En novembre 2017, lorsque le patron de Siemens, Josef Kaeser, a annoncé que l’entreprise allait supprimer environ 7 000 emplois dans le monde et qu’elle avait l’intention de fermer certains sites de production en Allemagne, de vives protestations et critiques se sont sans surprise multipliées. Quelle serait la raison de ces licenciements massifs, étant donné qu’ils se rendent utiles ? De part et d’autre a été évoquée la jérémiade désormais coutumière selon laquelle, même dans ce cas, une entreprise devait s’incliner devant le « diktat des marchés financiers et des actionnaires » alors que le « travail honnête », qui avait fait sa grandeur, ne comptait plus pour rien maintenant. Certains journalistes de confession libérale sont même angoissés par la crainte que le patron de Siemens, par son initiative, ait compromis la légitimité du système capitaliste. « Si nous voulons que les gens perdent confiance dans l’économie de marché, nous devons nous comporter comme Kaeser et ses partenaires », a déclaré Detlef Esslinger dans le Süddeutsche Zeitung du 24 novembre 2017.

En fait, l’affaire Siemens jette un éclairage révélateur sur la valeur du travail et sur l’équilibre du pouvoir entre capital et travail dans le système capitaliste mondial. Il est clair que la dynamique de l’accumulation du capital au cours des trois dernières décennies a été transférée aux marchés financiers, avec des conséquences dramatiques sur les conditions sociales de travail et de vie. Cependant, ce n’est certainement pas à cause de l’avidité de tel ou tel gestionnaire, banquier ou investisseur international, mais pour des raisons structurelles, qui peuvent s’expliquer par la dynamique historique objective de la société capitaliste.

Il faut souligner que la dynamique historique à laquelle est soumise la société capitaliste a un caractère historiquement spécifique. Ce dont je parle ici n’est donc pas une logique suprahistorique de développement historique, comme dans la compréhension marxiste traditionnelle, qui serait ainsi placé à tous égards dans le sillage du siècle des Lumières. Je parle plutôt d’une dynamique qui résulte d’une contradiction interne de la société capitaliste et qui n’est donc valable que pour cette société. Le premier élément de cette contradiction est la contrainte d’une accumulation incessante du capital. Le capital n’est rien de plus qu’une valeur qui doit être valorisée, c’est-à-dire augmentée. La forme empirique de la valeur est l’argent et il est donc possible de décrire sa valorisation avec la fameuse formule de Marx A—M—A. Argent-marchandises-plus d’argent ou, en d’autres termes, plus d’argent que l’argent. À cet égard, il est possible de parler d’un processus autotélique car au commencement et à l’issue de ce cycle interminable de croissance, il y a toujours une seule et même chose : l’argent. Dans la pratique, la valeur, sous forme d’argent, ne se réfère toujours systématiquement qu’à elle-même, et le seul but de ce processus est l’accumulation permanente d’une valeur ajoutée. En raison de sa logique interne, ce processus autotélique ne connaît pas de limites. Son caractère étant abstrait et quantitatif, il devrait en principe se poursuivre indéfiniment. C’est la cause de l’impulsion incessante vers la croissance de la société capitaliste qui, avec la réalité du réchauffement climatique, est depuis longtemps sur le point de détruire les fondements naturels de la vie.

En fait, l’augmentation de la productivité entraîne régulièrement une réduction des dépenses de travail par unité de marchandise et, par conséquent, une diminution de la part de la valeur représentée dans chaque marchandise.

