Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

Lors de la conférence de presse qui a précédé son premier match de qualification pour la Coupe du monde contre la France, Andreï Chevtchenko a parlé d’une manière vaguement robotique, comme s’il répétait mot pour mot un texte appris par cœur. « Je ne suis pas encore prêt à parler continuellement en ukrainien, mais je promets que je le ferai à l’avenir », dit-il sans laisser transparaître ses émotions. Andreï Chevtchenko n’est pas à l’aise avec l’ukrainien, bien qu’il soit né pas très loin de Kiev, dans une région où les Russes sont nettement minoritaires. Avec la presse de son pays, il a décidé de parler le russe, sa langue maternelle. Durant les années 1970, et ce jusqu’à la première moitié des années 1980, l’Union soviétique avait interdit l’usage de l’ukrainien. Ce qui, à d’autres époques, n’aurait été guère plus qu’une anecdote surprenante du Trivial Pursuit, est cependant devenu un sujet médiatique dans l’Ukraine de 2021. Une question à laquelle même l’un des plus grands footballeurs ukrainiens de tous les temps se sent obligé de répondre : pourquoi est-ce Chevtchenko ne parle pas ukrainien avec la presse ?

D’autre part, entre l’annexion de la Crimée par la Russie et la guerre du Donbass, l’Ukraine est en conflit avec la Russie depuis environ sept ans maintenant. Dans la période récente, sa classe politique a donc décidé de reconstruire son identité nationale en puisant largement dans son histoire pré- et anti-soviétique, sans trop tenir compte des ambiguïtés auxquelles elle serait confrontée. Le football – qui est en Europe le ciment des identités nationales – comme toujours, n’a fait que les mettre en valeur. Un exemple clair et récent en ce sens est celui de la ville de Ternopil, à environ 130 kilomètres à l’est de Lviv, qui, en mars a baptisé son stade du nom de Roman Shukhevych. Ce dernier était le chef militaire de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, une organisation paramilitaire qui a été réhabilitée depuis l’indépendance de l’Ukraine, mais qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, a collaboré avec les nazis, et a été responsable du massacre de dizaines de milliers de Juifs et de Polonais. Une décision qui a inévitablement fini par déclencher une réaction de condamnation non seulement de la part de l’ambassadeur israélien à Kiev, mais aussi du gouvernement polonais, qui entretient des relations problématiques avec l’Ukraine et Moscou.

D’autre part, entre l’annexion de la Crimée par la Russie et la guerre du Donbass, l’Ukraine est en conflit avec la Russie depuis environ sept ans maintenant. Dans la période récente, sa classe politique a donc décidé de reconstruire son identité nationale en puisant largement dans son histoire pré- et anti-soviétique, sans trop tenir compte des ambiguïtés auxquelles elle serait confrontée.

Dario Saltari

L’affaire Ternopil n’est qu’un exemple de la manière dont le contexte politique autour d’une personnalité publique russophone comme Chevtchenko a radicalement changé. Aussi, sa propre équipe nationale, dont il a hérité en 2016 de Mykhaylo Fomenko, pourrait être prise à son tour comme une vitrine révélatrice des ambiguïtés et des conflits qui déchirent l’Ukraine depuis plusieurs années. Avant le début des championnats européens, par exemple, on a beaucoup parlé de son maillot. Sur le jaune caractéristique de l’équipe nationale ukrainienne figurait une reproduction stylisée de ses frontières, à l’intérieur desquelles la Crimée était incluse. La réaction russe, inévitable, est survenue peu après sa présentation. Le parlementaire russe Dmitry Svishtchev l’a qualifiée de « provocation politique », tandis que la fédération de football de Moscou a demandé à l’UEFA de la retirer. Comme toujours, l’UEFA a répondu par une décision qui n’a semblé déplaire à personne : l’Ukraine a été autorisée à conserver sa carte controversée sur le devant du maillot, mais a dû cacher la devise qu’elle portait à l’intérieur du col, à savoir « Gloire aux héros ». Ce slogan, né pendant la Première Guerre mondiale, a été adopté dans les années 1930 par l’Organisation des nationalistes ukrainiens, le « bras politique », si l’on peut dire, de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne dont nous avons parlé il y a un instant. Ce n’est pas un hasard si le T-shirt a divisé non seulement en Russie mais aussi en Ukraine même, où le directeur général du Comité juif d’Ukraine, Eduard Dolinsky, a précisé sur Twitter qu’il s’agissait du slogan d’une organisation « fortement impliquée dans l’Holocauste. » Aujourd’hui, en plus de figurer sur les maillots de l’équipe nationale, il a également été adopté par l’armée du pays ; officiellement reconnu, donc, comme partie intégrante de la nouvelle identité ukrainienne.

