Archives


Après Eduardo Bolsonaro, fils du nouveau président brésilien et député fédéral, le 4 février, c’est le tour de Nebojsa Medojevic, un leader de l’opposition au Monténégro, de rejoindre The Movement. Ces deux recrutements hors Union européenne sont le signe d’une réorientation notable de la fondation bruxelloise présidée par l’ancien conseiller de Donald Trump. Après avoir un temps ambitionné de devenir une machine électorale au service des candidats d’extrême-droite aux élections européennes de mai prochain, The Mouvement entend désormais ne plus se limiter à l’Union européenne. Il veut se constituer en club pour leaders nationalistes, voire devenir le “Davos des populistes”.

Le 24 janvier, la Commission européenne a engagé une procédure d’infraction contre l’Autriche. Cela fait suite à la décision du gouvernement fédéral autrichien d’indexer les allocations familiales sur le coût réel de la vie à l’étranger. À plus long terme, la procédure d’infraction pourrait conduire à une remise en cause de cette décision. Elle pourrait aussi faire office d’avertissement pour d’autres pays de l’UE envisageant d’indexer les allocations familiales sur le coût réel de la vie à l’étranger.

La Commission a annoncé mercredi 6 février son opposition à la fusion d’Alstom et des activités ferroviaires de Siemens, provoquant des protestations à Paris comme à Berlin. Les deux entreprises cherchaient à se prémunir contre l’expansion du géant chinois CRRC. À quelques mois des élections européennes, l’occasion est bonne pour Emmanuel Macron pour faire progresser ses idées de politique industrielle européenne. Mais s’agit-il du bon cheval de bataille  ?

La campagne électorale pour la municipalité de Barcelone est l’objet d’une vive opposition politique entre Manuel Valls, ancien Premier ministre français et candidat soutenu par le parti de centre-droit Ciudadanos, et l’actuelle maire Ada Colau. Cet affrontement médiatique reflète les transformations politiques en cours et redessine les alliances.