NORBERT TRENKLE

Mais cette impulsion vers une accumulation incessante est maintenant contrée par un second élément. Il s’agit de la contrainte sur le développement constant des forces productives ou, comme on dit aujourd’hui, sur l’augmentation permanente de la productivité. Cette contrainte, qui est le résultat d’une concurrence mutuelle entre capitales, est cependant en contradiction interne avec l’interminable processus autotélique d’évaluation de la valeur. En fait, l’augmentation de la productivité entraîne régulièrement une réduction des dépenses de travail par unité de marchandise et, par conséquent, une diminution de la part de la valeur représentée dans chaque marchandise. En fait, l’évaluation de la valeur n’a pas lieu dans un espace vide, mais elle est basée sur les dépenses de main-d’œuvre pour la production de biens. Le capital acquiert de la main-d’œuvre pour être utilisée dans la production de biens et absorbe ainsi la plus-value. Par conséquent, si l’utilisation de la main-d’œuvre par unité de biens est réduite en raison de l’augmentation de la productivité, la part de la valeur représentée par unité de biens diminue également. Cette tendance contraste toutefois avec le processus autotélique de valorisation du capital, qui ne peut continuer à fonctionner que si l’on produit de plus en plus de valeur.

Crise du fordisme et financiarisation de l’économie

D’un point de vue historique, cependant, il faut noter que cette contradiction – inhérente à la logique capitaliste – n’a jamais représenté un obstacle insurmontable à l’augmentation du capital. En effet, les effets de la productivité ont pu être compensés et même surcompensés par l’expansion accélérée de nouveaux marchés et l’émergence de nouveaux secteurs productifs pour la production de masse. La baisse de la valeur de chaque produit de base a donc été compensée par l’accélération de la croissance globale, de sorte que, tout bien considéré, il a été possible d’absorber une quantité toujours plus grande de valeur. Cette dynamique s’est révélée particulièrement pertinente dans la période relativement éphémère du fordisme, surtout pendant les trente années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Cette période représentait une sorte d’âge d’or pour les centres capitalistes car, pour la première fois, même la majorité de la population vivant grâce à un salaire – et non de la rémunération de son capital – pouvait accéder à la richesse capitaliste dans des proportions considérables. Mais cette période – qui a subi une transfiguration rétrospective – s’est achevée au milieu des années soixante-dix, lorsque le boom fordiste s’est heurté à ses limites et a déclenché un nouvel élan de productivité, fondé sur les nouvelles technologies de l’information et des communications : la troisième révolution industrielle.

La troisième révolution industrielle a marqué une rupture qualitative dans l’histoire du développement de la productivité. En effet, le processus même de re-production a subi une réorganisation radicale sur la base de la microélectronique, de sorte que le travail a perdu le rôle central qu’il jouait jusqu’alors, et la science, ou plutôt l’application de la science à la production est devenue la force productive fondamentale. Cependant, ce bouleversement a eu des conséquences dévastatrices sur la valorisation du capital. En fait, avec l’élimination massive de la main d’œuvre utile à la production, la source de plus-value, qui avait jusque là alimenté le processus autotélélique de valorisation, s’est également tarie. D’un point de vue empirique, cela ressort du fait que, depuis les années 80, la production matérielle, c’est-à-dire la masse des biens produits, a augmenté de nombreuses fois dans le monde entier alors que, dans le même temps, le nombre d’employés des secteurs clés de la production a nettement diminué. Même l’ouverture de nouveaux secteurs productifs à la consommation de masse n’y changerait rien, puisque ces derniers étaient également organisés dès le départ selon les impératifs de l’automatisation des processus. En conséquence, le monde a été balayé par un déluge de marchandises à croissance rapide, qui représentaient cependant une masse de valeur toujours décroissante, car elles avaient été produites avec de moins en moins de travail.

Pour cette raison, la crise fordiste s’est transformée en une crise fondamentale de valorisation du capital, une crise qu’il était désormais impossible de résoudre de la même manière que les grandes crises précédentes de l’histoire du capitalisme. L’émergence de nouveaux secteurs de croissance pour l’emploi de la main-d’œuvre dans la production de biens au niveau actuel de productivité n’a plus eu lieu, et n’a toujours pas lieu. Les mesures keynésiennes de stimulation économique – qui ont été adoptées partout dans les années 1970 – se sont également révélées inutiles, ne provoquant qu’une augmentation considérable de la dette publique, car elles n’ont pas permis de supprimer les causes structurelles de la crise. Ainsi, dès les années 1980, le capitalisme classique s’est heurté à ses limites historiques, qui n’ont pu être surmontées.

Le monde a été balayé par un déluge de marchandises à croissance rapide, qui représentaient cependant une masse de valeur toujours décroissante.

