Bulles


La manifestation du samedi 18 mai à Milan, qui a réuni sous l’égide de Matteo Salvini certains des principaux partis néo-nationalistes européens, témoigne d’un réel effort transnational visant à réaliser une alliance de nature conservatrice en vue d’une Europe des peuples. Les principaux axes de cette alliance sont l’identité, la souveraineté, le christianisme, la lutte contre l’islam et l’opposition peuple-capital. Cependant, des doutes subsistent quant à la capacité de ce programme à réussir à s’imposer après les élections européennes.

Les 13 et 14 mai derniers, l’ancien premier ministre suédois Carl Bildt s’est rendu à Bruxelles pour participer à la célébration des dix années de mise en oeuvre du partenariat oriental. Créé en 2009 à l’initiative de la Suède et de la Pologne, le partenariat oriental vise à maintenir et approfondir les relations entre les pays membres de l’Union et d’anciennes républiques soviétiques. L’occasion de revenir sur ces dix années de coopération dans le domaine de la gouvernance démocratique et des réformes économiques, et de dresser des pistes pour l’avenir.

Tchap, une nouvelle application qui vise à remplacer Telegram et Whatsapp au
sein de l’administration française, a été lancée mi avril. Son lancement a été entaché de la découverte d’une faille de sécurité, ce qui a néanmoins participé à sa notoriété. Malgré ces dysfonctionnements, cette initiative de la part de l’État français devrait faire des émules.

Par un avis du 30 avril 2019, la Cour de justice de l’Union européenne a validé le mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et les États prévu par l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union, accord plus connu sous son acronyme anglais : CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement). Pour permettre une mise en œuvre complète de ce traité de libre-échange dit « nouvelle génération », il ne reste désormais qu’une étape : que tous les États membres qui ne l’ont pas encore fait, ratifient l’accord.