On annonce depuis quelques semaines que parmi les auteurs du manifeste avec lequel le Parti conservateur britannique se présentera aux élections générales du 12 décembre – sans doute les plus importantes depuis quarante ans – se trouvera Munira Mirza, ancienne trotskyste et ancienne membre du Parti communiste révolutionnaire. C’est l’épisode le plus sensationnel d’une longue lacération, autour de la question nationale et multiethnique, dans la galaxie de la gauche anglaise qui a définitivement explosé avec le Brexit.

Munira Mirza collabore depuis longtemps au magazine Spiked!, dernière incarnation éditoriale du PCR (Parti Communiste Révolutionnaire – Revolutionary Communist Party). Dans l’ordre chronologique, son prédécesseur, Living Marxism, avait fait faillite après une condamnation pour négation du génocide en Bosnie pendant la guerre. Défini comme une « secte étrange » par le journaliste Nick Cohen, le PRC a longtemps été raillé et méprisé par les travaillistes pour ses positions considérées – à partir de sa fondation au début des années 1970 jusqu’à son éclipse du début des années 1990 – comme délirantes : le PCR a défendu les attentats terroristes de l’IRA (comme celui de Warrington) contre le conformisme des Patriotes, a soutenu Margaret Thatcher lors de la grève des mineurs en 1984, a exprimé son scepticisme quant à l’existence du VIH et s’est opposé à l’adhésion de la Grande-Bretagne au Traité de Maastricht en 1992. 

Après vingt-cinq ans de quasi-anonymat dans les bas-fonds de la toile, Spiked! a émergé ces derniers temps dans le rôle de père fouettard des démocraties libérales et du conformisme académique et est devenu de plus en plus cité sur les questions sociales, avec son podcast et ses nombreuses rencontres organisées à travers le pays. 

Sous la direction de Brendan O’Neill, aujourd’hui l’un des agitateurs les plus brillants et les plus venimeux de la place, avec divers leaders d’opinion gravitant autour et ses « frères d’armes », The Spectator et Unherd, invités réguliers à la télévision (on pourrait mentionner le prêtre anglican Giles Fraser, le comédien controversé Rod Liddle ou le travailliste conservateur Paul Embery), cet espace intellectuel combine l’intolérance pour la gauche radicale dans le domaine de la culture avec le scepticisme pour la mondialisation dans le domaine économique, sans remettre en cause la défense bourgeoise de la propriété privée et la liberté de choix dans l’éducation et les vaccins. Si, dans les années 1970, les trotskystes du PCR jugeaient les positions anti-européennes de Tony Benn comme des vestiges du chauvinisme impérialiste, à partir du milieu des années 1990, ils soutiendront le Leave, essaieront d’expliquer que Farage est essentiellement de gauche et que l’Union européenne est impérialiste quand elle intervient contre les incendies de l’Amazonie. Un foyer de souveraineté très peu socialiste et apparemment seulement provincial, puisqu’en réalité il admire les révoltes des gilets jaunes en France et le modèle israélien au Moyen-Orient.

Alors que pour beaucoup de conservateurs, collaborer avec un magazine techniquement comparable à l’école marxiste peut être une honte, pour Mirza, cela sert plutôt à établir un continuum entre le passé et le présent du conservatisme de gauche et à faire comprendre aux gens où vont les partis, les idées et les segments électoraux anglais à l’époque du national-populisme occidental.

Fille d’immigrants pakistanais, Mirza a grandi à Oldham et est diplômée de l’Université d’Oxford. Après en avoir fini avec le PCR au milieu des années 1990, elle a commencé à collaborer avec le groupe de réflexion conservateur Policy Exchange et, à partir de 2008, avec Boris Johnson, alors nouvellement élu maire de Londres, devenant l’un de ses conseillers culturels les plus fiables. Derrière chaque blague, quand elle n’est pas tangentiellement raciste, de Johnson sur les minorités ethniques – les femmes portant la burqa ou les enfants noirs – elle a toujours été prête à le défendre avec des propos calmes et recherchés, affirmant que l’Angleterre n’a jamais été aussi tolérante qu’elle ne l’est actuellement. Aujourd’hui, elle essaie d’obtenir l’approbation de son chef auprès des femmes, là où moins d’une femme sur cinq peut le supporter. Rien de dramatique non plus parce qu’à la mi-novembre, les sondages conservateurs donnent aux conservateurs un gros avantage sur les travaillistes dans presque tous les segments démographiques, sauf pour les 18-34 ans et les habitants des centres métropolitains historiques.

