Ankara. « Nous ne fermerons pas nos portes aux réfugiés. L’Union européenne doit tenir ses promesses ». Ce n’est certainement pas la première fois que le président Erdogan menace Bruxelles d’ouvrir ses frontières avec la Grèce aux 4 millions de réfugiés – dont 3,6 millions de Syriens – qui se trouvent sur le territoire turc. Pour la première fois, ce 28 février, les mots ont cependant été suivis d’effets, tandis que des bus commençaient à emmener les réfugiés à la frontière. La réponse grecque a été rapide et stricte, dictée par l’urgence de ce que le porte-parole du gouvernement, Stelios Persas, a appelé « une menace sérieuse et asymétrique pour la sécurité du pays ». Il s’agit de réfugiés bloqués dans ce no man’s land entre les deux frontières, aux portes de l’Union européenne. Athènes a déployé l’armée et a suspendu la possibilité de demander l’asile pendant un mois. Cela ne s’est jamais produit auparavant. 

Le 3 mars, les présidents des trois principales institutions de l’Union européenne se sont rendus à la frontière pour manifester leur solidarité avec la Grèce1. Ils se sont engagés, à la suite des demandes d’Athènes, à mettre en place un nouveau programme pour accélérer les rapatriements, une aide financière de 700 millions d’euros et, afin de défendre les frontières terrestres et maritimes, deux opérations coordonnées par Frontex sur des bases juridiques assez douteuses2. Ursula von der Leyen a remercié la Grèce d’être « le bouclier de l’Europe », tandis que Margaritis Schinas, vice-président chargé des Migrations et de la promotion du mode de vie européen, a rappelé que dans ces circonstances extraordinaires, la priorité est d’assurer le contrôle des frontières extérieures. Le soutien apporté aux autorités grecques a été sans réserve, alors qu’il était déjà clair que les garde-côtes et les forces de police procédaient à des rejets massifs, en violation flagrante du droit européen et international3. Il n’est plus guère question de soutien aux réfugiés. 

Une semaine plus tard, le président Erdogan a été reçu à Bruxelles où il a rencontré le secrétaire général de l’OTAN, la présidente de la Commission et le président du Conseil européen. Les termes de l’accord UE-Turquie de 2016 ont fait l’objet d’une nouvelle discussion qui devrait conduire à la fermeture de la frontière turque, en échange d’un soutien financier, d’une libéralisation des visas et probablement d’un assouplissement de la position de l’UE sur le rôle que la Turquie joue en Syrie. En somme, il s’agit d’un accord fondé sur des considérations stratégiques et qui consiste à traiter des milliers de réfugiés comme des monnaies d’échange.

Les nombreuses ombres de l’accord de 2016 et les décombres de la solidarité européenne

Afin de comprendre la dynamique des tensions entre l’UE et la Turquie, il est nécessaire de remonter au 18 mars 2016, date de la conclusion de l’accord problématique auquel toutes les parties font maintenant appel. Depuis, le nombre de migrants arrivant de la frontière turque s’est effondré, mettant en partie fin à la « crise migratoire » des mois précédents. Bien que discutable sur le plan juridique, il a été présenté comme un modèle d’externalisation des frontières et de limitation des migrations, qui pourrait également être reproduit pour les autres routes de migration, notamment celle de la Méditerranée centrale. Cet accord reposait sur quatre piliers : 

  • l’engagement de la Turquie à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir l’immigration clandestine vers l’Europe ; 
  • l’allocation de 3 milliards d’euros, qui devait être doublée ensuite à 6 milliards d’euros en août dernier, pour soutenir les efforts de la Turquie dans l’accueil les réfugiés syriens qui ont obtenu une protection temporaire ;  
  • le rapatriement de la Grèce vers la Turquie de tous les migrants irréguliers qui auraient franchi la frontière illégalement et la relocalisation en Europe d’un réfugié syrien pour chaque réfugié syrien qui est retourné en Turquie ;
  • la libéralisation des visas pour l’entrée des citoyens turcs dans l’espace Schengen et la reprise des négociations en vue de l’entrée éventuelle de la Turquie dans l’Union. 

