1 – Quelle est la superficie du territoire en feu ?

D’octobre à aujourd’hui, les incendies ont couvert environ 8 millions d’hectares de terres entre la Nouvelle-Galles du Sud, l’État de Victoria, l’Australie du Sud et le Queensland – une superficie deux fois plus grande celle des incendies de 2019 en Sibérie et en Amazonie réunis, et égale aux quatre cinquièmes de toutes les forêts italiennes. En seulement quatre ans, au cours des 50 dernières années, la superficie brûlée en Nouvelle-Galles du Sud a dépassé le million d’hectares. Aujourd’hui, elle a presque atteint le double du chiffre de la deuxième année la plus spectaculaire connue par l’État (1974 avec 3,5 millions d’hectares couverts).

Bodie Ashton Australia is burning : une perspective australienne

Une autre caractéristique inédite de ces incendies est la simultanéité des feux sur de vastes zones, qui alternent généralement. Et en Australie, nous ne sommes qu’au début de l’été1, ces chiffres vont donc encore augmenter, potentiellement jusqu’à 15 millions d’hectares couverts par le feu. L’Australie a une superficie de 769 millions d’hectares, on ne peut pas dire « qu’un continent brûle ». Par ailleurs, en moyenne 38 millions d’hectares de prairies (20 % du total) brûlent dans les savanes du centre-nord chaque année pendant la saison sèche, qui dans cette partie du pays correspond aux mois d’avril-novembre. Mais c’est un écosystème complètement différent de celui qui est maintenant en feu.

2 – Quelle est la végétation qui brûle ?

Il s’agit principalement de forêts d’eucalyptus et du bush, une savane semi-aride avec des arbres bas, denses ou dispersés, composée principalement de graminées et d’arbustes et similaire au maquis méditerranéen. C’est une végétation qui est née pour brûler : le climat de l’Australie centrale a été très sec au cours ces dernières 100 millions d’années (depuis que l’Australie a fait son voyage de l’Antarctique à sa position actuelle), et les incendies provoqués par la foudre ont été si fréquents que les plantes ont été obligées d’évoluer pour les surmonter de la meilleure façon possible : en se laissant brûler ! En effet, si le feu détruit la végétation existante, il ouvre aussi de nouveaux espaces de reproduction et de renouvellement pour les plantes. De nombreuses espèces de buissons contiennent des huiles et des résines hautement inflammables, de sorte qu’elles brûlent bien et avec des flammes très intenses lorsque le feu se déclare. Comme les graines de ces espèces sont presque entièrement imperméables au feu, ce stratagème est le seul moyen de « battre » la végétation concurrente et de réussir à se reproduire en exploitant à leur avantage les conditions environnementales défavorables. Cependant, cette fois, les conditions de sécheresse sont si extrêmes que même les écosystèmes forestiers traditionnellement plus humides et rarement touchés par le feu sont en train de brûler.

La forêt qui brûle dans le feu 2020

3 – Qu’est-ce qui a causé les incendies ?

En Australie, la moitié des incendies sont causées par la foudre, et l’autre moitié par l’homme pour des motifs à la fois coupables et malveillants (en Italie, au contraire, 95 % des incendies sont d’origine anthropique, principalement coupables). Cependant, les plus importants d’entre eux ont tendance à être causés par la foudre, car ils touchent les zones les plus éloignées et les plus inhabitées, où les activités humaines sont moins susceptibles d’arriver – à l’exception peut-être des accidents sur les lignes électriques, qui ont également été responsables des incendies dévastateurs en Californie en 2017 et 2019. Selon Ross Bradstock, de l’Université de Wollongong, un seul incendie causé par la foudre (le feu de la montagne de Gospers) a déjà couvert plus de 500 000 hectares de brousse depuis octobre, et pourrait être le plus grand incendie jamais enregistré dans le monde.

Des rapports circulent sur l’arrestation de pyromanes présumés. Il a été prouvé que certaines d’entre elles sont de fausses nouvelles diffusées pour nier le problème climatique. De plus, ce ne sont pas des pyromanes au sens de la définition anglo-saxonne, qui inclut à la fois la faute et l’intention. Cependant, il est clair que le problème ici n’est pas ce qui allume la flamme, mais ce qui la fait se propager une fois allumée – ce sont deux phases différentes et distinctes.

4 – Quelle est la cause de la propagation des flammes ?

