Londres. Le Royaume-Uni est maintenant prêt pour ce qui sera certainement l’élection générale la plus importante de son histoire récente. Le sort du Brexit, la possibilité d’un deuxième référendum, le premier mandat embryonnaire de Boris Johnson et le projet travailliste radical de Jeremy Corbyn, tous ces sujets sont en jeu. C’est pourquoi, malgré la tourmente provoquée par le Brexit et la polarisation profonde de l’électorat, l’élection générale de 2019 a quelque chose à offrir à tout le monde. Pour reprendre l’expression de Richard Nixon : « Il n’y a rien de mal dans ce pays qu’une bonne élection ne puisse réparer ! »

L’élection du 12 décembre sera la 22e élection générale britannique depuis 1945. Mais ce sera aussi la cinquième élection nationale à se tenir en quatre ans seulement. Après les élections générales de 2015, le référendum de 2016, les élections générales de 2017 et les élections européennes de 2019, le peuple britannique serait peut-être pardonné de boycotter totalement celui-ci. Comme je l’ai écrit dans UnHerd1, cette situation remarquable reflète certes l’immense volatilité qui caractérise la politique britannique en ce moment, mais aussi à quel point la « question de l’Europe » a traversé les partis traditionnels, poussé le parlement dans une impasse et réduit un système bipartite parmi les plus stables au monde à un état d’instabilité permanente. Pour essayer de donner un sens à l’élection, il nous appartient de jeter un coup d’œil aux sondages, aux électeurs, aux partis et aux sièges.

Les sondages. À prendre avec des pincettes, bien sûr. Mais en ce début de la campagne2, les sondages indiquent une tendance assez claire. Le soutien moyen du public aux conservateurs est de 38 %, celui des travaillistes de 24 %, celui des Libéraux-démocrates de 17 %, celui du Parti Brexit de 12 % et celui des Verts de 4 %. Si ces chiffres se maintiennent, on se dirigera vers une confortable majorité conservatrice. La position relativement forte du Parti conservateur reflète son soutien accru parmi les partisans du Leave et, en particulier, parmi les électeurs qui avaient migré vers le Parti Brexit de Farage. Dans les derniers sondages de YouGov, par exemple, seulement 15 % de l’électorat du Parti conservateur en 2017 prévoit maintenant de voter pour Farage, ce qui représente une baisse de près de 40 % par rapport aux chiffres enregistrés plus tôt cette année. Johnson est également aidé par le fait que 60 % des Leavers ont l’intention de voter pour le Parti conservateur, mais que les Remainers sont partagés de manière assez équilibrée entre les travaillistes, qui veulent un deuxième référendum, et les libéraux-démocrates, qui veulent révoquer l’élection3. Un vote Remain divisé dans certaines circonscriptions est une aide massive pour Boris Johnson4. On peut utilement comparer cette situation avec celle de 1983, lorsque la guerre fratricide entre le Parti travailliste et le SDP-Alliance avait aidé Margaret Thatcher et les Conservateurs à augmenter leur nombre de sièges malgré une part de vote inférieure à celle de 1979. Mais il y a une chose à garder à l’esprit. Il reste un grand nombre d’électeurs indécis. En fait, environ 25 % de l’électorat travailliste de 2017 et 14 % des Lib Dems de 2017 ne savent pas comment ils vont voter, refusent de répondre ou disent qu’ils ne voteront pas du tout. Ce facteur, combiné avec la plus grande exposition au clivage gauche-droite, y compris chez les Libéraux-démocrates, et une pression sur les Verts, est la raison pour laquelle je m’attends à ce que le vote travailliste se rallient pendant la campagne. Nous verrons.

Les électeurs. Ils sont plus volatils que jamais. Des recherches récentes ont confirmé ce que nous savions déjà, à savoir que de plus en plus de gens qu’auparavant (ou du moins que depuis les années 1960) changent de vote. En fait, les données de l’étude britannique sur les élections révèlent qu’au cours des trois élections qui ont eu lieu entre 2010 et 2017, près de 50 % de l’électorat global n’a pas voté pour le même parti. Les électeurs fidèles aux tribus ne sont pas menacés d’extinction, mais ils sont de plus en plus rares. La séquence « je vote travailliste parce que mon père a voté travailliste et son père a voté travailliste » fait son entrée dans les livres d’histoire à mesure que nous glissons vers ce que les analystes politiques appellent l’ère du « dealignment » – des relations beaucoup plus faibles entre les principaux partis et les électeurs. C’est l’une des grandes tendances macroéconomiques que j’ai relevées au cours de mes exposés sur la volatilité géopolitique. Les deux dernières élections, celles de 2015 et 2017, étant les plus volatiles de l’époque contemporaine, elles nous rappellent aussi pourquoi seul un imbécile pourrait prétendre prédire ce qui se passera en décembre. Les électeurs britanniques sont de plus en plus « à portée de main », faisant du shopping sur le marché politique comme les consommateurs. Et ils ne pensent pas seulement au Brexit. Ils entendent aborder le NHS et la criminalité, et sont profondément pessimistes quant à l’orientation de l’économie. De nombreux aspects des « corbynomics », tels que la nationalisation, l’entrée des travailleurs dans les conseils d’administration des entreprises et l’augmentation des impôts pour les hauts salaires, sont également très populaires. On entend beaucoup parler d’une « élection Brexit », mais n’oublions pas l’une des principales leçons de 2017 : le clivage gauche-droite est encore très fort.