Le joueur en sélection nationale, dans un match contre la Tunisie lors de la Coupe du monde 2006. ©AP Photo/Roberto Pfeil

L’équipe nationale de Chevtchenko porte les cicatrices de l’Ukraine contemporaine non seulement dans ce qu’elle montre, mais aussi dans ce qu’elle cache. Si l’Ukraine est aujourd’hui une équipe jeune et fortement renouvelée par rapport à celle d’il y a quelques années, c’est en partie dû à la nécessité de remplacer certains joueurs qui, pour des raisons politiques, ne sont plus vus d’un bon œil. Le plus important d’entre eux est Yaroslav Rakitskiy, ancienne colonne vertébrale de la défense ukrainienne. Sa dernière apparition en équipe nationale remonte au 16 octobre 2018, quelques semaines avant son transfert du Shakhtar Donetsk au Zénith Saint-Pétersbourg – une équipe très proche du président russe Vladimir Poutine, et doublement liée au pouvoir politique de Moscou par le sponsoring envahissant de Gazprom. Après avoir attendu pendant plus d’un an d’être rappelé en équipe nationale, Rakitskiy s’est épanché en novembre 2019 sur Instagram : « Le football est devenu politisé : c’est la peur et non le talent qui guide ceux qui sélectionnent les joueurs pour l’équipe nationale. » À sa place, on trouve désormais Ilya Zabarnyi, 18 ans, le nouveau visage d’une jeune équipe nationale moins liée au passé russe. L’attaquant, par exemple, est Roman Yaremchuk, 25 ans, qui a inscrit 23 buts la saison dernière sous le maillot de Gand, et qui a fait ses débuts en marquant deux buts lors des deux premiers matchs du championnat européen, contre la Hollande et la Macédoine du Nord. Lorsqu’ils ont demandé à Yaremchuk s’il serait prêt à passer au Zenith pour 5 millions d’euros par an, il a répondu très clairement : « Non, dans la situation actuelle, je ne partirais pas, à 100 %. J’ai tout ce dont j’ai besoin dans la vie et ça me suffit. » Il n’est pas surprenant que, dans ce contexte, on demande à une icône comme Chevtchenko d’adhérer absolument à la nouvelle identité nationale. Aussi parce que, de ce point de vue, Chevtchenko a beaucoup à se faire pardonner. 

L’équipe nationale de Chevtchenko porte les cicatrices de l’Ukraine contemporaine non seulement dans ce qu’elle montre, mais aussi dans ce qu’elle cache. Si l’Ukraine est aujourd’hui une équipe jeune et fortement renouvelée par rapport à celle d’il y a quelques années, c’est en partie dû à la nécessité de remplacer certains joueurs qui, pour des raisons politiques, ne sont plus vus d’un bon œil.

Dario Saltari

Joueur préféré du légendaire entraîneur du Dinamo Kiev et de la dernière grande équipe nationale soviétique, Valeriy Lobanovskyi, Chevtchenko a commencé à graviter autour du monde de la politique ukrainienne avant même de mettre un terme à sa carrière de footballeur. À la fin des années 1990, lui et le reste du Dinamo Kiev ont publiquement soutenu l’un des nombreux partis nés après la dissolution de l’Union soviétique, le Parti social-démocrate d’Ukraine – fondé, entre autres, par Viktor Medvedchuk, dissident soviétique et fils d’un des membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (qui, comme vous l’avez peut-être deviné maintenant, revient de manière cyclique dans cette histoire). Un geste qui ne semble pas tout à fait spontané aujourd’hui, mais plus probablement dirigé par la proximité politique de Medvedchuk avec le président de l’époque du Dinamo Kiev, Hryhoriy Surkis, qui était en passe de devenir l’un des hommes les plus puissants du football ukrainien : d’abord président de la fédération nationale, puis vice-président de l’UEFA. Aujourd’hui, son frère Ihor Surkis est à la tête du Dinamo.

