Archives


Le gouvernement de coalition du Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, en fonction depuis juillet dernier, fait face à une crise économique profonde qui menace la stabilité du pays. Dans le sillage de la pandémie puis de la guerre en Ukraine, le pays repose depuis plusieurs années sur les prêts du FMI pour éviter un défaut de paiement.

Après de longues semaines de combats, le conflit en Ukraine semble se stabiliser pour laisser place à de plus petites manœuvres tactiques. Si le rythme des opérations ralentit, les enjeux demeurent tout aussi importants.

Dans cette nouvelle mise à jour, l’historien militaire Michel Goya fait le point sur la situation des forces en Ukraine au mercredi 20 juillet.

Aujourd’hui, les ministres des Affaires étrangères de l’Union se réunissent à Bruxelles pour discuter principalement de l’agression russe contre l’Ukraine, ainsi que des prochaines sanctions européennes. Le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba, assistera à la réunion par visioconférence.

Lors de la réunion de l’Eurogroupe qui se tient aujourd’hui, les ministres des Finances des pays membres doivent valider le plan d’action pour l’entrée de la Croatie dans la zone euro en janvier 2023. Demain, c’est le Conseil Affaires économiques et financières qui va adopter les trois derniers actes juridiques qui permettront à la Croatie d’adopter l’euro.

Les négociations sur le retour des États-Unis dans l’Accord sur le nucléaire iranien se sont arrêtées en mars alors qu’un accord semblait sur le point d’être signé. Depuis, des tentatives pour essayer de relancer les négociations se succèdent, mais la situation semble bloquée et laisse présager de nouvelles tensions entre les États-Unis et l’Iran, ainsi qu’une possible crise de non-prolifération nucléaire au Moyen-Orient.

La hausse de l’inflation en glissement annuel s’est poursuivie au mois de juin, atteignant 8,6  %. Plus de la moitié des pays de la zone euro font face à une inflation à deux chiffres avec des niveaux historiquement hauts, alors que la guerre en Ukraine et la crise énergétique continuent de contribuer à la montée des prix.