2019 a été l’année la plus chaude et la plus sèche en Australie depuis 1900. Au cours de la dernière année, les températures moyennes ont été supérieures de 1,5 degré à la moyenne de 1961-1990, le maximum étant supérieur de plus de 2 °C, et plus d’un tiers des précipitations qui tombent habituellement sur le continent n’ont pas été observées. Une vague de chaleur terrestre et maritime a produit des températures record dans le pays en décembre (42 °C de moyenne nationale, avec des pics à 49 °C), alors que la sécheresse dure maintenant depuis deux ans. Lorsque l’air est chaud et sec, l’eau s’évapore rapidement, et la végétation se dessèche. Plus la sécheresse est longue, plus la taille des parties de la plante qui se dessèchent est importante. Lorsque même les plus grandes parties (tiges et branches) perdent de l’eau, ce qui arrive très rarement, les feux peuvent durer plus longtemps, comme dans une cheminée, les petites « pièces » sont celles qui allument le feu, et les grandes sont celles qui brûlent le plus longtemps, exactement comme le « petit bois » et les bûches. En fait, les combustibles forestiers sont classés comme « combustible d’une heure », « combustible de dix heures », « combustible de cent heures » ou « combustible de mille heures » selon le temps qu’il faut au bois pour absorber ou perdre l’humidité. Ce qui propage les flammes, en revanche, c’est le vent, qui pousse l’air chaud généré par la flamme sur les plantes avoisinantes. Normalement, les plus grands incendies se produisent les jours très venteux. Des feux très grands et très intenses sont même capables de créer eux-mêmes le vent : l’air chaud monte si vite qu’il laisse un « vide » : pour le remplir, plus d’air s’engouffre violemment, venant des zones environnantes. Il en résulte une tempête de feu, le « vent de feu », avec lequel le feu se maintient jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de combustible disponible.

Incendie mégafeux l'eau sapeurs pompiers

5 – Pourquoi ne peut-on pas éteindre les incendies ?

Pour éteindre un incendie, il est nécessaire d’éliminer le combustible. L’eau et les retardateurs lancés à partir de véhicules aériens ne peuvent que ralentir la combustion (en refroidissant le carburant ou en retardant chimiquement la réaction de combustion), mais des équipes au sol sont nécessaires pour éliminer le carburant. Des feux de canopée intenses comme ceux qui se développent en Australie peuvent générer des flammes de plusieurs dizaines de mètres de haut, se propager à des vitesses supérieures à dix kilomètres à l’heure (la vitesse de course d’un homme moyen) et produire une énergie de cent mille kW par mètre linéaire de front. Or les équipes au sol ne pourraient pas opérer en toute sécurité avec une intensité de seulement 4000 kW par mètre (25 fois moins que celle des feux les plus intenses).

Affiche Ecole normale supérieure événement GEG
Rendez-vous mardi 21 janvier de 19h30 à 20h30 à l’École normale superieure pour un débat sur cette question urgente.

6 – Quels sont les effets des incendies ?

Le bush australien est un environnement qui « veut » brûler de toutes ses forces, et en brûlant, il améliore sa santé et sa biodiversité – à son rythme, se régénérant au fil des années ou des décennies. Même les animaux connaissent le danger et beaucoup savent comment réagir : l’estimation d’un demi-milliard d’animaux impliqués – voire un milliard – relancée par les médias est une estimation grossière et quelque peu alarmiste, qui tient également compte, par exemple, des oiseaux – qui peuvent évidemment voler et s’éloigner de la zone2 – à l’exclusion importante des jeunes oiseaux et des œufs.

Les animaux plus petits et moins mobiles (koalas, mais aussi amphibiens, micromammifères et reptiles) peuvent en effet se retrouver dans des situations où il leur est impossible de fuir, et leurs habitats seront radicalement modifiés pendant de nombreuses années – de nombreux animaux ne retrouveront plus de conditions adéquates. D’autres, en revanche, en trouveront de meilleurs encore. C’est un phénomène bien connu en Australie que certains faucons sont capables de transporter des brindilles brûlantes pour propager activement des feux sur de nouvelles zones, libérant ainsi la vue de nouveaux terrains de chasse3. Les incendies peuvent à l’inverse créer de fortes menaces pour des espèces végétales rares (comme le pin Wollemi) et sont surtout très problématiques pour l’homme : déjà 28 victimes pour un total de 800 morts depuis 1967, des fumées qui rendent l’air dangereux à respirer, des biens et des activités détruits pour des milliards de dollars de dégâts. De plus, les incendies créent de l’érosion, augmentent le risque hydrogéologique et risquent de rendre la crise climatique encore plus grave, tant au niveau mondial, en contribuant à l’augmentation du CO2 atmosphérique (306 millions de tonnes émises jusqu’à présent selon la NASA, soit presque l’équivalent des émissions de tout le pays en 2018), qu’au niveau local, en déposant leurs résidus sur les glaciers de Nouvelle-Zélande qui risquent de fondre plus rapidement.

Les ravages du feu en Australie

7 – Quel est le rapport avec le changement climatique ?

