Varsovie. En Pologne, 25 comités électoraux s’étaient enregistrés par la Commission électorale nationale polonaise. La Pologne dispose aujourd’hui de 51 sièges au Parlement européen, qui deviendront 52 après le Brexit. Finalement 10 comités électoraux ont présenté des candidats aux élections, dont 6 comités nationaux et 4 comités régionaux.

Les rivaux les plus sérieux ayant la possibilité de se rendre au Parlement européen ont été :

  1. « Droit et Justice » – le parti Droit et  Justice, en polonais : Prawo i Sprawiedliwość, PiS
  2. « Coalition européenne » – les partis : la Plate-forme Civique, le Parti populaire polonais, l’Alliance de la gauche démocratique, Moderne, les Verts, en polonais : Koalicja Europejska, KE
  3. « Printemps Robert Biedroń » – le parti Printemps, en polonais : Wiosna
  4. « Confédération » – les partis : KORWiN, Braun Liroy, Narodowcy, en polonais : Konfederacja
  5.  « Kukiz’15 » – le parti politique Kukiz’15
  6. « Gauche Ensemble » – les partis : Ensemble, Parti socialiste,de la Pologne, Union du travail, Mouvement de la justice sociale, de la liberté et de l’égalité, OPZZ, en polonais : Lewica Razem.1

Les sondages menés en avril et en mai 2019 (moyenne du 07/04/2019 au 20/05/2019) montraient une victoire du PiS (38,2%) sur KE (20,1%), suivie de Wiosna (7,7%) de Kukiz’15 (5,6%) et de la Confédération (2,9%).2

Le taux de participation aux élections était exceptionnellement élevé : 45,42%3, à titre de comparaison, en 2014, la participation était de 23,83%.4

Selon les résultats définitifs, les élections ont été remportées par le parti de Jaroslaw Kaczyński, Droit et justice (PiS), qui détient actuellement une majorité parlementaire au parlement polonais au pouvoir. Le PiS a recueilli 45,57% des voix (26 sièges au Parlement européen). La Coalition européenne vient en deuxième position avec 38,29% (22 sièges au Parlement européen). Il y a ensuite le parti de Printemps formé en février 2019 par Robert Biedroń, ancien maire de la ville de Słupsk, qui a créé son propre parti de gauche. Il est devenu la troisième force politique du pays avec 6,4% des voix (3 sièges au Parlement européen).

Les résultats annoncés dimanche étaient légèrement différents. Selon le sondage tardif d’Ipsos, PiS a remporté 44,7%, la Coalition européenne 38,2% et le Printemps 6,4%. Selon Ipsos, la Confédération a légèrement dépassé le seuil de 5,1%, Kukiz ‘15 a progressé de 3,8%. Les versions précédentes de exit polla donnaient moins de voix au PiS et plus à la Confédération. Enfin, PiS a gagné en obtenant 200 000 votes de plus que lors des dernières élections locales de 2018.

Le leader du PiS, Jarosław Kaczyński, a déclaré : La bataille décisive pour l’avenir de notre patrie aura lieu à l’automne. Nous devons aussi gagner et gagner plus que maintenant. Ce n’est pas assez! Pas assez! Le président du PiS a trop peu parlé, citant le poème Poésie du poète polonais de gauche Władysław Broniewski. Nous devons obtenir des millions de voix pour protéger la Pologne, les Polonais, les familles et avoir le grand avenir que nous méritons.5

À son tour, Grzegorz Schetyna, le chef de la Plateforme civique de l’opposition, a déclaré, après l’annonce des résultats: Nous savons que tout est devant nous. « Ensemble, nous avons fait un grand pas en avant : nous avons construit la Coalition européenne et c’est notre grand succès. Nous avons uni l’opposition, mais nous savons que ce n’est que le début de la route. Près de 7 millions de voix exprimées au sein de la Coalition européenne constituent un grand succès ».

