Guatemala. Le petit pays d’Amérique centrale fait ses adieux au gouvernement du comédien Jimmy Morales (2016-2020), qui représentait l’héritage de la crise politique de 2015, gagnant en popularité en s’autoproclamant représentant d’une nouvelle politique, mais en fondant son gouvernement sur des idées conservatrices, en collaborant avec des acteurs ayant un bilan compromis et en mettant en cause la lutte contre la corruption, notamment à travers l’expulsion de la Commission Internationale Contre l’Impunité au Guatemala (CICIG), organe indépendant clé pour les enquêtes et dénonciations des cas de corruption dans le pays.

Au Guatemala, la politique et la corruption sont intrinsèquement liées, presque normalisées. La crise politique de 2015 avait conduit à l’emprisonnement de l’ancien Président Otto Pérez Molina et de l’ancienne vice-présidente Roxana Baldetti pour le cas de corruption, connu sous le nom de « La Línea », pour fraude douanière. Cependant, ce bilan taché de politicien n’est pas une nouveauté pour le Guatemala : Pérez Molina fait partie d’une liste d’anciens Présidents qui ont fait l’objet de poursuites pénales et d’emprisonnement. Parmi eux, Alfonso Portillo (2000-2004), emprisonné aux États-Unis pour complot de blanchiment d’argent, et Álvaro Colom (2008-2012) pour corruption dans les transports publics, affaire connue sous le nom de « Transurban case ». Dans cette catégorie d’anciens Présidents qui ont dû faire face à la loi pour abus de pouvoir, il y a aussi l’ancien dictateur militaire Efraín Ríos Montt, qui a été jugé pour génocide pendant le conflit armé interne du pays (1960-1996). Son héritage est toujours présent à travers sa fille, Zury Ríos, qui a tenté de participer à l’élection présidentielle de 2019 en tant que candidate, mais n’y a pas été autorisée.

Le profil des deux finalistes et leur relation avec la corruption dans le pays

Non seulement les anciens Présidents font déjà l’objet d’accusations et d’emprisonnements, mais les aspirants à ce nouveau mandat de 2020 à 2024 entrent également en scène avec un bilan important.

A commencer par celle qui a reçu le plus de voix, Sandra Torres, qui est incriminée pour financement électoral illégal et est accusée d’avoir une relation étroite avec le trafic de drogue. Les narcotrafiquants auraient financé la campagne électorale de son parti actuel, l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE), pendant le mandat de son mari, Álvaro Colom (2008-2012) qui était déjà en prison1. Torres a également été accusée par la CICIG et le ministère public (MP) d’association illicite et de financement électoral non déclaré lors de sa campagne présidentielle de millions de dollars en 2015. C’est pourquoi, en 2017, son parti a voté au Congrès l’élimination du crime de financement électoral illicite, une action qui devrait continuer à fomenter la corruption dans la vie politique du pays.  

Ces accusations font de Torres une candidate attachée à la vieille politique inévitablement impliquée dans la corruption. Elle s’est défendue en niant toutes les accusations, sous prétexte d’être au service d’une stratégie politique électorale. Malgré ces accusations, elle a réussi à maintenir son immunité en tant que candidate à la présidence par décision de la Cour suprême de justice. Pour éviter d’autres effets négatifs sur ses résultats lors de cette élection, Torres a cherché des méthodes atypiques de défense juridique, en utilisant notamment la loi contre le fémicide et d’autres formes de violence contre les femmes2 pour accuser les procureurs qui enquêtent sur l’affaire du financement illégal et les directeurs d’un important journal du pays, réussissant à leur interdire de publier des articles qui pourraient la toucher selon son statut de femme. Ces actions et d’autres font de Torres un profil politique complexe, lancé dans une quête insatiable du pouvoir présidentiel. Si certains la critiquent pour avoir abusé de la loi contre le féminicide, dans le but de réduire ses opposants au silence, d’autres considèrent qu’elle possède des traits autoritaires.