L’idée de base de la stratégie est assez simple : contrôle strict des frontières et limitation du transit des migrants vers les pays partenaires en échange d’une aide économique et de divers avantages. Il a été jugé nécessaire de fermer les yeux sur les violations avérées des droits des réfugiés dont la Turquie est responsable, y compris les transferts vers des « zones de sécurité » en Syrie4. De plus, sur les 72 000 relocalisations prévues en Europe, seules 25 000 ont été effectuées à ce jour, tandis que presque rien n’a été fait sur la question des visas. Ainsi, le fait que l’accord soit resté partiellement inapplicable a rendu son statut incertain pour les deux parties. D’autre part, les difficultés à l’appliquer ont rendu les routes migratoires plus dangereuses et rendu l’Union coupable de complicité et potentiellement victime de chantage. Aujourd’hui, alors que 20 000 personnes – un chiffre bien plus bas qu’en 2015 – se pressent à la frontière, nous ramassons péniblement les débris d’une politique fondée sur des considérations de sécurité nationale qui usent la solidarité européenne. 

Entre suspension des droits et chantage : les enjeux d’Evros

Ces derniers jours, près des îles de Kos et de Kastellorizo, les garde-côtes grecs ont attaqué un radeau, ouvrant même le feu sur les personnes qu’il transportait. À Lesvos, la tension déjà élevée est exacerbée par des groupes nationalistes d’extrême droite qui, le visage couvert, s’en prennent aux travailleurs humanitaires, aux journalistes et aux migrants. Dans les points chauds comme celui de Moria, qui est censé accueillir un maximum de 3 000 personnes, mais en contient de fait le double, la peur des gaz lacrymogènes est renforcée par la crainte d’une éventuelle propagation de COVID-19. 

Déjà depuis 2015, la multiplication des points de tensions, symptômes d’une politique court termiste, a conduit à des violations effroyables des droits de l’homme, à des tensions accrues entre les États membres et au renforcement des sentiments xénophobes. Aujourd’hui, l’endroit le plus exposé reste la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie, marquée par la rivière Evros, où de violents rejets de migrants ont été documentés ces dernières années et où des forces spéciales grecques sont maintenant déployées5. Ainsi, empêcher les demandes d’asile conduit tout l’effondrement du système de protection des individus : à cela s’ajoutent la détention temporaire dans des conditions précaires, voire inhumaines, et les transferts vers la ville de Serrès, dans le nord du pays, d’où les migrants sont directement renvoyés dans leur pays d’origine ou en Turquie6

Si la crise pouvait être prévue au niveau européen, la décision de la Turquie d’ouvrir ses frontières à ce moment précis s’inscrit dans un contexte géopolitique plus large, dans lequel Erdogan tente de jongler avec les tensions internes et le scénario syrien. Tout d’abord, la politique d’accueil des migrants a eu un coût important : selon le gouvernement turc, il serait de 40 milliards d’euros de 2015 à aujourd’hui, bien plus que ce que l’UE a prévu avec l’accord de 2016, ce qui explique en partie le mécontentement de l’administration turque. De plus, la situation dans le bastion d’Idlib, où se déroule la pire crise humanitaire depuis le début du conflit syrien, est particulièrement préoccupante. Ici, les réfugiés sont coincés entre l’avancée de Bachar al-Assad, qui a reconquis ces dernières semaines une grande partie de la province avec le soutien de l’armée de l’air russe, et le mur de 764 kilomètres qui sépare la Syrie de la Turquie. Il y a environ 900 000 personnes déplacées qui s’approchent de la frontière sud de la Turquie. En outre, l’armée d’Ankara, présente à Idlib suite à l’accord d’Astana, a intensifié sa participation au conflit et, dans la nuit du 27 février, a perdu 36 soldats dans une attaque russe et syrienne. Erdogan a immédiatement cherché le soutien de l’OTAN et a menacé d’ouvrir les frontières – menace rendue possible par l’accord de 2016. Son objectif est d’attirer l’attention de l’Union sur le bastion syrien afin de favoriser sa stratégie géopolitique7. Par conséquent, Erdogan demande aujourd’hui à l’Europe non seulement la libéralisation des visas ou l’allocation de nouveaux fonds, mais un blanc-seing pour sa politique étrangère. En réponse, l’Union semble avoir les mains liées par la fragilité d’une politique presque uniquement réactive.