Ce succès a également été annoncé par Robert Biedroń, dont le Printemps a gagné un peu plus de 6% votes : « Nous l’avons fait, nous l’avons fait! Nous sommes la troisième force politique en Pologne. Ce n’est que le début de notre chemin, à l’automne, nous devons être la première force politique ».

Les résultats signifient une grande victoire pour PiS. Ils ont également révélé une fois de plus la division de la Pologne – la ligne de divisant le pays de manière égale dans la partie occidentale (avec une meilleure économie et une plus grande richesse d’habitants), où gagnait la KE et la partie orientale (plus pauvre) où gagnait le PiS. La politique sociale menée par le gouvernement actuel a conduit le parti à la victoire (nombreuses allocations sociales pour le premier enfant et les suivants, sous la forme de 500 PLN, appelées « 500+ »). Le PiS a également réussi à gagner un électorat parmi les agriculteurs (70% des agriculteurs ont voté pour le PiS). Cela est également lié à une situation positive qui prévaut dans l’économie polonaise (baisse du chômage, augmentation du salaire minimum). De plus, le parti a mis en scène des personnalités politiques ayant de grandes atouts en politique intérieure (anciens ministres du gouvernement) et proches du peuple (Joachim Brudzinski, Anna Zalewska, Beata Kempa). Beata Szydło, Premier ministre polonais du 2015 au 2017, a remporté le plus grand nombre de voix (502 000). Le parti se soucie de son image, essayant d’être proche de ses électeurs. Ce qui était perceptible, la semaine précédant les élections, une action de secours sous la direction personnel de Mateusz Morawiecki, Premier ministre polonais, à l’origine d’une crise liée aux inondations dans le sud de la Pologne.

L’opposition, malheureusement, n’a pas bien lu les sentiments sociaux des Polonais. Les électeurs se sont avérés modérés dans leurs vues et pas entièrement de gauche. Les élections ont révélé une nouvelle vague de conservatisme, de traditionalisme dans la société polonaise. Toute la campagne de l’opposition basée sur la terrible politique PiS et la vision de Polexit s’est avérée infructueuse. Dans le contexte de la campagne anticléricale qui se déroule actuellement en Pologne (le film Kler montrant la richesse et l’hypocrisie des prêtres polonais et le documentaire Ne dis rien à personne sur le cas de pédophilie parmi les hiérarques de l’église polonaise), l’opposition n’a pas réussi à convaincre les électeurs. Ainsi que des tentatives de guerre contre l’institution de l’Église par des représentants de médias de gauche (discours de Leszek Jażdżewski, rédacteur en chef de la revue Liberté, à l’Université de Varsovie, précédant la conférence de Donald Tusk le 3 mai 2019). Malheureusement, cette campagne a mobilisé les deux côtés – l’opposition mais aussi les personnes défendant des valeurs catholiques et conservatrices.

Il est possible que la Coalition européenne, créée au moment des élections, regroupant divers partis de l’opposition, se désagrège parce qu’il s’agit d’un compromis politique trop large. Son erreur fondamentale est d’avoir abandonné l’aile conservatrice centrale. La Plateforme civique était un parti multipartite, mais les députés conservateurs expulsés ont rejoint le PiS.

Sur la scène politique polonaise, le parti Printemps a réussi à prendre la troisième place, mais avec un résultat inférieur à celui attendu dans les sondages. PiS a remporté les élections sous le slogan Pologne au centre de l’Europe, se retirant de la réforme du système judiciaire avec une vague de prospérité économique, multipliant les promesses successives de programmes sociaux. Tandis que l’opposition tentait de gagner sur l’humeur politique et sociale mal interprétée menant une campagne fatale et défensive. Grâce à cela, le Printemps de Robert Biedroń a réussi à obtenir la troisième place, en adoptant des électeurs indécis et découragés par la guerre entre deux grands partis. En automne, des élections au parlement national auront lieu en Pologne, suivies par des élections présidentielles en 2020. Jusque-là, tous les acteurs de la scène politique devraient tirer des conclusions.