NORBERT TRENKLE

Néanmoins, après quelques éclairages, une autre façon de sortir de la crise de la valorisation du capital a été trouvée, même si ce n’était que temporaire : le capital, en l’absence de possibilités suffisantes d’investissement dans l’économie dite réelle, s’est orienté à vive allure vers les marchés financiers. Là, il poursuit son processus autotélélique de multiplication de l’argent qui, cette fois-ci, ne repose plus sur l’utilisation du travail dans la production de biens, mais sur l’accumulation d’un capital fictif. Depuis lors, cette forme d’accumulation de capital a caractérisé le développement de la société capitaliste. Et son résultat a été que le travail a perdu sa valeur traditionnelle de position pour la dynamique capitaliste. Il faut tout d’abord se demander en quoi consiste le caractère spécifique de l’accumulation du capital fictif et dans quelle mesure elle se distingue de la valorisation du capital par l’emploi de la force de travail dans la production de biens.

Le capital fictif

Le concept de capital fictif est né dans le contexte de la critique de l’économie politique de Marx, où – dans le troisième livre du Capital – il avait été élaboré de manière très fragmentaire. Dans le livre Die groβe Entwertung (La grande dévaluation), Ernst Lohoff et moi-même avons repris ces développements en tentant de les repenser et de les rendre fructueux pour une analyse de la crise actuelle du capitalisme. J’aimerais vous en présenter ici un résumé.

Le capital fictif est en somme une option sur la valeur future. Mais quelle est sa signification et quelles sont ses répercussions sur l’accumulation du capital global ? Commençons par la première question. Essentiellement, il y a toujours capital fictif lorsqu’un détenteur d’argent le transfère à un autre individu en échange d’un titre de propriété (obligation, action, etc.) qui représente un droit sur cette somme d’argent et sa croissance. De cette façon, le montant original de l’argent se trouve doublé. Il mène maintenant à une double existence et peut être utilisé de deux côtés. Celui qui a reçu l’argent peut le dépenser pour la consommation ou pour des investissements, y compris financiers, tandis que celui qui a transféré son argent l’a vu se transformer en capital monétaire, ce qui lui rapporte un profit. En d’autres termes, le capital est accumulé même si aucune production n’a eu lieu. Toutefois, le capital monétaire nouvellement créé consiste exclusivement en un droit garanti sous la forme d’un recours anticipé à la valeur future. Si cette valeur est réellement produite, elle ne peut être vue qu’après.

Aujourd’hui, le recours précoce à la valeur future sous forme de capital fictif est un élément du fonctionnement normal du capitalisme. Cependant, dans la crise fondamentale de la valorisation provoquée par la troisième révolution industrielle, elle a pris un sens essentiellement nouveau. Alors que dans le passé, la création de capital fictif servait principalement à accompagner et à soutenir le processus de valorisation capitaliste – comme par exemple le financement préliminaire à de grands investissements –, aujourd’hui, avec l’effondrement des fondements de ce processus, son rôle a changé. L’accumulation du capital a commencé à se fonder principalement non pas sur l’exploitation de la main d’œuvre dans la production de biens, mais sur l’émission massive de titres financiers tels que des actions, des obligations ou des dérivés. Ainsi, le capital fictif s’est transformé en moteur de l’accumulation du capital tandis que la production de biens pour les marchés concrets s’est dégradée en variable dépendante.

L’automatisation de la production et la réalisation de la nouvelle division transnationale du travail, mieux connue sous le nom de mondialisation, ont conduit, à partir des années 1970 et 1980, à un affaiblissement notable de la position contractuelle des vendeurs de main d’œuvre.