Il est à noter que pour aider Mirza à rédiger le manifeste, il y a Rachel Wolf, 33 ans et figure déjà clef dans le cercle de pouvoir du Premier ministre : lobbyiste pour les techniques minières dites de fracking, activiste anti-climat convaincue, collaboratrice de Johnson déjà en 2006, à l’époque où le leader des Tories était le shadow minister de l’Éducation. Diplômée de Cambridge et fille du chroniqueur économique du Financial Times, Martin Wolf, lorsqu’elle a été embauchée par Johnson et qu’elle s’est lancée dans le firmament politique, elle a dit que lors de l’entretien d’embauche, il lui avait demandé de rédiger un court essai sur un sujet de son choix entre un voyage spatial, un voyage dans la campagne ou une visite du Taj Mahal. Ces deux figures féminines, qui feront parler d’elle pendant longtemps, sont seulement superposables, mais représentent une synthèse efficace de ces âmes que le Parti conservateur cherche à rassembler dans la redéfinition de son identité.

Entre le monde du PCR et de Spiked!, d’une part, et la révolte anti-européenne et anti-métissage dont le parti de Johnson est une pleine expression, d’autre part, il y a en fait plus de liens idéologiques que nous ne le pensons. Frank Furedi, sociologue d’origine hongroise, et l’un des trotskystes les plus connus de Spiked!, a organisé des conférences dans les années 1980, autour de la « préparation à la prise du pouvoir » et faisant rire les socialistes mainstream. Puis, dans les années 1990, il a fait ses adieux au marxisme orthodoxe et s’est lancé dans une série de combats contre le consensus clintonien, défendant Sarah Palin et une certaine vision de l’affirmation individuelle proche de celle d’Ayn Rand, qui s’est ensuite affaiblie ces dernières années en faveur d’une défense ethno-centrée de l’espace culturel européen, pour finir par soutenir pleinement les batailles de Victor Orban en Hongrie et Matteo Salvini en Italie.

Dans un sondage réalisé il y a quelques mois, le journaliste écologiste George Monbiot a révélé comment Spiked! recevait chaque année des centaines de milliers de livres de financement de Charles Koch, milliardaire américain connu pour son climatoscepticisme et sa position « anti-Soros » par excellence.

Aujourd’hui, le Parti travailliste ne rit plus : les anciens militants du PCR sont devenus un courant dominant, avec le parti Brexit qui les a transformés en plusieurs candidats de premier plan, à l’instar de l’historien James Heartfield, un ancien ami de Corbyn qui, il y a quelques jours encore, était censé le défier, symboliquement, dans la circonscription d’Islington North (il a été ensuite remplacé par un candidat juif orthodoxe qui accuse le secrétaire du Travail d’antisémitisme) ou de Claire Fox, visage désormais bien connu du parti de Farage.

En tout état de cause, il est difficile de s’étonner que, dans les années où les loyautés politiques sont de plus en plus instables et où les barrières idéologiques sont redéfinies, les phénomènes malsains augmentent plutôt qu’ils ne diminuent, et alors même que de nouvelles synthèses culturelles se répandent. L’évolution du trotskysme, devenu national-populiste, est l’une des plus intéressantes et des plus pertinentes à analyser. Peut-être le trotskysme partage-t-il plus de points communs avec ses opposants déclarés de la gauche libérale qu’elle ne veut l’admettre. En représentant un symptôme de la crise d’identité de la bourgeoisie autrefois impériale, par exemple : aujourd’hui, elle se trouve confrontée à sa propre impuissance et aux limites de sa civilisation, plus efficace pour créer des polémiques pour se distinguer de la masse que pour résoudre ses propres problèmes.