Résultat pour : belt and road


L’influence chinoise sur l’Organisation mondiale de la santé ne date pas du Covid-19. Comme le montre Alice Ekman, l’OMS avait, dès 2017, complètement intégré les éléments de langage du pouvoir chinois. Par la voix de son directeur général, le docteur Tedros, l’Organisation se rangeait aux côtés de Pékin dans la promotion d’une «  route de la soie sanitaire  ».

Forum initié par Pékin pour étendre son influence économique et politique en Europe en dehors du cadre institutionnel et formel de l’Union européenne (UE), le format 17+ 1 ne cesse de prendre de l’ampleur et défie l’UE. L’année 2020, selon les mots du Ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi, est à un «  nouveau point de départ historique  ».

Réunis du 12 au 14 novembre au Brésil pour le sommet annuel des BRICS, les grands pôles de puissances non occidentales (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont mis en avant les sujets commerciaux, passant sous silence les sujets politiques compliqués et la situation dégradée en Amérique latine. Organisation internationale étatique, les BRICS donnent à comprendre les convulsions contemporaines du système international  : atomisation des acteurs, concurrence technologique, géoéconomie et recomposition stratégique des pôles de puissance.

Au lendemain des célébrations des 70 ans de règne communiste à Pékin, Xi Jinping est polarisé par la diplomatie régionale en Asie du Sud, où les tensions entre les trois puissances nucléaires structureront ou non les équilibres stratégiques pour demain. En quelques jours, Xi a rencontré le premier ministre pakistanais, l’indien et le népalais, de quoi illustrer le «  grand jeu  » de la diplomatie dite de bon voisinage de la République populaire. Si le voisin pakistanais est l’allié stratégique de la zone, l’Inde représente le grand concurrent stratégique de la Chine dans la durée.

Dans sa nouvelle stratégie arctique, le ministère de la défense des États-Unis confirme l’orientation de l’administration Trump dans la région, mettant une fois de plus en avant une «  nouvelle ère de compétition stratégique  ». En particulier, la stratégie, qui considère l’Arctique dans le contexte global, cible particulièrement la Chine, en ne reconnaissant pas d’autre revendication que celle basée sur la souveraineté territoriale.

Europe Nouvelles routes de la soie OBOR BRI

La réponse européenne a longtemps tardé en raison des inquiétudes que suscite l’initiative chinoise. Cependant, alors que certaines puissances telles que les États-Unis tentent de s’opposer frontalement au projet chinois, l’Union européenne a choisi de développer un plan de connectivité qui pourrait être complémentaire à l’Initiative.

Un dossier synthéthique et quelques cartes pour saisir les limites l’un des dossiers les plus complexes de la géopolitique européenne.

Zhao Tingyang, professeur à l’Institut de Philosophie de l’Académie chinoise des Sciences sociales a érigé le Tianxia 天下 en modèle théorique adapté à notre contemporanéité. Le philosophe ressuscite ainsi ce concept confucéen qui a régi le système politique de la dynastie des Zhou (1046 – 256 av. J-C). Tianxia peut se traduire par «  tout sous un même ciel  ». Selon Zhao Tingyang, l’Homme «  n’appartient au monde qu’au sens géographique, au sens des sciences politiques il n’appartient qu’aux États  ». Fiche sur un concept qui semble inspirer le modèle chinois actuel – sans que l’on soit certain de l’importance effective de cette influence – et interroge l’avenir de la conception de mondialisation.