NORBERT TRENKLE

Cette forme d’accumulation de capital diffère cependant d’une manière décisive de la forme traditionnelle du processus capitaliste autotélique. Puisqu’il repose sur le recours précoce à la valeur restant à produire, il s’agit d’une accumulation de capital sans valorisation du capital. Sa base n’est pas l’exploitation réelle du travail dans la production de biens, mais l’attente de bénéfices futurs dans l’économie réelle, qui devraient en fin de compte découler de l’exploitation de la main d’œuvre supplémentaire. Mais dans la mesure où cette attente, face au développement des forces productives, ne peut être satisfaite, les droits doivent être constamment renouvelés, et le recours anticipé à la valeur future doit être de plus en plus repoussé dans l’avenir. La conséquence en est que la masse des titres financiers est soumise à une contrainte de croissance exponentiellement accrue. C’est pour cette raison que, depuis des décennies, le capital sous forme de titres financiers dépasse largement la valeur des biens immobiliers produits et vendus. L’opinion publique critique généralement ce « détachement des marchés financiers » comme cause de la crise, mais la réalité est qu’une fois les bases d’évaluation dissoutes, l’accumulation de capital ne peut que se poursuivre de cette manière.

C’est pour cette raison que, dans notre livre, nous parlons d’une ère de capitalisme inversé [inverser Kapitalismus] pour délimiter l’ère actuelle de celle du capitalisme classique, basée sur l’utilisation du travail dans la production des biens.

En tout état de cause, l’hégémonie de l’accumulation basée sur l’industrie financière n’implique en aucune façon une séparation complète de l’économie réelle. Même la création de capital basée sur l’industrie financière reste spécifiquement liée à l’ampleur de l’économie réelle. Cela ne présuppose certainement pas que la valeur du capital a déjà été pleinement exploitée, mais cela permet de prédire les bénéfices futurs. Elle dépend donc des attentes et des espoirs de croissance future des bénéfices provenant des marchés de biens ou, du moins, de certains de ces marchés. Tout boom immobilier repose sur la perspective d’une hausse des prix de l’immobilier, toute hausse des marchés boursiers relie sa dynamique à l’espoir de l’avenir.

Cette dépendance vis-à-vis des « porteurs d’espoir » de l’économie réelle, à laquelle sont liées les attentes de profit, explique la propension spécifique à la crise de l’ère du capital fictif. Chaque fois que ces attentes s’avèrent illusoires et que des bulles spéculatives éclatent, le capital fictif accumulé perd sa validité a posteriori et la création d’un nouveau capital fictif cesse. À ce stade, comme ce fut le cas lors de la dernière crise mondiale de 2008, se greffe une spirale économique menaçante, dans laquelle le processus fondamental de crise, masqué par l’hypertrophie de la superstructure financière, se manifeste.  Tout cela ne peut être évité que d’une seule façon : par la création de nouveaux capitaux fictifs encore plus importants, dont l’accumulation doit être alimentée par des attentes de profit dans d’autres domaines de l’accumulation réelle. Cependant, plus l’ère du capital fictif dure, plus il devient difficile d’ouvrir de nouveaux secteurs pour les « porteurs d’espoir » de l’économie réelle. L’accumulation fondée sur l’industrie financière ne peut se poursuivre indéfiniment. Elle aussi a ses propres limites internes, qui se rapprochent de plus en plus avec le temps. Mais maintenant, je n’ai pas l’intention d’aborder la question de ces limites internes, mais plutôt d’étudier les répercussions de l’accumulation de capital fictif sur le travail et, par conséquent, sur les masses humaines qui dépendent de la vente de leur main-d’œuvre.

Le travail et les « porteurs d’espoir »

Tout d’abord, il faut noter que le travail connaît une réduction fondamentale de son importance économique. Si le capital est vendu comme marchandise sous forme de titres de propriété et que c’est par cet acte de vente que le capital initial est doublé – quoique temporairement –, alors le fétiche du capital atteint sa forme finale. Du mouvement A—M—A nous arrivons au mouvement A—A raccourci, dans lequel le capital augmente sans le passage coûteux par la production de biens. De cette façon, cependant, le lien direct entre l’accumulation du capital et le monde des biens et services matériels est rompu ; certes, la production de ces biens a toujours été un simple instrument pour la fin en soi de l’accroissement de la monnaie, mais elle a dû se produire pour maintenir le cycle de l’exploitation en mouvement. Dans le même temps, la main d’œuvre des produits de base perd son importance centrale pour l’accumulation du capital.

