Archives


Le 3 août 2015, l’Assemblée nationale du Kosovo adoptait le 24e amendement de la Constitution kosovare, qui a établi l’Article 162 consacrant la création des Chambres spécialisées pour une justice de transition. Suite aux derniers événements politiques et en vue des élections de ce dimanche 14 février au Kosovo, c’est l’occasion de revenir sur le rapport entre l’UÇK et les Chambres spécialisées. Entre discrédits et défaveurs, les récentes inculpations de ces dernières déséquilibrent les relations entre le Kosovo et la Serbie.

De plus en plus isolée, notamment après la vague de normalisation entre pays arabes et Israël, l’Autorité palestinienne apparaît sans solutions pour sauver l’espoir d’une création de l’Etat qui lui était promis. Alors que la majorité de la population palestinienne vit aujourd’hui à l’étranger, l’activisme politique de celle-ci peut à bien des égards paraître comme l’une dernières cartes à jouer pour la «  cause  » palestinienne. Encore faudrait-il que Ramallah s’en rende compte et que celle-ci ne soit pas trop vite réduite en poussière.

La (dé)militarisation, le désarmement, le contrôle des armes et des différents instruments de violence, sont des enjeux à la fois sociaux et économiques centraux, face aux événements qui secouent le Myanmar. Selon Francesco Buscemi, ces questions sont centrales  : elles nous donnent les clés de lecture permettant d’interpréter le soi-disant coup d’État et la déclaration (inconstitutionnelle) d’état d’urgence, et représentent des potentiels terrains socio-économiques qui nous permettent de repenser les relations entre les sociétés et les institutions (étatiques et non étatiques) sur des bases transethniques et intersectionnelles.

À la fin du printemps dernier, il était courant de désigner le Portugal comme le cas exemplaire d’une gestion efficace et pragmatique de l’épidémie de COVID-19, qui, dès le mois de mars, s’était rapidement intensifiée dans le pays voisin, l’Espagne. Cependant, la troisième vague de la pandémie a pris le pays par surprise, et les chiffres ont grimpé en flèche depuis début janvier, au point de mettre le système hospitalier national en crise. Un confinement total a été mis en place jusqu’à la mi-février, et les frontières avec l’Espagne ont été fermées. Il va sans dire que le pays est à ce stade débordé.

La visite de Josep Borrell en Russie le 5 février dernier a été marquée par l’expulsion de plusieurs diplomates européens, dont un suédois. Moscou hausse le ton dans le cadre de ses relations avec les pays membres de l’Union Européenne, après l’arrestation et le jugement de l’opposant Alexeï Navalny, qui a provoqué de nombreuses critiques. Pour rappel, la semaine dernière Ann Linde, ministre des Affaires Etrangères suédoise, s’est entretenue avec son homologue russe Sergueï Lavrov pour évoquer notamment la démocratie et le respect des droits de l’Homme.