Ce ne serait pas la première fois que Torres aspire au poste, et pour beaucoup, sa victoire représenterait son deuxième mandat en raison du rôle qu’elle a joué pendant le gouvernement de son mari, Alvaro Colom, en tant que première dame. Dans cette fonction, elle a commencé son travail comme coordinatrice du Conseil de cohésion sociale, créé par ce même gouvernement, à travers lequel elle a mis en œuvre un grand nombre de programmes sociaux, permettant ainsi l’arrivée de l’État dans des zones rurales où celui-ci était généralement absent. En plus de ce rôle, Torres est devenue célèbre parce qu’elle aurait été celle qui prenait les décisions à la place de son mari, Colom. Cependant, ses propres ambitions l’ont amenée à divorcer de Colom pour se présenter aux élections de 2011, sans succès, suite à l’interdiction de sa candidature par la Cour constitutionnelle. Ce n’est qu’en 2015 qu’elle a pu se présenter à nouveau et rivaliser avec l’actuel Président, Jimmy Morales, qui représentait superficiellement une image fraîche et nouvelle, sans influences politiques antérieures.

Si Torres a acquis une expérience politique et une reconnaissance nationale, sa candidature à la présidence s’est également faite par le biais de diverses manipulations juridiques et du manque de transparence.

Son plus grand adversaire, Alejandro Giammatei, avec son nouveau parti VAMOS por una Guatemala Diferente (« Allons vers un Guatemala différent »), affiche un profil tout aussi intéressé par la conquête du pouvoir présidentiel. Il a été candidat à quatre élections consécutives et c’est la première fois qu’il parvient à atteindre le second tour. Giammatei est candidat depuis 1999, se présentant deux années de suite comme maire de la capitale du pays, la ville de Guatemala, sans succès. La renommée de Giammatei vient principalement de son travail en tant que directeur du système pénitentiaire et en particulier de sa décision considérée difficile de reprendre l’ordre pénal et le contrôle de la plus grande prison du pays, Pavón, en 2006 (aujourd’hui connu comme le « Caso Pavón »). Des enquêtes ont démontré que ces actions étaient fondées sur sept exécutions extrajudiciaires, commettant ainsi une violation des droits des prisonniers. Cependant, dans l’un des pays du triangle nord-américain où la violence, principalement menée par les maras, croît chaque jour davantage et affecte la vie quotidienne de la population, cette initiative a été considérée comme une action positive et lui a donné la notoriété nécessaire pour commencer à se développer en tant que candidat présidentiel depuis 2007. Trois ans plus tard, en 2010, ce candidat a été en détention provisoire pendant dix mois à la suite de l’enquête conjointe de la CICIG et du MP, qui a démontré que, dans son rôle de directeur du système pénitentiaire, il avait sélectionné les sept détenus qui avaient été assassinés et modifié les preuves pour nier les faits.

Pour chaque élection présidentielle, Giammatei a adopté un nouveau parti politique, faisant preuve d’instabilité. Cependant, il a réussi à garder avec lui des financiers clés et des personnages « sombres », tous impliqués dans la vieille politique et dans diverses affaires de corruption. Parmi eux, comme le décrit Nómada3, se trouve le général Francisco Ortega Menaldo, aujourd’hui reconnu comme l’un des dirigeants des réseaux militaires qui ont permis, par le biais du contrôle douanier, des opérations de contrebande, de trafic de drogue et d’autres activités illicites. Son premier parti politique a été la Gran Alianza Nacional (GANA), en 2007, suivi du Centro de Acción Social (CASA) en 2011 et du parti Fuerza en 2015. Enfin, il a créé son nouveau parti politique VAMOS por una Guatemala Diferente pour l’élection de 2019, qui a obtenu une croissance soudaine et accélérée. Il convient de noter que Giammatei est un médecin chirurgien de formation qui a été progressivement introduit à la politique à travers diverses positions dans l’État4.

Plans de gouvernement

Les deux partis présentent des positions différentes avec certains points communs. Inclinés vers une vision plus conservatrice, les deux partis s’opposent à d’importantes questions sociales dans le pays telles que l’avortement et les droits des personnes LGBT sur le mariage homosexuel, défendant ainsi la famille comme fondement de la société. Le plan du gouvernement Torres5 s’articule autour de quatre axes principaux. Premièrement, la réactivation économique et la création d’emplois. Deuxièmement, la promotion de la sécurité et de la justice afin de créer un environnement plus propice aux investissements étrangers (en recourant une fois de plus à la stratégie qui consiste à associer l’armée et la police). Troisièmement, l’activation des programmes d’aide sociale et de protection sociale (comme beaucoup de ceux qui ont été lancés au cours du mandat 2008-2012) et, enfin, la concentration sur la transparence du gouvernement, une question clé pour le problème actuel de la lutte contre la corruption.