À l’ère du capitalisme classique, fondé sur la valorisation de la valeur et se terminant avec la crise du fordisme, la force de travail était la marchandise fondamentale de l’accumulation du capital. En effet, c’est la seule marchandise dont la valeur d’usage consiste à produire plus de valeur que ses coûts de production. Pour les vendeurs de biens de main-d’œuvre, cette position particulière signifiait certainement, d’une part, la subordination quotidienne au capital et la soumission aux contraintes de la production marchande ; d’autre part, elle leur donnait aussi une position contractuelle relativement forte avec le capital, qui leur permettait d’imposer, au moins dans les centres capitalistes, des améliorations évidentes des salaires, des conditions de travail et des garanties sociales. Il convient également d’ajouter que les conditions de production spécifiques du travail de masse avaient favorisé, en particulier à l’époque du fordisme, une vaste organisation syndicale.

Avec la fin du capitalisme classique, cette constellation, avec son relatif équilibre des forces entre le capital et le travail, a été complètement vaincue. L’automatisation de la production et la réalisation de la nouvelle division transnationale du travail, mieux connue sous le nom de mondialisation, ont conduit, à partir des années 1970 et 1980, à un affaiblissement notable de la position contractuelle des vendeurs de main d’œuvre, mais ce n’est pas tout. La dérégulation, la flexibilité des relations de travail et l’affaiblissement des syndicats poursuivis par la politique néolibérale pourraient également être ajoutés. Cependant, ce qui est décisif pour le changement consolidé et à long terme de la relation entre le capital et le travail est le fait que le centre de gravité de l’accumulation du capital est passé de l’exploitation du travail aux marchés financiers. De cette façon, de fait, le produit de la main-d’œuvre a perdu son statut de produit fondamental de l’accumulation du capital, devenant la variable dépendante de la dynamique du capital fictif.

En effet, même si l’accumulation de capital fictif ne peut jamais être totalement libérée de la production de biens réels, son lien avec ce secteur est différent de celui de la valorisation classique du capital. À l’ère du capitalisme inversé, les activités de l’économie réelle ont une seule fonction pour l’accumulation du capital, celle de mettre à disposition des « porteurs d’espoir » pour les attentes futures. La croissance ou les anticipations de croissance dans certaines régions ou certains secteurs sont tout autant un levier pour la création de nouveaux titres financiers ou pour la hausse des cours des titres existants. Dans le même temps, cependant, la poursuite des activités dans l’économie réelle dépend fondamentalement et structurellement de l’afflux permanent de capitaux fictifs. C’est le cas de la consommation de biens et de services, qui est financée par les revenus et les crédits du secteur financier, mais aussi des investissements dans l’industrie, les matières premières et, surtout, la construction, qui ne sont réalisés que tant que la dynamique des marchés financiers se poursuit. En tous les cas, la main-d’œuvre est certes mobilisée, mais elle dépend entièrement de la situation fictive du capital.

À l’ère du capitalisme inversé, les activités de l’économie réelle ont une seule fonction pour l’accumulation du capital, celle de mettre à disposition des « porteurs d’espoir » pour les attentes futures.

Norbert Trenkle

En bref, à l’ère du capitalisme inversé, on retient le principe selon lequel la production matérielle (et donc les dépenses de travail) ne s’applique que dans la mesure où elle est directement ou indirectement induite par l’accumulation de capital fictif. Les secteurs de l’économie réelle ne connaissent la croissance que tant qu’ils sont alimentés par la monnaie créée dans le secteur financier, qui à son tour se dote de nouveaux repères pour sa dynamique autoréférentielle. Si ce cercle est interrompu pour quelque raison que ce soit, une inversion soudaine de la spirale et la perte massive de valeur des titres financiers avec des retombées immédiates sur l’activité de l’économie réelle. Cet état de fait est particulièrement visible dans le secteur de la construction, où la spéculation sur la hausse des prix de l’immobilier est directement liée à la construction de bâtiments et à la construction d’infrastructures. En outre, le secteur de la construction se caractérise toujours par une intensité de main d’œuvre relativement élevée, car il ne peut être automatisé à la même vitesse et de la même manière que la production industrielle. Elle est donc le principal consommateur de main d’œuvre dans toutes les régions du boom économique, atteignant la position dominante dans les statistiques du PIB. Mais pour la même raison, elle est aussi particulièrement vulnérable aux crises du capital fictif, comme l’a démontré récemment la crise majeure de 2008.

