Stanford. La réduction de la pollution atmosphérique due à COVID-19 en Chine a probablement permis de sauver 20 fois plus de vies que celles qui ont été perdues à ce jour à cause du virus. Naturellement, cela ne signifie pas que les pandémies sont bonnes, mais plutôt que nos économies normales, en l’absence de pandémies, sont mauvaises pour la santé. : COVID-19 est un énorme défi économique et sanitaire mondial, ayant causé des milliers de décès dans le monde au moment où nous écrivons ces lignes (8 mars) et des perturbations économiques et sociales indicibles. Ces perturbations ne feront probablement que s’aggraver dans les jours à venir dans les régions où l’épidémie ne fait que commencer. Mais étrangement, cette perturbation pourrait aussi avoir des effets bénéfiques inattendus sur la santé – et ces effets pourraient être assez importants dans certaines parties du monde. Faisons quelques calculs. 

Il y a quelques semaines, la NASA a publié des images satellites frappantes de la réduction massive de la pollution atmosphérique (en particulier du NO2) au-dessus de la Chine, résultant du ralentissement économique de ce pays suite à sa réponse agressive à COVID-19.1

réduction pollution liée au coronavirus
© NASA Earth Observatory

Nous savons que l’air pollué est vraiment, vraiment mauvais pour la santé. Se pourrait-il que cette réduction de la pollution de l’air ait en fait permis de sauver plus de vies que le virus lui-même n’en a perdu jusqu’à présent ? Pour répondre à cette question, j’ai d’abord tiré quelques données de surveillance de la qualité de l’air des appareils du gouvernement américain dans 4 villes chinoises (Pékin, Shanghai, Chengdu et Guangzhou), et j’ai comparé les concentrations de PM2,5 pour les mois de janvier et février 2020 par rapport aux 4 années précédentes. Comme vous pouvez le constater, dans 3 villes, la pollution atmosphérique était bien inférieure en moyenne :

Pékin, Shanghai, Chengdu, Guangzhou: réduction de la pollution liée au coronavirus

Pékin était l’exception, et la raison, selon les recherches du Centre de recherche pour la qualité et la pureté de l’air (CREA)2, semble être que les épisodes de smog à Pékin ont été une combinaison d’émissions industrielles et résidentielles continues et de conditions météorologiques défavorables.

Mais en faisant la moyenne des quatre villes, y compris Pékin, j’estime une réduction de 15-17ug/m3 de PM2,5 en janvier et février 2020 par rapport aux années précédentes. Pour être prudent, je dirais qu’il s’agit d’une réduction de 10 ug/m3 pendant deux mois. Quels ont été les avantages pour la santé de cette très importante amélioration de la qualité de l’air ? Nous avons besoin de trois chiffres : changement du taux de mortalité par changement de ug/m3 PM, taux de mortalité de base et population totale touchée.

Pour le changement du taux de mortalité, j’utilise l’excellent article de He et al du 20163, qui a utilisé la variation quasi-expérimentale de la pollution de l’air induite par les réglementations mises en place autour des Jeux Olympiques de Pékin. Ils constatent des effets énormes pour les jeunes et les personnes âgées. De manière très prudente, nous supposons que seulement 50 % de la population chinoise a été touchée – ce qui équivaut à un effet nul en milieu rural et à un effet limité à certaines zones urbaines. Supposons que l’amélioration de la qualité de l’air a duré 2 mois puis a disparu. Et enfin, je suppose que personne entre 5 et 70 ans (encore une fois, très prudemment) n’en a bénéficié.

En utilisant ces chiffres, il est possible de calculer une réduction de 50 000 – 75 000 de la mortalité prématurée due à ces améliorations de la qualité de l’air. C’est environ 20 fois le nombre estimé de décès directs dus au COVID-19 en Chine.

Ces chiffres sont-ils exacts ? Impossible de le savoir maintenant, mais ils seront effectivement vérifiables dans quelques années lorsque des statistiques plus complètes sur la mortalité seront disponibles. Mais je pense qu’ils ne sont peut-être pas fous, et qu’ils pourraient être conservateurs. La pollution de l’air est vraiment mauvaise.

Quelle leçon en tirer ? Il semble clairement incorrect et imprudent de conclure que les pandémies sont bonnes pour la santé. J’insiste à nouveau sur le fait que les effets calculés ci-dessus ne sont que les avantages pour la santé des modifications de la pollution atmosphérique, et ne tiennent pas compte des nombreuses autres conséquences négatives à court ou à long terme des perturbations sociales et économiques sur la santé ou d’autres résultats ; ces dommages pourraient dépasser tous les avantages pour la santé d’une réduction de la pollution atmosphérique. Mais ce calcul est peut-être un rappel utile des conséquences sanitaires souvent cachées du statu quo, c’est-à-dire des coûts substantiels que notre façon actuelle de faire les choses influe sur notre santé et nos moyens de subsistance4. La façon dont nos économies fonctionnent actuellement en l’absence de pandémie a des coûts sanitaires cachés massifs, et il faut une pandémie pour s’en rendre compte.

COVID-19 pourrait-il nous aider à y voir plus clair ? Peut-être que COVID-19 nous aidera à trouver des moyens moins polluants de faire notre travail. Plus généralement, le fait qu’une perturbation de cette ampleur pourrait en fait entraîner des avantages (partiels) importants suggère qu’il faudrait peut-être perturber notre façon normale de faire les choses.

Marshall Burke est professeur adjoint au Département des sciences du système terrestre et Directeur adjoint du Centre sur la sécurité alimentaire et l’environnement de l’Université de Stanford. Une version plus longue de l’article (en anglais), avec une présentation claire des calculs réalisés, peut être trouvée sur G-FEED.

Sources
  1. Airborne Nitrogen Dioxide Plummets Over China, NASA Earth Observatory, 2 mars 2020
  2. MYLLYVIRTA Lauri, Why Does the Smog Strike Beijing Even When the City is Closed Down ?, CREA, 25 février 2020
  3. Guojun He, Maoyong Fan, Maigeng Zhou, The effect of air pollution on mortality in China : Evidence from the 2008 Beijing Olympic Games, Journal of Environmental Economics and Management
    Volume 79, September 2016, Pages 18-39
  4. CASSELLA Carly, The World’s Facing a Silent ‘Pandemic’ More Dangerous Than Most Viruses : Air Pollution, Science Alert, 7 mars 2020