Arrivée de Chevtchenko à Kiev le 31 décembre 2004 avec son ballon d’or. AP Photo/Andrei Lukatsky

En vue des élections de 2004, Chevtchenko a offert son soutien à Viktor Ianoukovitch qui, avec son Parti des régions, voulait déplacer l’axe politique ukrainien vers l’est, avec une politique tournée vers Moscou. À l’époque, Chevtchenko était déjà l’un des acteurs les plus importants du Milan AC de Silvio Berlusconi, mais ses choix politiques étaient probablement encore orientés par son passé en Ukraine, où le Parti social-démocrate était alors l’un des partis qui s’opposaient à l’adversaire de Ianoukovitch, à savoir Viktor Iouchtchenko. Ce dernier souhaitait au contraire une Ukraine tournée vers Bruxelles, et plus généralement vers le bloc occidental. C’est précisément de la défaite électorale initiale de ce dernier, suivie de violentes accusations de fraude, qu’est née la « révolution orange » qui a ramené Kiev sur la voie de l’Europe, de l’OTAN, et de son actuel nationaliste ambigu. 

Il est difficile de dire dans quelle mesure on se souvient de l’appui de Chevtchenko, et si on lui en veut encore aujourd’hui en Ukraine, pays où il est néanmoins assez courant que des personnalités du monde du sport, ou du spectacle, se présentent à des postes politiques, et changent souvent de camp. Il est certain que ceux qui ont intérêt à le présenter sous un jour négatif dans l’Ukraine contemporaine ne manqueraient pas de détails biographiques pour peindre un Chevtchenko proche de l’âme russe du pays. On peut notamment relever son amitié avec Silvio Berlusconi, peut-être le plus grand allié que Vladimir Poutine ait jamais eu en Europe occidentale, parrain de son premier fils Jordan, ainsi que l’inspirateur de l’équipe qui allait marquer sa carrière à jamais – encore aujourd’hui, puisque deux figures centrales de cette équipe milanaise, Mauro Tassotti et Andrea Maldera (fils de l’ancien entraîneur de l’équipe jeune du Milan AC Luigi Maldera), figurent dans son staff. Il y a aussi la proximité avec un autre homme d’affaires très proche de Poutine, Roman Abramovitch, avec qui, lors de son passage à Chelsea, il aurait eu une relation privilégiée, bien que Chevtchenko l’ait toujours nié. Selon l’attaquant ukrainien, cette rumeur est née pour la même raison qui lui sera reprochée des années plus tard, à savoir qu’il partageait la langue d’Abramovitch, et pour tenter de lui couper l’herbe sous le pied et mettre fin à la polémique, il a dit à un moment donné : « Peut-être que je devrais arrêter de parler russe ».

Il est difficile de dire dans quelle mesure on se souvient de l’appui de Chevtchenko, et si on lui en veut encore aujourd’hui en Ukraine, pays où il est néanmoins assez courant que des personnalités du monde du sport, ou du spectacle, se présentent à des postes politiques, et changent souvent de camp.

Dario Saltari

Toutefois, pour rétablir le sentiment non univoque qui entoure aujourd’hui Chevtchenko en Ukraine, le mieux est peut-être de revenir sur la fin de sa carrière, lorsqu’il a pensé un instant que son avenir était dans la politique. C’était fin juillet 2012, à quelques mois des manifestations de l’Euromaïdan. Ianoukovitch avait finalement pris le pouvoir, et Chevtchenko était de retour en Ukraine, où il avait joué ses derniers matchs avec le Dinamo Kiev et l’équipe nationale, qui venait d’accueillir les championnats européens. À ce moment-là, l’attaquant ukrainien a estimé avoir tout donné, et a annoncé sa retraite. Ce faisant, il a fait une annonce qui a choqué tout le monde, du moins en dehors de son pays : « Peut-être que je vais choquer tout le monde, mais mon avenir n’a rien à voir avec le football, il appartient à la politique ». Sa déclaration est devenue plus claire quelques jours plus tard, lorsqu’il s’est présenté dans les listes d’Ukrajina – Vpered ! (i.e. Ukraine – En avant !), dirigée par Natalia Korolevska, en vue des prochaines élections parlementaires. Ce parti d’opposition à Ianoukovytch a fait partie pendant un certain temps du bloc qui se référait à Ioulia Tymochenko (dont l’emprisonnement enflammera plus tard les protestations à Kiev), et avait de vagues positions plus ou moins identifiables à une politique libérale, libéraliste, et tournée vers l’Europe.