Les partis. Non sans une certaine ironie du sort, depuis que le Royaume-Uni a voté pour quitter l’Union européenne, la politique a de plus en plus l’air européen. Un système à deux partis autrefois stable a fondamentalement explosé pour devenir un système à quatre partis. La fragmentation et la résurgence du populisme sont les principales caractéristiques qu’on observe actuellement. Mais les partis aussi ont changé. Cette élection est intéressante parce qu’elle définira très probablement l’héritage de deux projets politiques récents : le projet de gauche radicale de Jeremy Corbyn et la tentative de Boris Johnson de ranimer et de recréer le conservatisme national. Un seul d’entre eux peut sortir victorieux. Corbyn doit rassembler son électorat travailliste de 2017, ce qu’il essaie déjà de faire en accentuant son discours sur la protection de l’environnement, en mettant en garde contre la prétendue « privatisation » du NHS, en détaillant les discussions en coulisse entre les « conservateurs » et les grandes entreprises pharmaceutiques et en soulignant l’engagement des travaillistes à organiser un second référendum. Johnson, quant à lui, fait face à un autre type de défi : il doit s’arrimer au territoire conservateur existant tout en innovant idéologiquement en parlant d’inégalité régionale, du NHS, du redémarrage du moteur économique du Nord et en s’adressant toujours plus aux ouvriers britanniques. Corbyn sait qu’il doit trouver un moyen de retarder le vote travailliste à l’intérieur du Leave Land tout en s’avançant plus avant dans Remainia. Johnson sait qu’il doit repousser ces challengers au pays de Remainia tout en marchant beaucoup plus loin dans Leave Land que Theresa May qui, à la fin, n’a obtenu que six sièges pro-Brexit des travaillistes.

Les sièges. Comme je l’ai souligné dans le Telegraph5, Boris Johnson a une voie clairement identifiable vers une majorité. Mais ce n’est pas aussi facile que certains le pensent. Le SNP continue de contrôler une grande partie de l’Écosse, le Labour détient de grandes majorités dans le Nord, domine à Londres et s’est répandu dans le Sud-Est. Les libéraux-démocrates sont en plein renouveau, s’attaquant aux députés conservateurs sur près de 30 sièges où ils sont deuxièmes, y compris dans ma ville natale de St Albans. Et le Brexit Party pourrait encore causer des problèmes. C’est pourquoi tant de gens dans le camp Johnson lorgnent carrément les sièges travaillistes qui ont voté en faveur du Brexit6. Si l’invasion planifiée par Johnson du territoire du Labour Brexit peut aller jusqu’à des sièges comme le Wolverhampton North East, qui a été conservateur en 1987, ou Stoke-on-Trent North, qui n’a jamais été tenu par les conservateurs dans l’après-guerre, alors on assisterait à une vague bleue sur d’autres sièges pro-Brexit Labour, de Dudley North à Barrow et Furness, de Ashfield à Bishop Auckland. Une forte majorité suivrait probablement. Mais que faire si cela n’arrive pas ? Ajoutez à cela une campagne du Parti travailliste décente et un défi de taille de la part du Brexit Party, et on conçoit assez bien comment les sièges remportés par les conservateurs il y a seulement deux ans – comme Mansfield, Copeland, Walsall North et Stoke-on-Trent South – pourraient se retrouver dans la colonne rouge alors que d’autres sièges très marginaux, comme Thurrock ou Southampton Itchen, tombent dans la même catégorie. Une dynamique différente se manifestera à Remainia, où les conservateurs devront mettre en œuvre une stratégie défensive pour empêcher les travaillistes de prendre trop de sièges. Il y a près de 40 sièges conservateurs qui ont soit voté Remain au référendum, soit sont très marginalement pour le Leave, pour lesquels les députés sortants ont une majorité de moins de 10 points. Johnson doit simplement empêcher la « vengeance des Remainers » pour les empêcher de conquérir ces sièges, de Pudsey et Chipping Barnet à Milton Keynes et Watford. D’autres, comme Hastings et Rye, ou East Worthing et Shoreham, ont probablement clairement déménagé pour rester en raison du taux de roulement de la population. Puis viennent les Lib Dems. Il ne faut pas oublier que l’une des principales raisons pour lesquelles David Cameron a remporté une majorité surprise en 2015 est qu’il a remporté près de 30 sièges aux dépens de Nick Clegg. Cette fois, ce sont les Lib Dems qui cherchent à prendre leur revanche dans des sièges comme St Albans, Richmond Park, Cheltenham, Lewes et Cheadle. Boris Johnson doit faire face à ce défi et consolider son « mur bleu » dans le sud-ouest où les sièges Leave comme Cornwall North et Devon North seront également menacés. Viennent ensuite les champs de bataille conservateurs du SNP. Il y a deux ans, plus de la moitié des sièges obtenus par les conservateurs l’ont été aux dépens du SNP. Mais aujourd’hui, il semble probable que certains d’entre eux seront perdus. Huit sièges, tels que Stirling ou Gordon, pourraient facilement tomber aux mains des nationalistes sur un swing de moins de 5 points. Pour cette seule raison, Johnson sera bien avisé de réfléchir à la façon de raviver son offre aux syndicalistes et aux Leavers au nord de la frontière. Bref, le cheminement du premier ministre Johnson vers une majorité est clairement visible, mais il est aussi parsemé d’obstacles et d’embûches potentielles. Pourra-t-il y arriver ?

Cet article est la traduction française d’un article originellement publié dans la newsletter de Matthew Goodwin, Brexit Election Tracker. Nous le publions ici en exclusivité. On trouvera plus d’information sur son compte Twitter personnel, @GoodwinMJ.