Les vendeurs de biens de main d’œuvre commencent à percevoir l’extrême dépendance du travail à l’égard du capital fictif, non seulement pendant les crises graves mais également dans le cours normal du processus d’accumulation. La principale pression s’exerce sur les attentes de revenus élevés, dont la référence sont les bénéfices du secteur financier, beaucoup plus élevés que dans le cadre du capitalisme classique. Pour répondre à ces attentes, les conditions de travail et les salaires ne cessent de se détériorer et les heures de travail sont prolongées sans pitié. Ce dumping concurrentiel international n’épargne aucun site de production ni aucune entreprise. Quiconque tenterait de s’y soustraire serait immédiatement puni par le retrait du capital, qui, ayant sa base dans le secteur financier, est capable de se déplacer indéfiniment. Même les grandes sociétés transnationales et les acteurs mondiaux du marché global sont à la merci de cette pression. Le cas de Siemens, évoqué au début de ce papier, en est un exemple typique ; il montre comment la relation entre le travail et le capital à l’époque du capitalisme inversé a été complètement renversée. Si, il y a quarante ans, une entreprise mondiale avait annoncé la fermeture de sites de production absolument rentables et le licenciement de plusieurs milliers de salariés, la direction de l’entreprise aurait été immédiatement expulsée par les actionnaires pour sabotage de la valorisation du capital social. Bien sûr, même à cette époque, il y a eu des fermetures d’usines et des licenciements massifs lorsqu’une industrie enregistrait des pertes permanentes et qu’il n’était pas possible d’accroître sa compétitivité par des mesures de rationalisation. Mais il s’agissait encore, en dernière analyse, d’étendre les possibilités d’investir du capital dans la production.

À l’ère du capital fictif, cette logique n’est plus valable. En effet, le problème n’est plus de développer la production pour créer de nouvelles possibilités de valorisation du capital, mais de multiplier en permanence les titres financiers, qui représentent des droits à la valeur future. Si tel est l’objectif, le niveau actuel des bénéfices d’un certain site de production ne représente qu’un point de référence externe. De ce point de vue, la rentabilité moyenne, démontrée par certains des sites Siemens aujourd’hui menacés, n’est pas assez élevée simplement parce qu’elle n’est pas en mesure de suivre les gains qui peuvent être réalisés sur les marchés financiers et ne produit pas de « fantasmes » de croissance future des bénéfices. Par conséquent, leur fermeture fait grimper le cours de l’action de l’entreprise, bien qu’il s’agisse d’une destruction du capital. Le fait que la base productive soit réduite n’a guère d’importance ; de fait, pour l’accumulation de capital fictif, les conséquences réelles sur l’économie réelle sont secondaires ; au contraire, la création d’attentes de bénéfices futurs, qui sont aussi élevés que possible, à réaliser dès aujourd’hui, est décisive.

Si, toutefois, ces attentes ne sont pas satisfaites, les actions ou les titres de participation sont vendus en un rien de temps et remplacés par d’autres titres financiers. C’est pour cette raison que la segmentation des entreprises en différentes sections, qui peuvent ensuite être placées séparément en bourse, est également bienvenue. Le critère pour de telles divisions n’est certainement pas de savoir si elles ont un sens pour l’entreprise d’un point de vue technique, productif et organisationnel. Encore une fois, ce qui est important, c’est que chaque section de l’entreprise qui est placée en bourse crée de nouvelles poignées pour l’accumulation d’un capital fictif.