La décision de Chevtchenko a donc révélé une motivation politique moins solide qu’il n’y paraissait dans les premiers communiqués – une naïveté qui se heurtait à la gravité de la situation politique à laquelle l’Ukraine était confrontée, et qui a également été confirmée par la légèreté de certaines de ses déclarations. Par exemple : « En politique, mon projet est de soutenir le secteur social et le sport. D’autre part, mon principal slogan est : ‘mens sana in corpore sano’ ». Face à ces prémisses, sa carrière politique s’est évaporée au fil des événements en Ukraine. Ukrajina – Vpered ! n’a même pas réussi à atteindre 2 % des voix, restant en dessous du seuil, et Chevtchenko a fini par être snobé par une autre personnalité sportive catapultée dans le monde de la politique, la légende de la boxe ukrainienne Vitali Klitschko, qui avec son parti (l’UDAR, qui signifie « poing » en ukrainien) a obtenu près de 14 % des voix. Lorsque Chevtchenko lui a proposé un débat sur le développement du sport dans le pays, Klitschko a été à deux doigts de l’humilier. « Nous sommes prêts à avoir un débat avec nos adversaires, le Parti des régions qui est au gouvernement », a déclaré Klitschko. « Je ne vois aucune raison d’avoir un débat avec des partis qui ont actuellement une faible chance d’obtenir des sièges au Parlement. »

La main sur le cœur, durant l’hymne national, avant un match amical contre l’Italie à Gênes en 2018. ©Matteo Ciambelli / Sipa Press

La décision de Chevtchenko a donc révélé une motivation politique moins solide qu’il n’y paraissait dans les premiers communiqués – une naïveté qui se heurtait à la gravité de la situation politique à laquelle l’Ukraine était confrontée, et qui a également été confirmée par la légèreté de certaines de ses déclarations.

Dario Saltari

En bref, la courte et insignifiante carrière politique de Chevtchenko, qui avait peut-être été conçue pour le faire apparaître moins déconnecté de son pays qu’il ne l’avait semblé jusqu’alors, a produit l’effet inverse. En effet, c’est peut-être précisément à partir de cet échec que Chevtchenko a commencé à être perçu par une partie de la société ukrainienne comme opportuniste, et peu fiable. Une caricature parue dans le Kyiv Post en août 2012, par exemple, le montre faisant la queue aux côtés de Cristiano Ronaldo et Rooney lors d’un banquet couvert de billets de banque, où Natalia Korolevska l’inscrit à son parti. « Alignez-vous, les gars : il y en a pour tous les goûts », dit Chevtchenko dans le dessin animé. Il est donc non seulement accusé d’être essentiellement un mercenaire, mais est aussi assimilé à d’autres stars du football qui n’ont rien à voir avec l’Ukraine. D’autre part, c’est une ombre qui a plané au-dessus de Chevtchenko tout au long de sa carrière, et dont il a dû lui-même ressentir la pression. Lors de son retour au Dinamo Kiev en 2009, Chevtchenko s’est par exemple senti obligé de déclarer que ses enfants parleraient ukrainien. « Je vis à Londres, ma femme est américaine, mes enfants ont la double nationalité, mais je reste profondément ukrainien », a-t-il déclaré. 

À la lumière de son histoire, le risque que Chevtchenko a pris en prenant le banc de l’équipe nationale comme toute première mission dans sa carrière d’entraîneur devient peut-être plus compréhensible. Face à un tournoi surprenant de l’Ukraine, combien se souviendraient encore de ses incertitudes au sein du monde politique de son pays ? Combien seraient prêts, au contraire, à fermer les yeux sur les polémiques qui ont terni son image ces dernières années ? Son talent d’entraîneur ne fait aucun doute – l’Ukraine est une équipe renouvelée, jouant de manière agréable et ambitieuse – mais il est possible que sa première mission soit également née de la recherche d’une rédemption personnelle définitive : celle de prouver, aussi absurde que cela puisse paraître, qu’il est Ukrainien pour de vrai. En fin de compte, si l’on y réfléchit, l’entraîneur de l’équipe nationale n’est-il pas le poste le plus proche de celui d’un politicien qui existe dans le monde du football ?