Jeffrey Sachs est l’un des principaux experts mondiaux en matière de développement économique, de durabilité et de lutte contre la pauvreté. Nommé deux fois parmi les 100 leaders les plus influents du monde par le Time Magazine, il enseigne à l’Université Columbia à New York, où il est Professeur des universités et Quetelet Professor of Sustainable Development à SIPA. Jeffrey Sachs dirige le Réseau pour des solutions de développement durable des Nations Unies (UN-SDSN) et a présidé l’Earth Institute de Columbia (2002–2016), un centre de recherche regroupant 850 scientifiques et analystes en politiques du développement durable. Depuis 2017,  Jeffrey Sachs est conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les Objectifs de développement durable (ODD) et a précédemment conseillé Ban Ki-moon et Kofi Annan sur les Objectifs du Millénaire pour le développement. Nous l’avons invité à partager son expérience et sa vision de l’état des politiques de développement durable dans le monde et du rôle que la coopération multilatérale devra jouer dans la transition écologique à venir.

Les cadres politiques généraux, tels que les Objectifs de Développement Durable (ODD), peuvent-ils traiter de manière idoine les problèmes spécifiques et régionalement différenciés auxquels les pays sont confrontés ? Le terme « politique globale » a-t-il toujours un sens pour les citoyens et les décideurs en matière de développement et d’environnement ?

Les objectifs globaux sont importants. Ils sont le point focal de la coopération mondiale sur des questions telles que le changement climatique, la protection de la biodiversité, la pollution transfrontalière (comme les plastiques océaniques), la réduction de la pauvreté, la lutte contre les maladies épidémiques, et les infrastructures régionales et mondiales (comme les réseaux électriques). C’est aussi un moyen de créer des normes communes. Pensez à la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et aux nombreux traités et conventions qui en découlent. Je vois le monde comme un « orchestre sans chef d’orchestre », où nous essayons de jouer de la musique ensemble sans chef d’orchestre. La clé est d’avoir la même « partition », en l’occurrence les ODD, l’Accord de Paris sur le climat, et d’autres objectifs mondiaux.

« Je vois le monde comme un « orchestre sans chef d’orchestre », où nous essayons de jouer de la musique ensemble sans chef d’orchestre. La clé est d’avoir la même « partition », en l’occurrence les ODD, l’Accord de Paris sur le climat, et d’autres objectifs mondiaux. »

Jeffrey Sachs

Y a-t-il des instruments encore sous-exploités par la communauté internationale qui pourraient être mobilisés pour financer les ODD et combler leur déficit de financement dans les pays en développement ?

Nous devrions établir un ensemble de taxes – sur les méga-richesses, les émissions de dioxyde de carbone, les transactions financières et la technologie numérique (par exemple sur Facebook) – qui seraient dirigées vers les ODD. Nous ne parvenons pas à financer les biens publics globaux, à mettre fin à l’extrême pauvreté, à assurer la santé et l’éducation pour tous et à fournir un financement climatique aux pays à faible revenu. L’aide publique au développement est volontaire et reste très inférieure au niveau promis de 0,7 % du PIB des donateurs (en l’occurrence, moins de la moitié de cet objectif). L’aide publique au développement américaine, par exemple, ne représente plus qu’environ 0,16 % du PIB américain, ce qui constitue un véritable scandale moral.

« L’aide publique au développement américaine, par exemple, ne représente plus qu’environ 0,16 % du PIB américain, ce qui constitue un véritable scandale moral. »

Jeffrey Sachs

Disposons-nous des instruments politiques appropriés pour minimiser les effets négatifs des migrations environnementales sur le développement des régions les plus vulnérables au changement climatique ?

Nous n’avons pas mis en place le type de financement climatique promis depuis longtemps et dont les pays les plus pauvres ont urgemment besoin. Si nous le faisions, nous pourrions prévenir une grande partie de la migration environnementale non problématique qui est déjà en cours (de l’Afrique vers l’Europe, de l’Amérique centrale vers les États-Unis, etc.)

Quatre types de financement sont nécessaires : la décarbonisation énergétique ; la gestion durable des terres (y compris davantage de fonds pour restaurer les terres dégradées et protéger les forêts tropicales et les zones humides) ; les fonds de résilience pour les infrastructures (contre les sécheresses, les inondations et les tempêtes extrêmes) ; et les systèmes d’indemnisation des pertes et dommages pour compenser les pertes graves en vies et en biens qui surviennent plus fréquemment dans les pays pauvres.

Chacune de ces catégories est actuellement sous-financée. Nous avons besoin de plus d’argent dans le Fonds vert pour le climat afin de soutenir la décarbonisation des économies. Nous avons besoin de plus d’argent dans le Fonds pour l’environnement mondial afin de soutenir la gestion durable des terres. Nous avons besoin de plus d’argent dans les Banques multilatérales de développement qui travaillent avec les marchés de capitaux privés pour soutenir les infrastructures. Enfin, nous devons établir de nouvelles modalités de financement des pertes et des dommages. Actuellement, lorsque les pays pauvres sont durement touchés par les chocs climatiques (comme au Mozambique avec l’ouragan Idai), le montant de l’aide est dérisoire : ce n’est pas une véritable compensation pour les pertes et dommages, ni une assurance systématique pour les pertes et dommages futurs.

« Nous devons établir de nouvelles modalités de financement des pertes et des dommages. Actuellement, lorsque les pays pauvres sont durement touchés par les chocs climatiques (comme au Mozambique avec l’ouragan Idai), le montant de l’aide est dérisoire : ce n’est pas une véritable compensation pour les pertes et dommages, ni une assurance systématique pour les pertes et dommages futurs. »

Jeffrey Sachs

Comment améliorer les politiques énergétiques dans des domaines tels que la décarbonisation pour assurer une transition adéquate vers un système énergétique à faible émissions carbone ? Dans ce domaine, la concertation multilatérale reste-t-elle l’échelle  pertinente pour une action politique efficace ?