Dans le cas de Giammatei6, le plan conservateur de son gouvernement est principalement axé sur la promotion d’une économie de marché libre pour attirer les investissements étrangers et renforcer le profil du Guatemala comme pays exportateur. En outre, elle cherche à développer les petites, moyennes et grandes entreprises. Tout en conservant son héritage en tant que directeur du système pénitentiaire, son gouvernement propose une politique pénale forte pour lutter contre le crime organisé et la délinquance.

Aucun des deux partis ne semble avoir un plan particulier pour faire face à l’une des plus grandes crises actuelles du pays : la migration causée par la pauvreté rurale, aggravée par le changement climatique, qui représente un enjeu majeur de géopolitique, notamment depuis la décision du Président américain Donald Trump de couper les aides économiques au pays, ainsi qu’au Honduras et au Salvador, en plus de fermer davantage ses frontières

Les peuples autochtones, qui représentent plus de la moitié de la population guatémaltèque, sont également les plus touchés par l’exclusion économique et sociale et représentent les taux les plus élevés de malnutrition, d’analphabétisme et de pauvreté. Cette situation, héritée de la colonisation espagnole, fait du Guatemala l’un des pays les plus inégalitaires d’Amérique latine aujourd’hui. Les femmes autochtones des zones rurales sont confrontées à une triple discrimination fondée sur le sexe, l’appartenance ethnique et la classe sociale.

Dans ce contexte, cette élection guatémaltèque a apporté un nouveau succès représentatif à travers Thelma Cabrera, la deuxième femme autochtone, après Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix (1992), à se présenter à la présidence. Sur les 19 candidats, Cabrera, défenseur des droits de l’Homme et référente des mobilisations sociales, est devenue la quatrième candidate avec le plus de votes dans le pays, obtenant 10 % avec le parti du Mouvement pour la libération des peuples (MLP), juste derrière le candidat humaniste Edmond Mulet qui a obtenu 11 %.

En plus de représenter une évolution positive pour une grande partie du pays, c’est aussi une surprise inquiétante pour beaucoup, en particulier pour les hommes d’affaires conservateurs (comme l’union des hommes d’affaires organisée par le Comité de coordination des associations agricoles, commerciales, industrielles et financières – CACIF – identifié comme l’élite oligarchique et l’élite économique du Guatemala), qui ont comparé le plan du gouvernement Cabrera au risque de faire du Guatemala « un autre Venezuela »7. En se basant sur Buen Vivir et dans une perspective inclusive – des peuples Maya, Garifuna, Xinca et Mestizo – elle proposait de créer une assemblée constituante populaire et plurinationale. Même si elle n’est pas, cette année, parmi les deux premiers candidats au second tour, Cabrera a réussi à marquer un grand pas dans l’histoire du pays, intrinsèquement raciste, machiste et classiste, défiant également la vieille politique.

Perspectives :

  • Le Guatemala, un pays de près de 17 millions d’habitants, dépendait du vote de 8 millions de Guatémaltèques pour ce premier tour. Malgré cela, la faible participation – en particulier chez les jeunes8 – aux processus électoraux représente encore aujourd’hui un défi pour le pays. La méfiance à l’égard des institutions, les accusations de fraude et de désinformation jouent un rôle important dans cet abstentionnisme aggravé lors de cette élection (61 % vs. 71 % en 2015). Malgré le fait que la crise de 2015 avait réveillé de nombreux Guatémaltèques, la démocratie connaît encore aujourd’hui plusieurs difficultés.
  • Le deuxième tour dans deux mois déterminera si le Guatemala prolongera son ère de conservatisme de droite et s’il verra encore des jours de mano dura pour faire face au crime organisé et au trafic de drogue ; ou s’il reviendra à un climat social-démocrate semblable à celui de 2008-2012 qui a muté d’un centre-gauche à un centre-droit. Ceci, avec la formation du nouveau Congrès, poursuit le travail de plusieurs réseaux organisés de corruption (en particulier le plus récent, connu sous le nom de « pacto de corruptos ») qui pourront continuer à agir principalement pour les intérêts d’une minorité puissante et laisser de côté la majorité submergée dans la pauvreté, l’inégalité et la violence, parmi beaucoup d’autres maux.