé les grands principes de cette doctrine, ainsi que le rôle dévolu à chaque acteur du domaine de la Défense. Elle a également évoqué la perspective de coopérations européennes et internationales.

Un informaticien hessois, manifestement acquis aux idées d‘extrême-droite, a reconnu être l‘auteur des piratages massifs qui ont touché plusieurs centaines de personnalités politiques et médiatiques allemandes. Les conséquences des attaques semblent limitées ; toutefois les lacunes qu’elles dévoilent une fois encore dans la cyber-sécurité de la République fédérale pourraient entraîner un durcissement du cadre légal en vigueur.

Bruxelles. Nos sociétés reposent sur un socle physique indispensable, composé notamment de l’environnement, des matières premières et de la fourniture d’énergie. Ces “briques de base” sont toutes profondément transformées par le numérique, que ce soit pour leur surveillance, leur production ou leur distribution. Elles sont réciproquement des conditions (énergie, terres rares, spectre radioélectrique) ou des points de vigilance (environnement) pour le développement du numérique.

Genève. Les Conférences Mondiales des Radiocommunications (CMR) ont lieu tous les quatre ans et amendent le Règlement des radiocommunications, traité international d’une importance majeure dans les domaines économique (5G, Internet des Objets), des transports (GPS/Galileo, systèmes de détresse et de sécurité), scientifique (Agence Spatiale Européenne) ou encore militaire (satellites de communications ou d’observation, radio).

Mercredi 1er décembre, Washington a demandé l’extradition de la directrice financière de Huawei, en faisant prévaloir l’arme de l’extraterritorialité des lois américaines concernant les sanctions imposées à l’Iran. Cette demande d’extradition consacre un changement de méthode des autorités américaines : le passage d’outils de défense commerciale classiques à des poursuites judiciaires par le Department of Justice. Le but ultime de l’opération semble bel et bien de protéger le marché américain des acteurs chinois prédateurs sur le marché stratégique de la 5G.