Les mouvements militaires de la Turquie dans le Nord de la Syrie et de l'Irak

Une stratégie dangereuse

Malgré tout, la priorité européenne dans la crise entre la Grèce et la Turquie reste la défense des frontières8. Ceux qui se lamentent du sort des réfugiés ont du mal à cacher l’hypocrisie qui se cache derrière l’absence de stratégie migratoire durable depuis 2016. En l’absence d’une telle stratégique, au moment même où l’Union européenne est indispensable, elle se laisse submerger par le récit commode d’une crise imprévue et renonce à ses valeurs les plus fondamentales, telles que le respect de la dignité humaine et le principe de solidarité. Ces accusations viennent du président turc lui-même, qui pointe du doigt le double standard européen et qualifie de « nazi » le comportement à la frontière grecque. Une déclaration inappropriée et dangereuse ? Peut-être. Cependant, la déclaration de la Commission du Parlement européen des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures à propos de la violation des droits des réfugiés, le refus d’un navire danois de suivre les ordres de Frontex, ainsi que l’annonce que 1 600 enfants seront déplacés des îles de la mer Egée vers d’autres Etats membres, ne sont certainement pas des mesures suffisantes pour montrer une Union à visage humain.

C’est la neuvième fois en quelques années qu’Erdogan menace d’ouvrir les frontières. Depuis neuf ans, le déclenchement de la guerre en Syrie a entraîné des milliers de réfugiés et de personnes déplacées. Rien d’imprévisible ne se passe à Evros et la violence des mesures d’urgence mises en place ne peut en aucun cas être justifiée. Il s’agit simplement des conséquences tristes et inévitables d’un manque délibéré de prévoyance. Nous aurions largement eu le temps de construire une politique commune respectueuse de l’état de droit, car il a été rapidement reconnu les accords de 2016 ne pouvaient pas constituer un modèle pour d’autres situations similaires. Tôt ou tard, la situation se complique fatalement. Ceux qui en paient le coût sont à nouveau les réfugiés qui sont arrivés à la frontière, coincés et sans solution. Aujourd’hui, il ne suffit pas de réviser les accords avec la Turquie et d’apporter un soutien financier à la Grèce. Nous devrions faciliter l’accès aux procédures d’asile en élaborant des plans humanitaires et de reclassement des dossiers. Toutefois, les instruments existants, comme le règlement de Dublin, prévoient une répartition des responsabilités entre les États membres qui est fondamentalement inéquitable et non viable. 

« Peut-être que cette situation », a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, « nous donnera un sentiment d’urgence pour parvenir à une solution structurelle ». C’est à espérer. 

Sources
  1. Conseil Européen, The Presidents of the EU institutions visit Greece, 3 mars 2020.
  2. Euronews, Frontex border operation in Greece ‘lacks legal basis’ after Greece suspends asylum law, 11 mars 2020.
  3. European Council on Refugees and Exiles, About time too, 13 mars 2020.
  4. Human Rights Watch, Turkey : Syrians Being Deported to Danger. Authorities Use Violence, Threats, Detention to Coerce Returns, 24 octobre 2019.
  5. UNHCR, The Refugee Brief, 11 mars 2020.
  6. Human Rights Watch, Greece : Violent Pushbacks at Turkey Border. Summary Returns, Unchecked Violence, 18 décembre 2018.
  7. Italian Institute for International Political Studies, From Syria to Libya : Why the “Astana Approach” Doesn’t Work, 28 février 2020.
  8. Conseil Européen, Statement on the situation at the EU’s external borders, 4 mars 2020.