Élections

Long format

«  Trump a désormais un plan — plus radical, mieux défini. L’Europe, qui dépend encore de Washington pour sa sécurité, n’a pas vraiment le choix.  » S’il est sans doute le plus célèbre des historiens britanniques, Niall Ferguson est aussi un fin observateur des transformations économiques et politiques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique. Depuis la Vallée d’Aoste, en marge du Sommet Grand Continent, il nous livre ses perspectives sur une année 2024 à hauts risques.

Parmi les États membres de l’Union, les élections qui se tiennent demain à Taïwan seront suivies de très près. Principalement pour des raisons liées à la sécurité dans le détroit et au rôle de la Chine — mais pas seulement. Dans cette riche étude, Philippe Le Corre revient sur la renaissance d’une relation entre l’Europe et Taïwan et la recherche d’un nouvel équilibre face à Pékin.

L’élection américaine de 2024 a déjà commencé. Au centre de la campagne, il y aura une question vertigineuse  : de quel côté se situe la démocratie  ? Dans son premier discours fleuve, Joe Biden expose ce qui sera le cœur de sa stratégie  : face à Trump, il est le vrai défenseur de l’Amérique et de la démocratie. Nous le traduisons et commentons pour la première fois.

Les démocraties du continent sont en crise. Ce ne sont pas les seules, mais c’est en Europe que tout peut basculer. Pour l’eurodéputée Pina Picierno, l’espace démocratique unique que constitue l’Union doit nous aider à construire un nouveau modèle étatique — à six mois des élections de juin prochain, le risque est grand de perdre à la fois l’État et la démocratie si nous n’y parvenons pas.

À Washington, une guerre interne déchire les rangs républicains de la Chambre. Les coups se multiplient, les fractures se creusent — nous sommes à un an des élections. Pour comprendre ce qui se joue, nous interrogeons Matthew Glassman, l’un des meilleurs spécialistes des dynamiques internes du Parti républicain.

Les prochaines élections européennes se tiendront dans moins de six mois. Afin de préparer au mieux cette échéance cruciale et pour tirer le bilan de la législature passée, nous vous proposons une étude ambitieuse en 40 cartes exclusives à partir de quatre années de résultats électoraux dans les 90 000 communes de l’Union européenne.

La Pologne a un nouveau Premier ministre. Mardi 12 décembre, Donald Tusk a prononcé un long discours avant l’investiture de son gouvernement de coalition. Il a alors paru déterminé à engager une refondation politique et géopolitique pour son pays. Alors que la guerre prend un tour inquiétant, la doctrine Tusk ouvre de nouvelles perspectives pour l’Europe et pour l’Ukraine. Une traduction commentée, à lire et à discuter.

Donald Trump pourrait être le prochain président des États-Unis. Mais à trop se concentrer sur lui, on finit par sous-estimer l’évolution du Parti républicain  : Trump n’est pas la cause, mais le symptôme, de la transformation du parti au cours des quatre dernières décennies. Dans ce long entretien, Julian Zelizer, professeur à Princeton, dessine le portrait d’un pays fracturé. Jusqu’où  ?

Le parti d’extrême-droite de Geert Wilders a remporté les élections aux Pays-Bas. Si l’exercice ardu de formation d’un gouvernement pourrait prendre des mois, les données électorales permettent déjà de saisir l’ampleur de l’inversion du rapport de force qui s’est produit en deux ans. Dans cette étude fouillée, François Hublet analyse les données du vote de mercredi et explore plusieurs pistes pour l’après.

Peut-on imiter les méthodes des illibéraux pour sortir de l’illibéralisme  ? C’est l’une des questions qui se posent à l’opposition polonaise alors qu’elle s’apprête à former une coalition pour gouverner. Marcin Matczak, juriste réputé et proche de l’opposition, et Katarzyna Skrzydłowska-Kalukin, spécialiste de ces questions, réfléchissent aux traces qu’a laissées le parti de Jarosław Kaczyński. Quoi qu’il arrive, et après huit ans de gouvernement du PiS, la démocratie polonaise est déjà transformée.