L’extraordinaire sécheresse australienne a été générée par une rare combinaison de facteurs. En théorie, le premier maillon de la chaîne est El Nino, un réchauffement périodique du Pacifique Sud qui provoque de grands changements dans la météorologie terrestre. Mais cette année, El Nino n’est pas actif. Au lieu de cela, un autre phénomène climatique, le dipôle de l’océan Indien (IOD) – une configuration qui amène de l’air humide sur la côte africaine et de l’air sec sur la côte australienne – s’est produit avec une intensité sans précédent. Il a été démontré que le réchauffement climatique peut tripler la fréquence des événements extrêmes dans l’IOD4. À cela s’est superposé, en septembre 2019, un réchauffement soudain de la stratosphère (plus de 40 degrés d’augmentation) dans la zone antarctique, lui aussi extraordinaire, dû à des causes « naturelles », qui a apporté plus d’air chaud et sec en Australie. Le troisième phénomène est un déplacement vers le nord des vents d’ouest (ou anti-alizé), les vents soufflant constamment d’ouest en est entre 30 et 60 degrés de latitude sur les mers des deux hémisphères terrestres. Le déplacement vers le nord de l’anti-alizé (mode annulaire sud) apporte de l’air sec et chaud en Australie, et semble être favorisé à la fois par le changement climatique et, il suffit de penser au trou d’ozone5. Le changement climatique y est donc pour quelque chose, à la fois dans son action directe (l’air australien s’est réchauffé d’au moins un degré en moyenne au cours du siècle dernier) et indirecte par son influence sur les grandes structures météorologiques de l’hémisphère sud.

Scott Morrison premier ministre incendie crise et contestation

8 – Quel est le rapport avec la politique australienne ?

Beaucoup de critiques ont porté sur le gouvernement australien qui n’a pas respecté son engagement d’atteindre des objectifs déjà plutôt modestes (28 % de réduction des émissions de 2005 à 2030) pris par le pays dans le cadre des accords de Paris. Il y a cependant un problème structurel. L’économie australienne est fortement basée sur l’extraction et l’exportation de charbon (notamment vers le Japon avec 40 % des exportations, la Chine et l’Inde), un combustible fossile dont l’extraction n’est pas compatible avec la réalisation des objectifs de l’accord de Paris visant à maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C par rapport à l’époque préindustrielle. Très concrètement, l’industrie du charbon emploie près de 40 000 travailleurs australiens et est fortement subventionnée par le gouvernement.

Le gouvernement conservateur actuel, comme dans d’autres parties du monde, est réticent à décarboniser l’économie nationale. Pourtant l’échelle nationale ne permet pas de comprendre réellement les incendies australiens qui ne sont pas seulement la responsabilité du Premier ministre Morrison ou de ses électeurs, mais aussi de toutes les activités qui, dans le monde entier, continuent de contribuer à l’augmentation du CO2 atmosphérique – production et consommation d’énergie (30 %), transports (25 %), agriculture et élevage (20 %), chauffage et climatisation domestiques (15 %) et déforestation (10 %).

Incendies catastrophiques en Australie

9 – Aurait-on pu prévenir ou éviter les incendies ?

Tous les derniers rapports du GIEC, des institutions australiennes de recherche environnementale et du gouvernement lui-même s’accordent à dire qu’il y a une augmentation du danger d’incendie en Australie en raison du changement climatique, avec un degré de probabilité « presque certain ». L’arrivée de phénomènes météorologiques très dangereux est également surveillée et connue bien à l’avance. Des alarmes ont été émises et les évacuations ont été correctement effectuées, au moins en l’état de connaissances disponibles. Pourtant le défi pour les services de lutte contre les incendies, qui est également valable dans certaines régions européennes, est de savoir comment maintenir un système qui ne doit être activé à très petite échelle qu’une fois par décennie. L’autre outil pour éviter les incendies est la prévention, qui se fait à grande échelle avec la technique du « brûlage dirigé », qui élimine le combustible en utilisant une flamme basse, scientifiquement conçue. Il s’agit d’un type d’intervention approuvé également par de nombreux écologistes australiens, et pratiqué depuis quarante mille ans par les populations aborigènes.

En 2018-2019, 140 000 hectares de terres ont fait l’objet de ce traitement, mais son application est fortement limitée par le manque de fonds et, encore une fois, par le changement climatique, qui réduit le nombre de jours avec des conditions météorologiques favorables pour le réaliser. Il faut noter que l’intensité de la sécheresse et des incendies en cours aurait probablement mis en difficulté même les services et les communautés les mieux formés.

Les aboriègenes ont des solutions pour éviter les incendies

10 – Que faire ?

Il y a une priorité : réduire nos émissions par des comportements collectifs et à fort impact. S’efforcer de prendre en compte l’empreinte du changement climatique, de l’impact de notre production et (surtout) de notre consommation dans la réalité. L’écosystème australien est touché, les koalas sont durement touchés. Demain ce sera le tour d’autres animaux, d’autres écosystèmes, d’autres personnes. Ces phénomènes se déploieront en Europe.

Ceux qui vivent en contact avec une forêt peuvent se renseigner sur le danger d’incendie et sur les pratiques d’autoprotection nécessaires pour minimiser le risque pour votre propriété : les incendies frapperont avec une intensité croissante et à nouveau l’Europe méditerranéenne notamment, mais ils peuvent se déclencher dans des endroits où vous ne vous y attendiez pas. Il est extrêmement important de savoir comment se protéger.