Capital fictif, crise du travail et populisme

Mais le fait que le travail à l’ère du capitalisme inversé se transforme en annexe du capital fictif n’a en rien altéré son statut moral dans la société. Au contraire : précisément parce que le travail est de plus en plus attaqué et qu’il a perdu son importance économique et son pouvoir de négociation social et politique, il a retrouvé au cours des trente dernières années une importance énorme pour la constitution de l’identité individuelle et collective. Dans les années 1970 et 1980, sous l’influence de la « crise du travail » dont on parlait tant à l’époque, et après la révolution culturelle de 1968, la morale capitaliste du travail et l’identification au travail comme essence de la vie étaient entrées en crise. Cependant, avec le bouleversement politique en direction du néolibéralisme, qui a inauguré l’ère du capitalisme inversé, il y a eu un changement idéologique. Ce sont d’abord les élites néolibérales et les sociaux-démocrates convertis au néolibéralisme qui ont prêché le retour à l’éthique et à la performance du travail et qui ont ensuite légitimé avant tout la flexibilisation et la dérégulation des relations de travail ainsi que le démantèlement de l’État-providence. Mais après que les répercussions sociales perturbatrices de cette politique sont devenues impossibles à ignorer, un nouveau tournant idéologique a été atteint. L’identification au travail devient alors le point de référence d’une critique régressive et nationaliste du néolibéralisme et de la financiarisation du capitalisme. Les populistes de droite et de gauche se réfèrent à la construction des « travailleurs honnêtes », promettant de la remettre au centre de la société. Mais cela ne serait possible qu’avec le retour à une « économie de marché » basée sur le travail de masse, régulée par un État-nation à nouveau renforcé pour le bien-être collectif.

Mais la critique radicale n’est en réalité rien de plus qu’une dangereuse régression politique. Même dans ses termes fondamentaux, l’invocation du travail est identique à une relation positive avec le noyau essentiel de la société capitaliste. En fait, la spécificité historique de la société capitaliste réside précisément dans le fait que, contrairement à toutes les autres sociétés qui ont existé jusqu’à présent, elle a placé le travail au centre. En effet, une production générale de biens implique toujours en même temps que les relations sociales soient médiatisées par le travail. Mais cette forme de médiation a nécessairement un caractère réifié. Elle se représente elle-même dans le dos des individus agissant, dont la relation réciproque (gegenseitig) n’est pas directe mais indirectement médiée par les produits de leur travail – c’est-à-dire les biens. De cette façon, les produits du travail acquièrent du pouvoir sur leurs producteurs, leur imposant une coercition objectivée. Marx définit cet état de choses comme le fétichisme de la société productrice de marchandises. Ces contraintes fétichistes ne se contentent pas d’agir extérieurement sur les hommes mais les forment et les façonnent en profondeur. On pourrait dire que les hommes dans le capitalisme deviennent sujets dans la mesure où ils sont en relation par le biais du travail avec tous les autres membres de la société. Le travail est donc lié, au plus haut degré, à la constitution moderne du sujet. Et c’est aussi pour cette raison que l’identification au travail apparaît si évidente et indiscutable.

L’identification au travail devient le point de référence d’une critique régressive et nationaliste du néolibéralisme et de la financiarisation du capitalisme.

Norbert Trenkle

Cependant, pour les individus, le travail apparaît comme une constante suprahistorique, qui constitue l’essence de « l’homme. » De ce point de vue, il n’est pas surprenant que même la critique du capitalisme soit presque toujours allée de paire avec une référence positive au travail : c’était le credo du libéralisme mais aussi du marxisme traditionnel. Pour elle, la classe ouvrière était le véritable sujet de l’histoire et donc aussi le vecteur prédestiné de l’émancipation sociale. Selon cette idée du marxisme traditionnel, l’émancipation sociale signifiait essentiellement la réalisation d’une société basée sur la généralisation du travail, dans laquelle, cependant, il n’y aurait plus de capital. En d’autres termes, c’était la libération du travail du capital, et non la libération des hommes du travail.