La clef, c’est que les pays aient des plans d’action sur 30 ans qui les mèneront jusqu’en 2050. Nous comprenons maintenant clairement que tous les pays doivent avoir l’électricité zéro carbone au plus tard au milieu du siècle, et de préférence vers 2040, ainsi que l’électrification de toutes les nouvelles automobiles vers 2030. Pour cela, les pays ont besoin d’une planification à long terme. La plupart des « plans » nationaux actuels ne couvrent que les années 2025 ou 2030, un horizon bien trop court pour y parvenir.

La privatisation croissante des biens et services publics – en particulier les réseaux d’eau et d’assainissement, les réseaux électriques et les infrastructures de transport – marquent-ils l’échec de la gouvernance publique en matière de gestion environnementale ? Comment la contribution des grands groupes des secteurs de la technologie ou de l’énergie pourrait-elle être rendue positive ?

La privatisation des biens publics a été une expérience très contrastée. De nombreux efforts privés en matière d’infrastructures – routes, tunnels, eau et assainissement urbains, transport d’électricité – ont lourdement échoué. En général, une grande partie de l’infrastructure nécessaire est un monopole naturel et nécessite de ce fait une réglementation lourde pour contrôler le pouvoir monopolistique. Confier cette infrastructure au secteur privé ne résout pas grand-chose et n’élimine pas la nécessité de politiques publiques solides et d’une surveillance réglementaire de tous les instants.

« En général, une grande partie de l’infrastructure nécessaire est un monopole naturel et nécessite de ce fait une réglementation lourde pour contrôler le pouvoir monopolistique. »

Jeffrey Sachs

La privatisation des services publics – tels que la santé et l’éducation – a souvent été une bien pire expérience. En effet, ces services sont publics non seulement parce qu’ils fournissent des biens publics (les citoyens éduqués apportent plus de stabilité, les citoyens de la santé propagent moins de maladies), mais aussi parce que l’éducation et la santé sont des droits humains qui exigent un accès universel. La privatisation de la santé et de l’éducation, comme aux États-Unis, a créé une société très divisée dans laquelle les droits humains fondamentaux de nombreuses personnes ne sont pas respectés ni établis.

Que pensez-vous des « obligations vertes » ou du « financement vert » qui permettraient aux entreprises à forte intensité carbone de financer leur passage à un modèle bas-carbone : sont-ils des outils pertinents pour la durabilité ou de simples avatars de l’écoblanchiment ?

De nombreuses entreprises à forte intensité carbone, comme les grandes sociétés pétrolières, sont riches en liquidités. Elles n’ont pas besoin de privilèges fiscaux spéciaux. Nous devrions orienter les privilèges fiscaux vers les régions durement touchées qui ont besoin d’aide à l’adaptation, de programmes de recherche et développement élémentaires, de marchés publics et, peut-être, d’une réduction des risques liés aux technologies commercialisées à un stade précoce. Les privilèges fiscaux ne devraient pas aller principalement aux entreprises gazières et pétrolières en place.

« Les privilèges fiscaux ne devraient pas aller principalement aux entreprises gazières et pétrolières en place. »

Jeffrey Sachs

Quelle est votre position sur la proposition publiée dans le Wall Street Journal par des économistes, des prix Nobel et d’anciens présidents de la Réserve fédérale américaine d’élaborer une « taxe verte aux frontières » qui s’appliquerait à toutes les émissions où qu’elles soient produites, tout en intégrant le coût du carbone ?

Une telle taxe est une bonne idée. Elle aidera les différents pays à prendre des mesures alors que certains ne le font pas.

En 2019, vous avez présenté au Parlement européen et à la Commission européenne une « Stratégie européenne pour atteindre les ODD ». Que pensez-vous de la cohérence et du niveau d’engagement des politiques de développement durable actuelles de l’Union ?

J’espère beaucoup plus de choses avec la nouvelle Commission. J’applaudis Frans Timmermans pour son soutien indéfectible aux ODDs, j’applaudis le Parti Socialiste Européen au Parlement pour avoir fait tout son possible pour promouvoir les GDS, mais je n’ai jamais trouvé M. Juncker très engagé dans les ODDs. Nous avons besoin de beaucoup plus de la part de l’Europe. C’est le sens nature de l’agenda de  l’Union ; un sens tout à fait conforme aux valeurs et aux stratégies européennes. En effet, il n’est pas surprenant que les pays qui se classent au premier rang mondial en matière d’ODDs (en termes de progrès vers la réalisation de ces objectifs) soient les pays européens.

Un rapport publié en 2018 par le Réseau pour des solutions de développement durable des Nations Unies (UN-SDSN) que vous dirigez a souligné que le suivi par l’Union de ses propres progrès sur les ODDs ne permet pas de mesurer les retombées internationales (par exemple, l’impact environnemental du commerce) et échoue à quantifier les progrès sur les ODDs au niveau de l’UE ou des États membres. La gouvernance de l’UE peut-elle surmonter sa propre complexité structurelle pour parvenir à une intégration plus claire des ODDs et à un meilleur alignement stratégique entre ses États membres ?

Les institutions de l’Union européenne (Commission, Conseil, Parlement, tribunaux et SEAE) doivent jouer un rôle de premier plan au niveau mondial en ce qui concerne les ODDs. Sous l’impulsion de la Commission et des Parlements, Eurostat – une excellente organisation – pourrait faire beaucoup plus pour suivre les ODDs en Europe, y compris les retombées indirectes (spillover effects) liées aux ODDs.