Résultat pour : poutine


Aujourd’hui, Vladimir Poutine se rend en Arménie pour un sommet regroupant ses homologues membres de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Depuis le début de la guerre, le Kremlin a perdu en partie son influence en Asie centrale et dans le Caucase, tandis que l’Union et la Chine cherchent à en tirer profit pour occuper une place plus importante dans la région.

Selon l’ancien commandant suprême de l’OTAN, les vingt-quatre heures qui ont suivi l’explosion d’un missile sur le territoire polonais sont un modèle de désescalade  : d’un côté les alliés ont gardé leur sang-froid, de l’autre les Russes ont très rapidement voulu tout faire pour ne laisser planer aucun doute sur leur implication. Tant que Poutine continuera ses offensives à l’ouest de l’Ukraine toutefois, le risque que ce type d’événements se multiplie reste très élevé.

Le discours de Vladimir Poutine du vendredi 30 septembre inaugure une nouvelle phase du conflit. Fidèle à sa stratégie de la «  désescalade par l’escalade  », la Russie annexe des territoires, étend le domaine de la guerre et précise les termes de sa menace. Il faut le lire attentivement pour comprendre comment Poutine entend transformer la guerre régionale qu’il a déclenchée en conflit mondial.

Vladimir Poutine vient d’annoncer ce matin, à l’occasion d’une allocution diffusée à la télévision, une mobilisation partielle des citoyens russes engagés dans la réserve de l’armée ayant une «  expérience pertinente  ». Selon le ministre de la Défense, cela concernerait 300 000 citoyens russes. Au-delà des effets d’annonce, qu’est-ce que cette mobilisation pourrait changer sur le terrain  ?

Aujourd’hui, le président russe rencontre son homologue chinois en personne en Ouzbékistan pour la première fois depuis le début de la guerre lancée contre l’Ukraine en février. Xi Jinping, dont c’est le premier déplacement à l’international depuis la pandémie de Covid-19, devra jouer sur deux tableaux pour entretenir sa relation avec Poutine tout en ne provoquant pas les pays occidentaux dont il souhaite conserver l’accès aux marchés.

Hier, des députés municipaux de 18 districts de villes russes ont signé une déclaration publique exigeant la démission de Vladimir Poutine. Mettant en avant le fait que le président n’est «  pas un monarque, mais un ouvrier salarié, reçoit un salaire de nos impôts  », cette initiative fait suite à la contre-offensive ukrainienne massive initiée la semaine dernière.

Architecte et porte-voix du Pacte vert, le Commissaire européen à l’Action pour le climat est l’un des acteurs clefs de la guerre verte qui se joue en Europe avant l’hiver. Dans ce long entretien, il revient sur une séquence les buts politiques rejoignent les objectifs climatiques  : l’Union est bien entrée dans l’âge de l’écologie de guerre.

Aujourd’hui, Vladimir Poutine a prononcé un important discours à Vladivostok au cours duquel il a nié que la Russie utilisait l’énergie comme une arme, avant d’avertir qu’il mettrait fin aux approvisionnements en pétrole et en gaz si un plafonnement des prix était imposé. Cette prise de parole intervient deux jours avant l’important Sommet extraordinaire des ministres européens de l’Énergie.