Cette idée est cependant une contradiction en soi. En effet, une société où les relations sociales sont centrées sur le travail est, par sa nature même, une société de producteurs de biens. Par conséquent, même le soi-disant socialisme réel n’était rien de plus qu’une variante du capitalisme dans lequel l’État avait assumé – pour le pire plutôt que pour le meilleur – la fonction du capitalisme global. Le capital n’est pas une puissance extérieure, qui se soumet à un travail positif en soi, mais le capital et le travail appartiennent tous deux, dans une égale mesure, à l’essence même de la société fondée sur la production de biens.

Si tel est le cas, même le bon vieux mouvement ouvrier dans sa grande majorité n’était pas un mouvement contre le capitalisme mais un mouvement pour le travail dans le capitalisme. En tout état de cause, elle a contribué de manière essentielle en son temps à façonner la vie dans l’ordre actuel d’une manière plus supportable et à ouvrir des espaces de liberté sociale. De plus, avec ses luttes, il a gardé vivante l’idée d’une émancipation sociale à laquelle nous pouvons encore nous référer aujourd’hui, même si ce n’est que sous la forme de critiques.

Au contraire, la transfiguration du travail par le nouveau populisme a un caractère complètement différent. Pour le mouvement des travailleurs âgés, l’identification au travail restait un point de référence pour les luttes concrètes pour la reconnaissance sociale, pour l’amélioration des conditions de travail et de vie et pour la participation politique. Pour le nouveau populisme, au contraire, il représente une réaction à la perte fondamentale de valeur du travail due à la dynamique de la crise capitaliste et est motivé par la volonté nostalgique de revenir à une ère de capitalisme longtemps disparue.

En ce sens, le populisme du travail d’aujourd’hui – dans ses variantes de droite comme de gauche – est régressif, au sens propre du terme. Le fait qu’il ne soit plus possible de revenir à un stade antérieur du capitalisme ne le rend pas moins dangereux ; cette impossibilité même rend la politique populiste plus agressive et toujours plus imprévisible. Ainsi, au niveau international, les tendances à l’isolement nationaliste se consolident, tandis que l’autoritarisme se renforce en interne. Là où les nouveaux populistes prennent le pouvoir, ils démantèlent systématiquement l’État de droit libéral-démocratique, abolissant la séparation classique entre les pouvoirs et les freins et contrepoids traditionnels, toujours au « nom du peuple » et pour la prétendue « restauration de la démocratie. »

La lutte contre cette régression politique est aujourd’hui la première tâche de tous ceux qui restent encore fidèles à la possibilité d’une société libérée. Mais cette lutte ne peut être gagnée que si la critique du capitalisme est radicalisée. En fait, le succès du populisme autoritaire de droite comme de gauche s’explique notamment par son lien avec un malaise généralisé du capitalisme. Cependant, même si ce malaise renvoie certainement à une prise de conscience généralisée du fait que le capitalisme a maintenant atteint ses limites, ce dernier est principalement canalisé vers le présent dans le désir désespéré de préserver l’ordre social en vigueur contre le choc de sa propre crise.

En ce sens, l’invocation du travail comme support de l’identité est un motif central. Mais comme il ne sera plus possible de régénérer l’honneur du travail dans son sens traditionnel, cette identité ne restera que sa contribution à l’exclusion sociale et raciste ainsi qu’à l’isolement néonationaliste.

Par conséquent, une critique du travail en tant que principe central d’une société capitaliste solidement ancrée n’est pas un exercice intellectuel de style, mais est d’une importance cardinale pour l’ouverture d’une nouvelle perspective d’émancipation sociale. En ce sens, le dépassement du travail dans ce domaine n’est en aucun cas une idée utopique. Quoi qu’il en soit, le capitalisme a depuis longtemps dépassé le travail sous une forme négative. D’une part, elle l’a rendue superflue grâce à la force productive de la science et, d’autre part, elle l’a dégradée en une simple annexe à l’accumulation du capital fictif. Une régression par rapport à cette constellation ne sera possible que sous la forme d’une catastrophe sociale. Au lieu de cela, il serait approprié d’utiliser enfin les gigantesques potentiels productifs créés par le capitalisme pour rendre possible une bonne vie à tous les peuples de la Terre, mais cela ne sera jamais possible sans surmonter les relations sociales basées sur la production des biens.